En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...
Mis à jour le
La fiac s'installe dans le paysage parisien
 

par Elizabeth Pineau PARIS (Reuters) - Stars confirmées ou en devenir de l'art contemporain se retrouvent cette semaine à Paris pour la 38e Foire...

A voir aussi

Votre opinion

Postez un commentaire

4 opinions
  • Nemo me impune lacessit
    Nemo me impune lacessit     

    Mais ça intéresse qui ?

  • Monsieur cyclopede
    Monsieur cyclopede     

    Ah bon? "L'ultralibéralisme se retrouve egalement dans cet art contemporain"? Avant on les traitait de fascistes ou de réac ceux qui n'aimaient pas l'art contemporain... Mais c'est vrai que si l'art contemporain est ultalibéral alors là on a le droit de le critiquer... (signe des temps, c'est la bête libérale qui doit maintenant être traquée et que l'on voit partout...) Enfin bon, grace à toi je sais maintenant qu'on a le droit de critiquer l'art contemporain (avant les "forces du progrès" nous l'interdisaient): alors si on a le droit, je dis aussi que c'est une belle merde!!!

  • An2
    An2     

    L'ultralibéralisme se retrouve egalement dans cet art contemporain au travers duquel je ne me reconnais pas. Stars kitchs, peintres abstraits sans réels talents ( hormis 2 ou 3!), oeuvres astronomiquement chères et visuellements tres pauvres mais soutenues par des discours toujours plus tordus et incompréhensibles du grand public mais qui donnent l'impressions à ses acquéreurs d'être l'élite intelligente dominante. Bref, afin de les flatter dans le sens du poil ( à plusieurs centaines de milliers d'euros, voire, millions d'euros, faut bien leur donner une carotte) !! Marchands, galeristes, institutions, tous cul et chemise à se congratuler en n'omettant pas de surencherir les ventes de manière à mieux les revendre par la suite. Le financial art est à l'art ce que les subprimes sont à la finance. Peu importe la qualité de l'oeuvre, c'est l'artiste, voir la marchand , les réseaux qui font office de crédit de l'oeuvre. Ne marche-t-on pas sur la tête dans cette activité ou seuls la création et le talent devraient être pris en considération???

  • Olati
    Olati     

    Chouette alors !!!

Votre réponse
Postez un commentaire