En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...
Mis à jour le
Dieudonné, le 28 janvier 2015, lors d'un précédent procès.
 

Poursuivi par la Licra, le polémiste Dieudonné ne pourra pas commercialiser le DVD de son spectacle Le Mur, qui avait été frappé d'interdiction dans plusieurs villes l'an dernier.

A voir aussi

Votre opinion

Postez un commentaire

23 opinions
  • sipernova
    sipernova     

    Michel Colucci, dit Coluche, est un humoriste et comédien français, né le 28 octobre 1944 dans le 14e arrondissement de Paris et mort le 19 juin 1986 à Opio (Alpes-Maritimes).

    Fils de Honorio Colucci, originaire d'un petit village italien de la région de Frosinone, Casalvieri, et de Simone Bouyer, il adopte le pseudonyme « Coluche » à l'âge de 26 ans, au tout début de sa carrière.

    Revendiquant sa grossièreté mais, selon lui, « sans jamais tomber dans la vulgarité », Coluche donne très tôt un style nouveau et sarcastique par sa liberté d'expression, au music-hall, en s’attaquant notamment aux tabous, puis aux valeurs morales et politiques de la société contemporaine. En 1974, il devient célèbre en parodiant un jeu télévisé : Le Schmilblick.

    Avant 1976, il occupe des rôles de second plan au cinéma avant de camper des personnages plus centraux puis de tenir le haut de l'affiche durant les années 1980, essentiellement pour des comédies. En 1984, il obtient un César du meilleur acteur pour son rôle dramatique dans Tchao Pantin.

    Tour à tour provocateur ou agitateur par ses prises de position sociales, il se présente à l'élection présidentielle de 1981 avant de se retirer3.

    Devenu très populaire et apprécié du public, il fonde en 1985 l'association Les Restos du cœur, relais d'aide aux plus pauvres, quelques mois avant de mourir dans un accident de moto.



    Sommaire [masquer]
    1 Biographie 1.1 Jeunesse 1.1.1 Montrouge
    1.1.2 Errances à Paris

    1.2 Débuts d'humoriste 1.2.1 Café de la Gare
    1.2.2 Télévision
    1.2.3 Premiers rôles
    1.2.4 Le Vrai Chic parisien

    1.3 Le succès 1.3.1 Carrière solo
    1.3.2 La radio

    1.4 La politique et les déboires 1.4.1 Élection présidentielle
    1.4.2 Période noire

    1.5 Retour sur le devant de la scène 1.5.1 Tchao Pantin et les Enfoirés

    1.6 Mort

    2 Travail humanitaire
    3 Hommages 3.1 Émissions de télévision
    3.2 Film
    3.3 Musique
    3.4 Autre
    3.5 Fleurs
    3.6 Monuments
    3.7 Noms d'établissements
    3.8 Odonymes

    4 Œuvres 4.1 Chansons 4.1.1 Auteur et coauteur
    4.1.2 Interprète

    4.2 Filmographie 4.2.1 Années 1970
    4.2.2 Années 1980

    4.3 Bibliographie
    4.4 Discographie
    4.5 Ouvrages
    4.6 Sketches

    5 Notes et références 5.1 Notes
    5.2 Références

    6 Annexes 6.1 Liens externes



    §Biographie[modifier | modifier le code]

    §Jeunesse[modifier | modifier le code]

    §Montrouge[modifier | modifier le code]

    Michel Colucci naît le 28 octobre 1944, à l'hôpital Notre-Dame-de-Bon-Secours dans le XIVe arrondissement de Paris4. Sa mère, Simone Bouyer dite Monette, est employée chez le fleuriste Baumann, boulevard du Montparnasse. Son père, Honorio Colucci, originaire de la région du Latium en ItalieN 1, vend des légumes sur les marchés (d'après le reportage de 1978, À bout portant). Ce dernier meurt en 1947 à 31 ans d'une poliomyélite et son épouse doit élever seule ses deux enfants. Délaissés par la belle-famille (à l’exception notable de Maria, la mère d’Honorio qui passe encore les voir)5, Monette, Michel et Danièle, laquelle a un an et demi de plus que son frère, vivent ensemble dans une pièce et une cuisine. Bien qu’elle renonce à son métier de fleuriste pour élever ses enfants, Monette retrouve quelques petits emplois qu’elle doit parfois cumuler pour obtenir un salaire de misère6. Souffrant d’une grave scoliose, elle doit suivre des traitements à Berck lors d'un été où elle emmène ses enfants. Malgré toutes ces difficultés, elle garde espoir en l’avenir et adopte le mode de vie des classes sociales plus aisées, veillant à ce que ses enfants soient « bien mis » (correctement vêtus)6. Michel n’apprécie pas cette fracture entre la réalité et les aspirations de sa mère; et à propos de ses vêtements qui tranchent avec ceux des autres enfants du quartier, il lui reprochera de l’habiller comme une filleN 2.

