En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...
Mis à jour le
Lutter contre la prostitution en sanctionnant les clients ?
 

La mission d'information parlementaire sur la prostitution s'apprête à préconiser des sanctions contre les clients de prostituées. «Il faut les mettre devant leurs responsabilités», disent les député(e)s.

A voir aussi

Votre opinion

Postez un commentaire

249 opinions
  • wazaha
    wazaha     

    Monsieur,
    Vous confondez "contour et alentour" et vous devriez voyager pour constater que bien des femmes choisissent librement de se prostituer (hélas) car elles pensent trouver par là un moyen temporaire de survivre en attendant autre chose. Evitez si possible de theoriser bien caler dans un fauteuil.

  • wazaha
    wazaha     

    [Contenu Modéré]

  • wazaha
    wazaha     

    C'est absolument ridicule et irréaliste. Je viens de préparer une lettre ouverte au ministre de la condition féminine Mme Najat Vallaud-Belkacem Je vous l'envoie par mail.
    Salutation

  • InUrAss
    InUrAss     

    Pourquoi ne pas pratiquer cette 'profession' vous-même ? Vous pourriez gagner beaucoup d'argent, et ainsi ne plus avoir de problèmes pour payer les 'taxes' de l'Etat. Contactez-moi si vous vous décidez, pour vous, j'y mettrai la plus grande ardeur.

  • lekingducanapé
    lekingducanapé     

    il ne faut plus totalement masculiniser le débat.
    les propos peuvent se lire au féminin mais
    bien sur (hélas) la violence est principalement le fait des hommes (en dépit de l'apparition de bandes de filles tout aussi dures et d'hommes battus...)
    par delà des positions purement doctrinaires, il faut bien admettre que les rapports hommes/femmes ne sont pas toujours idylliques saut à penser que les hommes ne seront plus des hommes et les femmes plus jamais séductrices...
    il ne faut pas non plus mélanger le crime et la sexualité glauque qui ne disparaitra pas avec la prohibition puisque par définition elle se nourri de l'interdit. en 2011 on se pose encore la question pour l'alcool et le cannabis, on a seulement vu le résultat pour l'alcool avec les méfaits de la prohibition et au passage l'invention de la biture expresse qui détruit notre jeunesse actuelle.

    il est évident qu'il faut protéger les jeunes, il est évident qu'il faut proposer des alternatives crédibles, un véritable choix, d'ailleurs les salariés de la centrale nucléaire japonaise ont ils le choix?
    les très jeunes adultes qui vident les poches de merdes des malades dans les hopitaux que devraient ils dire alors que d'autres ne glandent rien en ville pendant ce temps et aux frais de la princesse !!!

    les hommes ET les femmes, solitaires, incapables d'intérésser ou de séduire l'autre, c'est plus fréquent qu'on ne le croit et ils vivent tout simplement dans l'exclusion et la tristesse, ils ne deviennent pas automatiquement des délinquants qui EUX, sont pour la plupart du temps, pas en retard de baise!
    je te dirais pas la date de mes souvenirs ça ferait rigoler la planète mais c'est comme ça et j'emmerde pas les autres pour autant: j'aurais du mal d'ailleurs ah! ah!
    Phig en militant, appuie sur le sordide, justement le point qui ne sera pas réglé par la loi et refuse tout débat par rapport à l'activité librement consentie d'une personne adulte.
    j'ai profité d'une pause médoc pour digérer les échanges avec deux intervenants, j'en ai profité pour relire Grisélidis REAL : LE NOIR EST UNE COULEUR , ET on peut lire utilement son CARNET DE BAL D'UNE COURTISANE.
    elle a eu une vie très dure mais elle situe le problème à un autre niveau, je suis d'accord avec sa philosophie, j'aurais bien aimé la rencontrer car j'aurais voulu connaître son point de vue sur le handicap aujourd'hui : je rappelle que dans les années 60/70 on emprisonnait dans des établissement fermés les handicapés dont la vue offensait les biens portant ou présumé tel
    aujourd'hui certains accèdent enfin au bonheur sauf que par une ultime hypocrisie, il est très difficile de les aider LOYALEMENT à controler leur fertilité, ce qui conduit les toubis et le milieu médical à s'arracher les cheveux.
    Grisélidis demandait qu'on lui fiche la paix à elle, à son homme et à ses enfants.
    je n'approuve pas toutes ses dérives bien sur et d'ailleurs ses propres copines le lui ont reprochés
    à l'époque!
    je lis simplement que les seuls réponses qu'elle a obtenu des bien pensants comme dirait Brassens, c'est l'humiliation, une charité rance et sadique, des logements sordides, de la nourriture périmées conservées pour les pauvres sur de vieux stock de guerre !!!
    ce qui bien sur n'existe absolument plus de nos jours puisque nous vivons tous dans un monde parfait dont les derniers trublions sont les petites dames, les handicapés et des queutards préhistoriques !

