Cinq interpellations en lien avec les affrontements à Amiens

Les forces de l'ordre ont procédé à des interpellations dans la nuit de mercredi à jeudi en lien direct avec les affrontements.

BFMTV
Le 16/08/2012 à 6:26
Mis à jour le 16/08/2012 à 9:01

Les forces de l'ordre ont procédé dans la nuit de mercredi à jeudi 16 août à Amiens aux "premières" interpellations, cinq au total, "en lien" avec les violents affrontements entre jeunes et forces de l'ordre du début de semaine dans les quartiers nord, qui ont fait 16 blessés parmi les policiers.

La préfecture a fait état de cinq interpellations "en lien direct avec les événements des nuits précédentes", effectuées pendant la nuit de mercredi à jeudi, dont quatre dans le quartier nord de la ville et une dans un autre quartier d'Amiens. Il s'agit de cinq hommes, dont un mineur âgé de 15 ans. Le plus âgé a 30 ans.

Des vidéos en cours d'examen

Deux d'entre eux ont été interpellés en flagrant délit de tentative d'incendie dans la nuit de mercredi à jeudi, et un autre était recherché pour rébellion après les événements des derniers jours.

"Ce sont les premières interpellations. L'enquête se poursuit", a indiqué la préfecture. D'autres interpellations devraient suivre. Des vidéos réalisées par l'hélicoptère de la gendarmerie et par des policiers lors des violences, sont notamment en cours d'examen, a-t-on précisé de même source.

Ces interpellations ont été opérées dans le cadre d'une enquête de flagrance diligentée par le parquet d'Amiens, destinée à identifier les auteurs des incidents. Lors des principaux affrontements, dans la nuit de lundi à mardi, 16 policiers ont été blessés et trois établissements publics incendiés, dont une école et un établissement sportif. Les émeutes se sont soldées par plusieurs millions d'euros de dégâts matériels.

La préfecture a souligné "l'efficacité du service d'ordre" qui a "mené à des débuts d'interpellations". Le dispositif de sécurité va être maintenu encore plusieurs jours. Cent policiers ont été envoyés en renfort dès mardi, portant à 250 le nombre des agents des forces de l'ordre mobilisés, dont deux compagnies de CRS, munies de canons à eau.

Le ministre de l'Intérieur, Manuel Valls, a annoncé mercredi que les renforts seraient maintenus "au cours des prochains jours et nuits, afin de garantir le complet retour à la normale". Vers 5h30, les cars de CRS stationnés devant la mairie de quartier une grande partie de la nuit avaient quitté les lieux. Le quartier se réveillait sans aucun signe d'agitation apparent. Comme la nuit précédente, quelques faits mineurs ont tout de même été signalés dans d'autres quartiers d'Amiens, a précisé la préfecture.

Une intervention jugée "excessive"

A Amiens-Nord, - l'une des 15 zones de sécurité prioritaire ciblées par le gouvernement - les rapports entre population et forces de l'ordre sont souvent tendus. Une centaine de jeunes rassemblés dans le quartier avaient affronté les policiers lundi soir.

Ces incidents faisaient suite à des heurts dimanche entre des habitants du quartier et la police, qui contrôlait un automobiliste ayant une conduite dangereuse. Une intervention jugée excessive alors que la famille et les proches d'un jeune de 20 ans, mort jeudi après un accident de moto, étaient réunis à proximité pour une cérémonie de deuil.

Une enquête administrative diligentée par la préfecture de la Somme est par ailleurs menée pour éclaircir le déroulement de ces premiers incidents.

La question du jour

Si cela était possible, seriez-vous prêt à habiter sur une autre planète?