En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...
Mis à jour le
La grève des enseignants peu suivie, selon le ministère
 

PARIS (Reuters) - La grève des enseignants en France est relativement peu suivie jeudi, selon le ministère de l'Education nationale. Le taux de...

A voir aussi

Votre opinion

Postez un commentaire

16 opinions
  • LUMOS
    LUMOS     

    Question que personne ne pose :
    Que vont devenir les 3300 inspecteurs de l'éducation nationale ?

    Les enseignants n'ont jamais de visite à la médécine du travail pour eux ça n'éxiste pas !!!

    Est ce que les chefs d'établissement vont aussi faire passer les visites médicales.

  • Chicaroja
    Chicaroja     

    Savez-vous que certains chefs d'établissement n'ont d'autre intérêt qu'eux-mêmes et leur carrière ? Qu'ils notent par exemple annuellement les infirmières scolaires alors qu'ils sont totalement incompétents ? Les chefs d'établissement devraient être élus à l'année par les parents et les personnels.

  • StopAlaCouillonnade
    StopAlaCouillonnade     

    Les profs sont déjà évalués, administrativement par le chef d’établissement et par les inspecteurs pour la spécialité. Le seul but de cette reforme est de casser le service public et de passer au vrai privé comme pour Gaz de France ou les autoroutes. Alors mieux vaut être très riche pour choisir la bonne école avec les bons profs dans le futur.

  • gégé52
    gégé52     

    "le proviseur considérait que les élèves devaient simplement etre dans les classes, avec un effectif important, le reste il savait très que les profs ne pourraient pas faire cours mais que ce n'était pas son souci" C'est malheureusement un cas de figure de plus en plus fréquent dans l'éducation nationale. C'est même en passe de devenir le cas de figure de plus en plus fréquent avec une nette dégradation depuis 5 ans. Votre cas personnel et votre analyse ne sont pas rassurante du tout. Comme le dit le proverbe "pour que le mal triomphe, il suffit que les gens bien ne fassent rien". Parents et enseignants devraient s'unir pour l'éducation nationale fonctionne en dépit de chefaillons carriéristes qui ne s'intéresse à la réussite des élèves que si cela ne peut servir que leurs intérêts financiers ou ceux de leurs hiérarchie (autrefois les chefs d'établissement se battaient contre les fermetures de classe car ils savaient que cela aboutissaient à une dégradation des conditions d'enseignement, mais aujourd'hui ils battent pour car ils reçoivent de fortes primes de résultats pour chaque classe fermée). Mais ces .... politiques sont très doués pour dresser les uns contre les autres enfants, surveillants, parents et enseignants. J'ai un exemple de directeur qui disait d'un côté aux parents qu'il n'y avait pas de mauvais élèves mais que des mauvais enseignants, et d'un autre côté aux enseignants qu'ils étaient payés pour faire cours pas pour les élèves les comprennent car ils étaient de toutes les manières trop bête pour le faire"... Belle mentalité qui est encouragée peu ou prou par le Ministère de l'Education Nationale.

  • Eldar
    Eldar     

    Merci, j'ai mis mon enfant dans un lycée privé même si j'ai toujours voulu que mes enfants restent dans l'école publique.
    Ce proviseur a été muté sur cet établissement car il avait si mal géré son ancien lycée que l'ensemble du personnel avait fait grève contre ses méthodes et la dégradation de la vie dans l'établissement.
    Je trouve juste dommage que les médias ne réagissent aux violences seulement lorsque le nom de la ville va avoir un écho important *** mais pas lorsque c'est un lycée dans la ville de Fosses val d'oise. Ma fille me disait souvent que certains bon élèves rentraient chez eux en plaurant car ils voulaient travailler mais que le proviseur considérait que les élèves devaient simplement etre dans les classes, avec un effectif important, le reste il savait très que les profs ne pourraient pas faire cours mais que ce n'était pas son souci.
    Je trouve que les parents qui mettent leurs enfants dans ce lycée ont beaucoup de courage, car lorsqu'on sait tout ce qui n'est pas fait et les nombreux soucis de comportements des élèves, je ne sais pas comment un élève peut étudier dans ces conditions là.

  • gégé52
    gégé52     

    Les dirigeants démissionnaires prêts à tous les abus et toutes les compromissions pour faire carrière sévissent dans l'éducation nationale comme ailleurs depuis les années fric. Je vous souhaite bien du courage avec votre énergumène sous doute très bien noté par sa hiérarchie (pas de redoublement, diminution du nombre de classes, augmentation des heures supplémentaires obligatoires, nombre de réunions bidon qui ne servent à rien, nombre d'article dans la presse totalement mensonger...). J'ai le souvenir récent d'une parente d'élève assez violemment remise à sa place par un chef d'établissement qui avait déclaré que les parents d'élèves n'avaient à poser de question aux chefs d'établissement sur la manière dont il gérait leurs affaires (la question était quel était la politique de l'établissement concernant la sécurité des élèves dans la mesure où les élèves qui avaient renversé une camarade dans les escaliers qui s'était blessé à la jambe n'avaient pas été sanctionné, et dans la mesure où un élève qui avait étrangler un camarade de classe jusqu'à évanouissement n'avait pas été sanctionné).

