En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...

A voir aussi

Votre opinion

Postez un commentaire

4 opinions
  • La comtesse
    La comtesse     

    Préface du livre d' Hamid Zanaz : L'impasse islamique.
    « En France, critiquer le christianisme est souvent de bon ton. Voire progressiste. Par contre, dès que l’on touche à l’islam ou à la religion juive, il en va tout autrement. Les accusations pleuvent, alors, drues. Islamophobie, racisme, antisémitisme. Ben tiens !

    Dans ce paysage bétonné de la critique à géométrie variable du religieux, les libertaires, ces mécréants qui ont le « ni dieu ni maître » tatoué à l’âme, font une fois de plus, une fois encore, désordre. Pour eux, toutes les religions, sans exception aucune, constituent des insultes à l’intelligence qu’il convient de combattre en tant que telles.

    Disons-le tout net : ce livre assassine l’idéologie islamique comme jamais encore. La critique y est sans insulte, mais radicale, totale, implacable, féroce. Elle a la précision du scalpel d’un médecin légiste autopsiant un cadavre. Certaines bonnes âmes, de celles « munichoises » qui tentent depuis toujours de passer entre le mur de la collaboration et l’affichette de la Résistance d’avant la 25e heure, ne manqueront pas de trouver le propos excessif. Que le diable les emporte !

    Critiquer l’islam, aujourd’hui, en France, relève du devoir pour tous les esprits libres et pour tous les révolutionnaires. Comme le dit l’auteur, il faut appeler un chameau un chameau, et, donc appeler ceux qui adhèrent à l’amputation, à la circoncision, à la flagellation, au statut inhumain des femmes, etc., des obscurantistes religieux fascistes. »
    Signé :
    Michel Onfray

    Jordane
    Jordane      (réponse à La comtesse)

    " Critiquer l’islam, aujourd’hui, en France, relève du devoir pour tous les esprits libres et pour tous les révolutionnaires. Comme le dit l’auteur, il faut appeler un chameau un chameau, et, donc appeler ceux qui adhèrent à l’amputation, à la circoncision, à la flagellation, au statut inhumain des femmes, etc., des obscurantistes religieux fascistes. "

    Quand je vois une introduction aussi tendancieuse, je me dit que la "critique" se fera sur des sources fiables, en toute "objectivité".

    Prenons cette phrase dans un autre sens, voir si ça marche:

    " Critiquer l’Occident, aujourd’hui, dans le monde, relève du devoir pour tous les esprits sains et pour tous les vertueux. Comme le dit l’auteur, il faut appeler un âne un âne, et, donc appeler ceux qui adhèrent à la légalisation de la pornographie, à l'homosexualité, à la destruction de la famille, au statut inhumain des femmes-objets, etc., des porcs laïques présomptueux. "

    Effectivement, ça marche...

    Vous n'arriverai jamais à rien avec ce genre de discours, tout simplement parce que quand on voit l'état de vos sociétés, on ne se permet pas de donner des leçons avec l'arrogance d'un roquet devant un chihuahua.

  • La comtesse
    La comtesse     

    .



    ...............................C E N S U R E............

  • tintin
    tintin     

    C'est une grossière erreur ! On risque de s'en rappeler, mais peut-être un peu tard.

  • snatch
    snatch     

    Pourquoi pas faire, Franchement?

Votre réponse
Postez un commentaire