Le mal-logement en cinq chiffres-clé

La fondation Abbé Pierre publie vendredi son rapport sur le mal-logement en France. Malgré les premières mesures du gouvernement, les chiffres sont alarmants et le mal-logement en progression.

Magali Rangin
Le 01/02/2013 à 13:06
Barre d'immeuble dans la banlieue parisienne. (Nozav - Flickr - CC)

Malgré les engagements du gouvernement, le mal-logement s’accentue et s’élargit en France. Augmentation du chômage et des emplois précaires, manque de logements sociaux et d’accueil d’urgence, la Fondation Abbé Pierre dresse un bilan de la situation dans son 18e rapport, publié vendredi. Une situation qui ne cesse d’empirer. Le phénomène en cinq chiffres.

>> A LIRE AUSSI - Logement : la situation s'aggrave en France

> 3,6 millions de mal-logés

C’est, selon le rapport de la Fondation Abbé Pierre, le nombre de personnes qui vivent dans des conditions de logement "très difficile"- 2.778.000 vivent ainsi dans des "logements inconfortables ou surpeuplés"- ainsi que celles qui sont totalement dépourvues d’un logement - 685.000.

> 685.000 sans logement

Chambres d’hôtel, résidences sociales, hébergement chez des amis, mais aussi cabanes ou mobil home, l'absence de domicile personnel revêt de nombreuses réalités et touche 685.000 personnes.

Quelque 85.000 personnes vivent ainsi dans des abris de fortune. La Fondation Abbé Pierre note également la réapparition de bidonvilles, en périphérie des villes.

> 133.000 SDF

Parmi les 685.000 mal-logés, la Fondation Abbé Pierre recense 133.000 personnes qui n'ont pas du tout de logement, pas même de fortune. Malgré l'augmentation du nombre de places d'hébergement d'urgence (15.000 en 2011, 19.000 en 2012), en décembre, le 115 a laissé sans réponse une demande sur deux, selon la Fédération nationale des associations d'accueil et de réinsertion sociale (Fnars). Un chiffre qui est même monté à 8 demandes sur 10 (78%) en novembre, souligne le rapport qui cite la Fnars.

> 10 millions de personnes touchées par la crise du logement

Aux mal-logés, il faut ajouter tous ceux que la crise du logement frappe: les 1.179.857 ménages en attente de logement social, ceux qui sont en situation de précarité énergétique, mais aussi les propriétaires de logements dans des copropriétés en difficulté, ceux qui ne parviennent pas à payer leur loyer ou leur remboursement d'emprunt.

> 500.000 nouveaux logements par an

François Hollande avait fixé, dans son discours de politique générale, un objectif de production de 500.000 logements par an, dont 150.000 logements sociaux. Un objectif "ambitieux" pour la Fondation Abbé Pierre, qui estime cependant qu'il "correspond à l'état des besoins".
 
L'encadrement et la maîtrise de l'évolution des loyers est l'autre volet de la politique du gouvernement en matière de logement. Cécile Duflot s'est par ailleurs prononcée en faveur des réquisitions de logements vides. La ministre du Logement a également indiqué en janvier vouloir agir contre les marchands de sommeil. Le gouvernement plancherait aussi sur des sanctions à l'encontre des bailleurs indélicats qui louent des locaux indignes et illégaux.

La Fondation Abbé Pierre a récemment découvert et révélé plusieurs cas de locations de logements indignes et illégaux car d'une surface inférieure à 9 m², comme le cas d'une mère célibataire expulsée de son 4m2 ou encore celui d'un homme qui vivait dans... 1,56 m2 pour 330 euros par mois.

Toute l'actu Société

La question du jour

Avez-vous fait de bonnes affaires pendant les soldes?