    Loin des rêves maternels, Michel choisit Montrouge (banlieue sud de Paris) où il traîne avec ses copains. Le travail scolaire ne le passionne pas et il fait rire ses camarades de classe, en tenant tête à l’instituteurN 3. Son parcours scolaire s’arrête au Certificat d'études primaires qu'il rate volontairement en juin 1958 : ayant fait une seule faute à la dictée le matin et ainsi avoir selon lui fait ses preuvesN 4, il ne juge pas utile d’y retourner l’après-midi6. Quand il n’est pas à l’école, il traîne avec ses copains de la « bande Solo », du nom de la cité : « la Solidarité ». Accompagné généralement de Bouboule (Alain ChevestrierN 5), il cumule les petits larcins et aura régulièrement affaire à la police. Tous deux vont même jusqu’à s’essayer à des méfaits plus graves comme l’agression physique ; mais en tentant de dérober le sac d’une vieille dame ils se font tirer dessus par un passant. Coluche, qui avait alors la quinzaine, mettra longtemps avant de relater cet épiso

  • sipernova
    sipernova     

    Michel Colucci, dit Coluche, est un humoriste et comédien français, né le 28 octobre 1944 dans le 14e arrondissement de Paris et mort le 19 juin 1986 à Opio (Alpes-Maritimes).

    Fils de Honorio Colucci, originaire d'un petit village italien de la région de Frosinone, Casalvieri, et de Simone Bouyer, il adopte le pseudonyme « Coluche » à l'âge de 26 ans, au tout début de sa carrière.

    Revendiquant sa grossièreté mais, selon lui, « sans jamais tomber dans la vulgarité », Coluche donne très tôt un style nouveau et sarcastique par sa liberté d'expression, au music-hall, en s’attaquant notamment aux tabous, puis aux valeurs morales et politiques de la société contemporaine. En 1974, il devient célèbre en parodiant un jeu télévisé : Le Schmilblick.

    Avant 1976, il occupe des rôles de second plan au cinéma avant de camper des personnages plus centraux puis de tenir le haut de l'affiche durant les années 1980, essentiellement pour des comédies. En 1984, il obtient un César du meilleur acteur pour son rôle dramatique dans Tchao Pantin.

    Tour à tour provocateur ou agitateur par ses prises de position sociales, il se présente à l'élection présidentielle de 1981 avant de se retirer3.

    Devenu très populaire et apprécié du public, il fonde en 1985 l'association Les Restos du cœur, relais d'aide aux plus pauvres, quelques mois avant de mourir dans un accident de moto.



    Sommaire [masquer]
    1 Biographie 1.1 Jeunesse 1.1.1 Montrouge
    1.1.2 Errances à Paris

    1.2 Débuts d'humoriste 1.2.1 Café de la Gare
    1.2.2 Télévision
    1.2.3 Premiers rôles
    1.2.4 Le Vrai Chic parisien

    1.3 Le succès 1.3.1 Carrière solo
    1.3.2 La radio

    1.4 La politique et les déboires 1.4.1 Élection présidentielle
    1.4.2 Période noire

    1.5 Retour sur le devant de la scène 1.5.1 Tchao Pantin et les Enfoirés

    1.6 Mort

    2 Travail humanitaire
    3 Hommages 3.1 Émissions de télévision
    3.2 Film
    3.3 Musique
    3.4 Autre
    3.5 Fleurs
    3.6 Monuments
    3.7 Noms d'établissements
    3.8 Odonymes

    4 Œuvres 4.1 Chansons 4.1.1 Auteur et coauteur
    4.1.2 Interprète

    4.2 Filmographie 4.2.1 Années 1970
    4.2.2 Années 1980

    4.3 Bibliographie
    4.4 Discographie
    4.5 Ouvrages
    4.6 Sketches

    5 Notes et références 5.1 Notes
    5.2 Références

    6 Annexes 6.1 Liens externes



    §Biographie[modifier | modifier le code]

    §Jeunesse[modifier | modifier le code]

    §Montrouge[modifier | modifier le code]