  • gégé52
    gégé52     

    J'ai pas envie de répondre à tous ceux qui fantasme sur les professeurs toujours en grève. Par contre je ais pas me gêner pour parler de cette réforme. Les chefs d'établissement vont maîtriser l'intégralité de l'évaluation, de la carrière et donc des revenus des enseignants. Cela part d'une bonne volonté : délocaliser ces activités pour être au plus près du terrain. Le problème c'est qu'on part du principe que les chefs d'établissement constituent une élite dévoué corps et âme au service public. CE TEMPS LA EST BEL ET BIEN FINI. Depuis 15 ans, ils se bunkerisent dans leurs bureaux, se réfugient derrière les textes et les directives venues d'en haut pour ne mettre les mains dans le cambouis. Comment un supérieur hiérarchique qui vous croise 2 ou 3 dans l'année peut-il évaluer votre travail et votre engagement sans se lever de son fauteuil en cuir ??? Dans les derniers proviseurs qui j'ai connu : 1 condamné pour détournement de fond et abus de bien sociaux, 1 rétrogradé pour abus de pouvoir (non respect du code du travail et discrimination raciale : il refusait de communiquer avec son subordonné originaire de Guadeloupe), 1 muté pour absentéisme répété, 1 muté pour abus de pouvoir et harcèlement moral (qui n'a rien trouvé de mieux que de pousser une enseignante à s'immoler par le feu dans sa nouvelle affectation), 1 qui est suspecté de propagation de calomnies envers ses subordonnés et de non assistance à personne en danger sur les élèves dont il a la responsabilité. Cela fait beaucoup pour un petit corps de métier, sur une courte période et sur petit espace. Et je ne parle même pas du directeur du collège des *** qui préfère mentir pour sauver sa carrière plutôt de compatir avec une famille en deuil. Et c'est à ses gens là qu'on veut donner plus de pouvoirs ? C'est la porte ouverte à toutes les dérives !!! Le poisson commence toujours à pourrir par la tête : réformons la tête avant de pourrir la vie des employés (remarque qui vaut pour tous les corps de métier, soit dit en passant).

  • coralie9_86
    coralie9_86     

    Vous semblez vraiment tenir à votre droit de grève. Perso 44 ans de travail dans le privé PME plus gros employeur français. Jamais un seul jour de grève. Rares jours de maladie car pas de complément de salaire. Dans la fonction publique vous oubliez qu'une petite entreprise à besoin de son personnel pour tourner. Pas de travail, impossible de payer ses factures et son personnel avec au pire fermeture de la boite. Vous vous savez quez vous serez toujours payé par les impôts de la France. Mais attention, la France va très mal et bientôt peut être vous ne toucherez plus votre salaire aussi régulièrement. Il ne faut pas trop tirer sur la corde..... Il n'en demeure pas moins que je ne voudrais pas faire votre boulot actuellement.

  • VacheFolle
    VacheFolle     

    Ce que je voulais démontrer c'est en lisant souvent les commentaires lorsqu'il y a un sujet sur les fonctionnaires c'est toujours l'attaque, l'insulte, tout le monde peut faire des généralités.
    Si je dis, hier je suis allé m'acheter un tee-shirt dans la boutique seul clien, 4 vendeurs, chacun dans son coin à discuter. Est-ce que je vais dire que toutes les personnes qui travaillent dans le privé sont payées à attendre, à discuter et de tourner les pouces ?
    Je sais très bien que tout le monde n'a pas ces avantages dans le privé, mais il y a des avantages de chaque côté.
    Comme je l'ai dit devenir professeur c'est avec un concours ouvert à tous selon leur niveau d'études. Mais pourquoi il y a de moins en moins de personnes qui s'inscrivent ?
    De plus je souligne le fait qu'il est un peu facheux dans un pays de toujours monter le privé contre le public, car cela n'a qu'un seul but déconstruire de chaque côté les avantages de chacun, tout le monde est perdant.
    J'ai une amie qui était enseignante, depuis qu'elle a changé de voie et travaille dans le secteur privé elle est méconnaissable, elle est rayonnante et de bonne humeur.
    Mais attention, à force de critiquer la grève, certains accepteront qu'il n'y ait plus de droits de grève ou autre et s'apercevront trop tard de ce qu'ils ont perdu.

  • //////////////////////
    //////////////////////     

    chez eux pour un oui pour un non. Si ce ne sont pas des grèves, ce sont des maladies, des congés formation.....Ma fille est au collège pas cours du tout aujourd'hui bon ok mais hier il n'y avait pas grève et pourtant son prof d'EPS lui, a fait grève. Tout le monde pourrait faire grève à ce moment là faut arrêter. Ce n'est pas toujours facile de gérer une classe d'accord mais si on veut dans tous les métiers il y a des avantages et des inconvénients. Là franchement, ça ne devient plus crédible.

Lire la suite des opinions (16)

Votre réponse
Postez un commentaire