En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...
Mis à jour le
Khoren, 11 ans, avait été retrouvé pendu à un porte-manteau dans le couloir de sa classe.
 

EXCLUSIF RMC - Le 26 mai dernier, le petit Khoren était retrouvé pendu à un porte-manteau dans le couloir de son école d'Arles, après avoir été exclu de sa classe, sans surveillance. Sur RMC, ses parents disent leur tristesse mais aussi leur désarroi après la récente réintégration de son enseignante.

A voir aussi

Votre opinion

Postez un commentaire

77 opinions
  • erwann 32
    erwann 32     

    Soyons modéré et attention à ne pas mettre la faute sur l'instit, pourtant moi je les critique souvent car ils ferainet mieux de faire le métier et ne pas faire de la politiqe à l'école, mais là elle a renvoyé un jeune en punition dans le couloir comme celà m'est arrivé des dizaines de fois dans le passé , je pense que s'il a fait ce geste atroce c'est plutôt parce qu'il a vu celà sur internet et consort , les jeunes aujourd'hui ne sortent plus dans la campagne , ne jouent plus , ils ne regardent que leurs claviers où souvent ils découivrent des trucs débiles qu'ils copient .
    Alors n'accusons pas l'instit c'est trop facile. Condoléances à la famille !

  • ARCANDIER
    ARCANDIER     

    que les directeurs ne sont pas là pour sermonner les enfants turbulents mais pour compter les enseignants en gréve ou en arrêt de travail. Toujours la même excuse " suppression de poste, 30 enfants par classe ", il y a 25 ans on été 30 par classe aussi. Les enseignants ne beuglaient pas mais faisaient leur boulot, pas comme aujourd'hui. Quand on voit le niveau des gamins qui rentrent en sixième ça fait peur.

  • nonnonnon
    nonnonnon     

    Vous posez de très bonnes questions rivegauche.

  • nonnonnon
    nonnonnon     

    ne me retrouve pas dans votre message. Ca devient un drame si un enfant de fait sanctionner. Tout de suite, la sanction laisse présumer qu'il est un délinquant ! C'est normal une gosse de 11ans qui bavarde ou à un moment ne tiens pas en place. Ca a toujours existé et ça n'est pas la fin de l'ordre social. L'école à toujours été comme ça. Vous idéalisez le passé...

  • Rivegauchelyonnaise
    Rivegauchelyonnaise     

    "qu'on est responsable de se que font nos enfants et qu'il faut pas avoir peur d'être ferme avec eux on vie pas dans un monde de Bizounours" Je crois sincèrement qu'on a été beaucoup trop dur avec toi pour t'éduquer... ou te dresser comme disent et font certains... Le résultat dramatique c'est qu'il n'y a pas beaucoup de jeu (au sens ludique et mécanique) chez toi entre la vie et la mort ... comme tu le dis dans ton titre... Bon courage avec tout ce passif!!!!

  • Rivegauchelyonnaise
    Rivegauchelyonnaise     

    Des enfants invités à se calmer en restant 10 minutes dans le couloir, il y en a des milliers. Conscients que l'enfant peut faire une bêtise, fuguer, les enseignants abandonnent cette pratique mais les habitudes ne disparaissent pas du jour au lendemain. Je pense que juridiquement l'instit est responsable et risque une condamnation. Une condamnation au moins symbolique est nécessaire pour aider les parents dans leur processus de deuil. De là à vouer cette instit (qui doit être anéantie) aux gémonies, il y a un pas que je ne franchirai pas. Les enseignants ne peuvent pas anticiper toutes les réactions des enfants. C'est compliqué car parfois l'éloignement momentané semble indispensable pour faire tomber la tension mais les enfants sont parfois, à notre insu, traversés par des sentiments d'abandon (Réactualisation et exacerbation d'un vécu antérieur) qui peuvent les amener à des conduites extrêmes... Avec l'expérience un enseignant perçoit très vite les fragilités de ses élèves et en tient compte mais il y a aussi des désespoirs bien cachés... Les drames viennent souvent d’un cumul de circonstances défavorables. C’est ainsi.

  • Rivegauchelyonnaise
    Rivegauchelyonnaise     

    si tu avais été enseignant tu aurais des propos un peu plus nuancés. Mais pour que tu sois enseignant il aurait fallu que tu raisonnes autrement au départ... Bref: le métier d'endseignant est passionnant mais difficile. Il doit être rappelé aux enseignants leurs responsabilités mais, crois-moi, aucun enseignat ne peut dire qu'il n'a pas commis d'erreur: 30 gosses pendant 6h , malgré tout la bonne volonté on ne contrôle jamais tout à 100%

  • Rivegauchelyonnaise
    Rivegauchelyonnaise     

    Comment charger les parents de la sorte alors que tu ne sais rien ?!! J'ai trouvé les propos du papa pleins de mesure et de bon sens mais je ne me sens pas autorisé à dire si c'est un bon père ou pas... Par expérience je sais que les enseignants doivent être prudents dans leur communication: Ce qui est de l'humour du point de vue de l'enseignant peut être pris au premier degré par l'enfant et ceci de manière tout à fait imprévisible... et conduire à des situations traumatisantes voire dramatiques comme ici. Chaque adulte à son registre propre de communication et les enfants n'ont pas toujours la capacité à s'adapter aux différences...

  • Rivegauchelyonnaise
    Rivegauchelyonnaise     

    est qu'il entame la confiance des parents envers les enseignants. Pourtant il est indispensable que le parent soit dans le lâcher prise quand il laisse son enfant à la porte de l'école. Les enfants ressentent les appréhensions des parents et ce n'est pas favorable à la relation enfant-eneignant, donc pénalisant pour l'enfant.

  • ChristOArles
    ChristOArles     

    Est-ce le début des renvois de cours ? est ce le début des punitions ?
    Un prof doit il compromettre l’avancé dans le programme scolaire au profit d’un perturbateur ?
    En reformulant la question êtes vous pour sacrifier l’année scolaire de tous les autres élèves de cette classe, parce qu’il faut à tout prix garder l’élément perturbateur ?
    De mon temps les « boucans » sortaient du cours, ce qui permettait au reste de la classe de progresser, et il y avait une salle de permanence pour les troubles fait, gérés par un surveillant.
    J’ai vécu l’affaiblissement intellectuel d’une classe du fait de fouteur de merde, trop tardivement virés.
    Donc le prof a eu raison pour le bien du reste de ces élèves, et l’établissement à ces fautes du fait de ne pas posséder de salle avec surveillant pour éviter tout dérapage.
    Et pour info chez vous si l’enfant est mort c’est du à l’accident avec l’automobiliste, sinon à remonter en arrière la faute peut être donnée aux parents pour ne pas avoir bien choisi l’établissement, ou au grands parents pour ne pas avoir assez d’intelligence dans leur code génétique à transmettre.

Lire la suite des opinions (77)

Votre réponse
Postez un commentaire