    Michel Colucci naît le 28 octobre 1944, à l'hôpital Notre-Dame-de-Bon-Secours dans le XIVe arrondissement de Paris4. Sa mère, Simone Bouyer dite Monette, est employée chez le fleuriste Baumann, boulevard du Montparnasse. Son père, Honorio Colucci, originaire de la région du Latium en ItalieN 1, vend des légumes sur les marchés (d'après le reportage de 1978, À bout portant). Ce dernier meurt en 1947 à 31 ans d'une poliomyélite et son épouse doit élever seule ses deux enfants. Délaissés par la belle-famille (à l’exception notable de Maria, la mère d’Honorio qui passe encore les voir)5, Monette, Michel et Danièle, laquelle a un an et demi de plus que son frère, vivent ensemble dans une pièce et une cuisine. Bien qu’elle renonce à son métier de fleuriste pour élever ses enfants, Monette retrouve quelques petits emplois qu’elle doit parfois cumuler pour obtenir un salaire de misère6. Souffrant d’une grave scoliose, elle doit suivre des traitements à Berck lors d'un été où elle emmène ses enfants. Malgré toutes ces difficultés, elle garde espoir en l’avenir et adopte le mode de vie des classes sociales plus aisées, veillant à ce que ses enfants soient « bien mis » (correctement vêtus)6. Michel n’apprécie pas cette fracture entre la réalité et les aspirations de sa mère; et à propos de ses vêtements qui tranchent avec ceux des autres enfants du quartier, il lui reprochera de l’habiller comme une filleN 2.

    Loin des rêves maternels, Michel choisit Montrouge (banlieue sud de Paris) où il traîne avec ses copains. Le travail scolaire ne le passionne pas et il fait rire ses camarades de classe, en tenant tête à l’instituteurN 3. Son parcours scolaire s’arrête au Certificat d'études primaires qu'il rate volontairement en juin 1958 : ayant fait une seule faute à la dictée le matin et ainsi avoir selon lui fait ses preuvesN 4, il ne juge pas utile d’y retourner l’après-midi6. Quand il n’est pas à l’école, il traîne avec ses copains de la « bande Solo », du nom de la cité : « la Solidarité ». Accompagné généralement de Bouboule (Alain ChevestrierN 5), il cumule les petits larcins et aura régulièrement affaire à la police. Tous deux vont même jusqu’à s’essayer à des méfaits plus graves comme l’agression physique ; mais en tentant de dérober le sac d’une vieille dame ils se font tirer dessus par un passant. Coluche, qui avait alors la quinzaine, mettra longtemps avant de relater cet épiso

  • lydie
    lydie     

    depuis 2 ans, nous n'avons jamais autant entendu parler de racisme et islamophobie, à qui la faute?

  • Crys 3
    Crys 3     

    Il y a bien longtemps que Dieudonné ne fait plus de l'humour, mais fait surtout de la politique !

  • solos
    solos     

    bravo encore la liberté d'expression!! où sont les charlies??? et pendant ce temps on a le droit à luz qui montre sa teub sur anal+ dan s la boite à question... tout va bien dans cette france...! continue de les dénoncer dieudo! ils s'enfoncent!

  • kiki5962
    kiki5962     

    LE RACISME EST PRÉSENT DEPUIS LA NUIT DES TEMPS ET RIEN NE CHANGERA CET ÉTAT DE FAITS .ITALIENS,POLONAIS,FLAMANDS,WALLONS,PORTUGAIS ,AFRICAINS DU NORD ET DU SUD J'EN OUBLIE!!C'EST DU VÉCUE ET ÇA NE M'A PAS TUÉ,BIEN AU CONTRAIRE !!!!º

  • korben
    korben     

    superbe publicité pour DIEUDONNE à l’ère d'internet il sera acheté par milliers dans d'autres pays

    sipernova
    sipernova      (réponse à korben)

    Michel Colucci, dit Coluche, est un humoriste et comédien français, né le 28 octobre 1944 dans le 14e arrondissement de Paris et mort le 19 juin 1986 à Opio (Alpes-Maritimes).

    Fils de Honorio Colucci, originaire d'un petit village italien de la région de Frosinone, Casalvieri, et de Simone Bouyer, il adopte le pseudonyme « Coluche » à l'âge de 26 ans, au tout début de sa carrière.

    Revendiquant sa grossièreté mais, selon lui, « sans jamais tomber dans la vulgarité », Coluche donne très tôt un style nouveau et sarcastique par sa liberté d'expression, au music-hall, en s’attaquant notamment aux tabous, puis aux valeurs morales et politiques de la société contemporaine. En 1974, il devient célèbre en parodiant un jeu télévisé : Le Schmilblick.

    Avant 1976, il occupe des rôles de second plan au cinéma avant de camper des personnages plus centraux puis de tenir le haut de l'affiche durant les années 1980, essentiellement pour des comédies. En 1984, il obtient un César du meilleur acteur pour son rôle dramatique dans Tchao Pantin.

    Tour à tour provocateur ou agitateur par ses prises de position sociales, il se présente à l'élection présidentielle de 1981 avant de se retirer3.

    Devenu très populaire et apprécié du public, il fonde en 1985 l'association Les Restos du cœur, relais d'aide aux plus pauvres, quelques mois avant de mourir dans un accident de moto.



