En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...
Mis à jour le
Farida Belghoul (à droite) lors d'une manifestation à Paris le 11 mai dernier, aux côtés d'Alain Escada (à gauche), le président de Civitas.
 

L'enseignante avait écrit sur son blog des propos jugés "déplacés" à l'encontre de la ministre Najat Vallaud Belkacem.

A voir aussi

Votre opinion

Postez un commentaire

14 opinions
  • Lola 13
    Lola 13     

    Une tape sur les doigts ?
    Largement insuffisant pour cette menteuse patentée.
    Il faut la virer de l'education nationale.

    gussaoc
    gussaoc      (réponse à Lola 13)

    On vire quelqu un pour faute grave! Enfin!!! dans un Etat de droit! pas dans un Etat de non droit dirigé par la gauche! Donc dans ce cas là plus de la moitié des enseignants ... de GAUCHE.... seraient virés pour des multiples infractions comme le prosélytisme idéologique, !!!!!!!!!!! Mais biensur dans le respect des lois sans faire appel à des violents minoritaires!!!!!!!!

  • Badvann
    Badvann     

    Et au bout de 10 blâmes elle aura un avertissement, comme disait Coluche...

  • TAHAAN
    TAHAAN     

    Boz Ramboz a très bien expliqué la méprise qui s'est faite autour de cette théorie du genre. Il n'y a pas de théorie du genre avec des applications auprès des enfants. Certains parmi vous sont tellement persuadés du contraire que l'on pourrait leur faire admettre qu'un chien n'est autre qu'un ours neurasthénique croisé avec un éléphant nain....Et certains le croiraient. Alors arrêtez, ouvrez les yeux, renseignez vous, et décroisez les jambes ça permet de réfléchir.
    Et cherchez qui pose ce genre de question!

  • HeyBaal
    HeyBaal     

    Dans l'éducation nationale t'as le droit de montrer des gens tous nus à des tous petits enfants ou d'imposer la lecture du marquis de sade à de jeunes lycéennes mais t'as pas le droit d'exprimer un avis sur un blog.
    Le changement c'est maintenant.

    Lola 13
    Lola 13      (réponse à HeyBaal)

    Tiens, y'a le mari de Farida en plus....

  • Boz Ramboz
    Boz Ramboz     

    Bien souvent les bas du front ont exactement les mêmes réflexes archaïques et obscurantistes que les islamistes.
    Pas étonnant que les uns se fassent de manière alternée, manipulés par les autres.

    HeyBaal
    HeyBaal      (réponse à Boz Ramboz)

    Et bien souvent quand les médias font le parti de focaliser sur l'extrémisme c'est pas par accident.

  • Boz Ramboz
    Boz Ramboz     


    1. La théorie du genre, c'est quoi ?
    La « théorie du genre » est avant tout une invention de ses détracteurs.

    Ce qui existe, ce sont les « gender studies », venues des Etats-Unis. Un champ d'études universitaires né dans les années 1960, en parallèle du développement du féminisme. Son propos : étudier la manière dont la société associe des rôles à chaque sexe. Exemples : « pourquoi les hommes font moins le ménage », « pourquoi une femme mécanicienne ou un homme sage-femme paraissent insolites », etc.

    L'un des postulats de ces études était de distinguer le « genre », la construction sociale (les filles aiment le rose, les garçons le bleu) du sexe physique. D'où le recours croissant à l'utilisation du terme « genre », par exemple pour dénoncer les « stéréotypes de genre ».

    Ce qui n'existe pas : Mais il n'y a pas de « théorie » au sens idéologique ou scientifique du terme, pas de programme secret ou caché visant à « manipuler » les enfants.

    2. Pourquoi dit-on qu'elle est « enseignée dans les écoles » ?

    La dénonciation des dangers de la « théorie du genre » n'est pas neuve : dès 2011, la sphère catholique traditionaliste partait en guerre contre l'introduction de cette notion de « genres » dans les manuels de Sciences de la vie et de la Terre (SVT) de première. En réalité, ce fantasme d'une « idéologie du genre » est venu des Etats-Unis et des groupes ultraconservateurs, qui ont inspiré leurs homologues en Europe. En réalité, la loi prévoit l'enseignement de l'égalité homme-femme à l'école depuis 1989, et des cours d'éducation sexuelle sont prévus à l'école depuis une loi de 2001.

    On n'enseigne donc aucune « théorie du genre » dans les écoles, même si des réflexions sont menées autour des questions d'égalité homme-femme par nombre d'acteurs, dont les syndicats. Les « anti » citent ainsi régulièrement une étude du syndicat Snuipp sur la question, en général sans préciser qu'il s'agit d'une réflexion syndicale et pas du programme officiel.

  • Deboutlesmorts
    Deboutlesmorts     

    La supposée "théorie du genre" !!!!!!!!!! tapez les mots clés :"papa porte une robe" ,"j'ai 2 papas qui s'aiment" , "Tango à deux papas et pourquoi pas " ,"Jean a deux maman" et vous verrez que ce n'est pas une théorie supposée !!!!!! HALTE A LA DESINFORMATION

    Boz Ramboz
    Boz Ramboz      (réponse à Deboutlesmorts)

    Tape FN, Nationaliste, extrémiste et comme par hasard on tombe sur des images nazis, des allusions à l'occupation, les chambres à gaz, y'a t'il un rapport ou est-ce juste un concours de circonstances du à un moteur de recherche qui relie tout et n'importe quoi du moment où ça a un infime rapport.
    Faudrait arrêter de tout mélanger à la fin.

  • Deboutlesmorts
    Deboutlesmorts     

    La supposée "théorie du genre" !!!!!!!!!! tapez les mots clés :"papa porte une robe" ,"j'ai 2 papas qui s'aiment" , "Tango à deux papas et pourquoi pas " ,"Jean a deux maman" et vous verrez que ce n'est pas une théorie supposée !!!!!! HALTE A LA DESINFORMATION

  • ANSALDO
    ANSALDO     

    La dictature de l'idéologie de gauche. Tous ceux qui sont contre sont mis au pilori.

  • BJP
    BJP     

    C'est bien là encore un exemple flagrant de ce qu'est précisément la liberté d'expression à la mode socialiste.

Lire la suite des opinions (14)

Votre réponse
Postez un commentaire