  • PhiG
    PhiG     

    Et encore un commentaire, s'il s'agissait de faire de l'argent sur le dos de la prostitution, il faudrait faire comme aux Pays-Bas ou en Allemagne. En légalisant le proxénétisme on facilite la lever de l'impot sur la prostitution. Et en plus on encourage le développement de la prostitution. En Suisse, en 10 ans le nombre de bordel à été multiplié par 10. En allemagne, c'est maintenant 1 million d'homme clients de la prostitution chaque jour. Ce n'est pas la petite centaine d'amende par an sur des clients à la quelle on peut s'attendre que l'Etat Français obtiendra des revenus à partir de la prostitution équivalent à ce que l'Etat allemand récupère en ce moment (alors que moins de 5% des personnes prostituées là bas ne disposent des droits que leur prévoyait la loi!). Le nombre de personne prostituée en Suède est de l'ordre de la centaine (pour un pays de la taille de la Suisse où il y a quasiment autant de personnes prostituées que dans toute la France).

  • PhiG
    PhiG     

    Ah la France et son réseau dense de solidarité active, de sociabilité plus ou ou moins superficielle, plus ou moins conviviale: les clubs de pétanque, les chorales, les association « inutiles » (chiennes de garde, planning familiale, secours populaire, restau du coeur, mouvement du nid, osez le féminisme), les syndicats, les partis politiques, les universités populaires, les groupes de musiques...
    Et il faut voir la vie que c'est: avec les amitiés qui se nouent, des relations qui commencent, et que ça baise même (en toute liberté sans argent en jeu), et que ça s'engueule aussi, et que ça crée des choses (des événements plus ou moins futile, des journaux, des livres, et mêmes des idées), et que ça donne un sens à la vie des uns et des autres qui n'est pas limité au métro, dodo, boulot productiviste dédié au seul profit. C'est la petite france de la fraternité!
    Et puis il y a cette masse d'individus atomisés, occupés à s'occuper de leur petit cul, de leur petits désirs consuméristes prescrit par les média, la pub et les modes: le dernier téléphone portable, l'imprimante en réseau qui permet d'imprimer une photo de bébé dans le salon de tata, et la prostituée toute jeune dans son lit un petit instant comme la star de foot ou le président italien...

  • PhiG
    PhiG     

    Êtes vous prêt à ce que votre mère, votre soeur ou votre fille exerce ce "métier"? Et vous même?
    Si oui, eh bien je vous en prie.
    Si non, pourquoi alors au nom de votre "liberté" de disposer du corps des autres grace à votre argent, sacrifier les plus pauvres et les plus vulnérables à vos "besoins sexuels". Car n'importe qui n'est pas prostitué, nulle part au monde il ne s'agit d'une vocation à laquelle aspire des jeunes hommes et des jeunes femmes de toutes catégories socio-professionnelles. Partout dans le monde il s'agit surtout de femme, qui ont commencé très jeune à être prostituée (13 ans en moyenne, où est leur liberté?). De femmes pauvres, immigrées ou faisant partie de minorité ethnique dans leur grande majorité. De femmes vulnérables, 80% d'entre elles ont été abusé dans leur enfance, et les conséquences de ce trauma les rend particulièrement manipulable pour être docile aux proxénètes. Il y a trois mots sur le fronton de nos mairies. Le premier ne saurait faire disparaître les suivants. L'enjeu politique de notre république est de réaliser une communauté citoyenne qui assume ces trois mots. La liberté que vous voulez défendre est celle seule des clients. Qu'en est il de la liberté des personnes prostituées à ne pas être prostituée? L'histoire et les fait nous montre qu'il n'y a pas suffisamment de « volontaire » pour assurer le service de besoin des mâles. Alors il faut en susciter: c'est le boulot des proxénètes, ça s'appelle de la traite, et ce qui s'y passe n'a rien à voir avec la devise de notre République.

  • Allyx
    Allyx     

    certains hommes, parce qu'ils sont solitaires ou incapables de séduire ou d'intéresser une femme, n'ont pas d'autre espoir que les prostituées pour avoir une relation sexuelle de temps en temps. Si la prostitution est interdite, ces hommes seront malheureux voire dépressifs, mais ca indiffère à priori ceux qui n'ont pas ce problème. Quelques uns de ces hommes, s'il n'y a plus de prostituées, risquent helas de commettre agressions sexuelles ou viols.

  • Lahitou
    Lahitou     

    La phrase inscrite sur les mairie et les administrations pourrait Raquet vol et taxes.Il me semble que cela serait bien + proche de ce qu'est devenu notre beau pays.Les boxons il y en a partout en Europe la profession est règlementée et les filles payent des impots.Ah la France et ses miliers d'associations inutiles (les féministes chiennes de garde,contre la violence routière etc...)foutaise.

Lire la suite des opinions (249)

Votre réponse
Postez un commentaire