    Sommaire [masquer]
    1 Biographie 1.1 Jeunesse 1.1.1 Montrouge
    1.1.2 Errances à Paris

    1.2 Débuts d'humoriste 1.2.1 Café de la Gare
    1.2.2 Télévision
    1.2.3 Premiers rôles
    1.2.4 Le Vrai Chic parisien

    1.3 Le succès 1.3.1 Carrière solo
    1.3.2 La radio

    1.4 La politique et les déboires 1.4.1 Élection présidentielle
    1.4.2 Période noire

    1.5 Retour sur le devant de la scène 1.5.1 Tchao Pantin et les Enfoirés

    1.6 Mort

    2 Travail humanitaire
    3 Hommages 3.1 Émissions de télévision
    3.2 Film
    3.3 Musique
    3.4 Autre
    3.5 Fleurs
    3.6 Monuments
    3.7 Noms d'établissements
    3.8 Odonymes

    4 Œuvres 4.1 Chansons 4.1.1 Auteur et coauteur
    4.1.2 Interprète

    4.2 Filmographie 4.2.1 Années 1970
    4.2.2 Années 1980

    4.3 Bibliographie
    4.4 Discographie
    4.5 Ouvrages
    4.6 Sketches

    5 Notes et références 5.1 Notes
    5.2 Références

    6 Annexes 6.1 Liens externes



    §Biographie[modifier | modifier le code]

    §Jeunesse[modifier | modifier le code]

    §Montrouge[modifier | modifier le code]

    Michel Colucci naît le 28 octobre 1944, à l'hôpital Notre-Dame-de-Bon-Secours dans le XIVe arrondissement de Paris4. Sa mère, Simone Bouyer dite Monette, est employée chez le fleuriste Baumann, boulevard du Montparnasse. Son père, Honorio Colucci, originaire de la région du Latium en ItalieN 1, vend des légumes sur les marchés (d'après le reportage de 1978, À bout portant). Ce dernier meurt en 1947 à 31 ans d'une poliomyélite et son épouse doit élever seule ses deux enfants. Délaissés par la belle-famille (à l’exception notable de Maria, la mère d’Honorio qui passe encore les voir)5, Monette, Michel et Danièle, laquelle a un an et demi de plus que son frère, vivent ensemble dans une pièce et une cuisine. Bien qu’elle renonce à son métier de fleuriste pour élever ses enfants, Monette retrouve quelques petits emplois qu’elle doit parfois cumuler pour obtenir un salaire de misère6. Souffrant d’une grave scoliose, elle doit suivre des traitements à Berck lors d'un été où elle emmène ses enfants. Malgré toutes ces difficultés, elle garde espoir en l’avenir et adopte le mode de vie des classes sociales plus aisées, veillant à ce que ses enfants soient « bien mis » (correctement vêtus)6. Michel n’apprécie pas cette fracture entre la réalité et les aspirations de sa mère; et à propos de ses vêtements qui tranchent avec ceux des autres enfants du quartier, il lui reprochera de l’habiller comme une filleN 2.

    Loin des rêves maternels, Michel choisit Montrouge (banlieue sud de Paris) où il traîne avec ses copains. Le travail scolaire ne le passionne pas et il fait rire ses camarades de classe, en tenant tête à l’instituteurN 3. Son parcours scolaire s’arrête au Certificat d'études primaires qu'il rate volontairement en juin 1958 : ayant fait une seule faute à la dictée le matin et ainsi avoir selon lui fait ses preuvesN 4, il ne juge pas utile d’y retourner l’après-midi6. Quand il n’est pas à l’école, il traîne avec ses copains de la « bande Solo », du nom de la cité : « la Solidarité ». Accompagné généralement de Bouboule (Alain ChevestrierN 5), il cumule les petits larcins et aura régulièrement affaire à la police. Tous deux vont même jusqu’à s’essayer à des méfaits plus graves comme l’agression physique ; mais en tentant de dérober le sac d’une vieille dame ils se font tirer dessus par un passant. Coluche, qui avait alors la quinzaine, mettra longtemps avant de relater cet épiso

    solos
    solos      (réponse à korben)

    merci en effet!

  • vince de l'ardeche
    vince de l'ardeche     

    la justice doit interdire Charly hebdo aussi, non?

    FunkCasimir
    FunkCasimir      (réponse à vince de l'ardeche)

    je suis charlie

    solos
    solos      (réponse à FunkCasimir)

    ben va montrer ta teub à la télé alors...

    kiki5962
    kiki5962      (réponse à vince de l'ardeche)

    Ah oui! Dlaczego?

  • mangerune
    mangerune     

    j' ai vue le Mur il m a bien fait rigoler mais il n y a vraiment pas de quoi l' interdire vive la démocratie à geométrie variable

  • emile2looz
    emile2looz     

    liberté d'expression... Dommage que ceux ci ne veut rien dire contre les associations.

Lire la suite des opinions (23)

Votre réponse
Postez un commentaire