En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...
Mis à jour le
Les experts écartent la thèse du sous-marin dans le naufrage du bugaled breizh
 

NANTES (Reuters) - La thèse de l'accrochage par un sous-marin du chalutier français Bugaled Breizh, dont les cinq membres d'équipage étaient morts...

A voir aussi

Votre opinion

Postez un commentaire

5 opinions
  • NIKOS13
    NIKOS13     

    A vous lire, il faut donc croire que ce bateau a accroché un petit rocher pour couler comme ça !!! Il y a de quoi se poser des questions tout de même.

  • Der Gross Filou
    Der Gross Filou     

    faut pas froisser les angliches qui veulent déjà quitter l'Europe !
    pourtant ce serait une riche idée...
    et puis couler les bateaux français c'est une vieille tradition anglaise !

  • MicLemicroMic
    MicLemicroMic     

    Moi je pensais au Kraken, mais bon vu la taille de l'impact je pense plutôt à un astéroide venant de Titan. Mes investigations m'ont même mené à de sérieux doutes vis à vis de l'implication de Paul Watson qui aurait payé les skrulls (ou sélénites je sais pas encore) afin de provoquer un acte revendicatif fort envers la pêche industrielle. Voilà vous savez tout, si je ne donne pas de nouvelles d'ici demain j'ai laissé de quoi pour l'enterrement sous le pied de mon lit... Adieu.

  • smartiz
    smartiz     

    C'est JONAS LA BALEINE!....SI! SI! je vous jure!..... vraiment! on nous prend pour des cons!

  • caton l'ancien
    caton l'ancien     

    Qu'il est juste impossible qu'il s'agisse d'un SNA en général, et du HMS Turbulent en particulier. En effet, un bâtiment de cette taille (5200 tonnes en plongée) doit avoir, pour naviguer en toute sécurité, un minimum d'une trentaine de mètre d'eau au dessus de lui et une centaine en dessous. Hors il y avait à peine 80m d'eau sur le lieu du naufrage. Quand à l'acharnement que mettent les avocats à défendre cette thèse improbable, personne ne semble remarquer que, comme dans le cas de l'attentat de Karachi, ils gagnent copieusement leur vie en maintenant les familles dans l'illusion de la recherche d'une vérité cachée par d'énormes secrets d'état. Quant au témoignage du gars à qui le capitaine du SNA aurait raconté (sur le zinc du bar de la marine ?) ce qui serait un grave secret d'état, qui peut y croire un seul instant?

Votre réponse
Postez un commentaire