L'ex-ministre Eric Raoult relaxé dans son procès pour violences conjugales

Jugé par le tribunal correctionnel de Bobigny pour violences conjugales, le maire du Raincy Eric Raoult a obtenu jeudi la relaxe des charges qui pesaient contre lui.

M. T. avec AFP
Le 21/02/2013 à 13:13
Mis à jour le 21/02/2013 à 13:35
Le maire UMP du Raincy, Eric Raoult, en mai 2012. (BFMTV)

Le tribunal correctionnel de Bobigny a relaxé jeudi l'ancien ministre Eric Raoult, maire UMP du Raincy (Seine-Saint-Denis), qui était poursuivi pour des violences sur sa femme dont il est séparé.

"Même si je suis taillé comme une brute, je ne suis pas une brute", a immédiatement réagi, sourire aux lèvres, l'ancien ministre de la Ville.

Le 7 février, le parquet avait réclamé une peine "à valeur d'avertissement" de trois mois de prison avec sursis à l'encontre de l'élu, déclarant disposer d'"éléments probants" sur sa culpabilité.

Eric Raoult était accusé d'avoir giflé, bousculé et insulté son épouse à plusieurs reprises entre décembre 2011 et octobre 2012. Il répondait de "violences sur conjoint" et de "menaces ou actes d'intimidation en vue de déterminer une victime à ne pas porter plainte ou à se rétracter".

Il admettait les insultes, pas les coups

Le maire du Raincy admettait les insultes, mais pas les violences. "Je n'ai jamais, jamais porté la main sur mon épouse", avait-il assuré au cours de son procès. "Oui, il y a eu des insultes. Mais je ne l'ai pas frappée."

A la surprise générale, son épouse avait alors minimisé les accusations portées contre lui, revenant sur certaines déclarations faites durant l'enquête.

Le procès, qui devait initialement se tenir le 30 novembre 2012, avait été renvoyé au mois de février en raison de l'état de santé d'Eric Raoult.

Toute l'actu Société

La question du jour

Avez-vous fait de bonnes affaires pendant les soldes?