En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...
Mis à jour le
La frégate Hermione doit appareiller pour les Etats-Unis le 17 avril.
 

L'Hermione est prête. Plus de 230 ans après son aïeule, cette reproduction d'une frégate d'époque s'apprête à traverser l'Atlantique. Elle a été construite avec les matériaux et les techniques du XVIIIe siècle, mais quelques petites différences subsistent...

  • > Du bois de chêne français

    Pour être rigoureux, il faut remonter à la source. Le bois de chêne de l'ouest de la France, 3.000 troncs, a bien été utilisé pour la fabrication. Mais ils ont été transformés avec un outillage moderne. Exit, donc, la longue scie manuelle que l'on tenait chacun par un bout. Les découpes sur le chantier ont aussi été faites à la scie circulaire. Sinon, l' Hermione ne serait encore qu'un squelette à cette heure.

    hermione lafayette

    > Des prévisions météo plus modernes

    Ceci n'est pas une critique adressée aux voyants et autres nécromanciens mais l' Hermione disposera d'une navigation assistée par des prévisions météorologiques plus modernes et extrêmement précises. De quoi rendre la traversée beaucoup plus facile qu'en 1780. Savoir où et quand se produiront les grains, et comment les éviter, peut être utile. Les moins: l'équipage ne connaîtra sans doute pas le frisson d'une sympathique petite tempête, et n'auront rien d'autre à raconter à leur retour que des parties de belote.

    > Pas de bagnards

    Plus scandaleux, tous les travaux manuels ont été fait par des volontaires, et payés, qui plus est. Un changement notable lorsque l'on sait que les travaux difficiles sur le chantier naval de Rochefort étaient réalisés par de robustes et économiques bagnards. Heureusement, une partie de l'équipage est constituée de bénévoles.

    > L'électricité à bord

    Aujourd'hui, il est difficile de demander à une troupe de marins de vivre dans les conditions d'antan. Dans ce petit espace, en temps de guerre, pas moins de 240 gaillards s'entassaient sur les ponts. Ici, ils ne seront que 80, un luxe. Mais pour pouvoir naviguer avec si peu de main d'œuvre, ils ont dû ajouter un système d'aide électrique à la remontée de l'ancre qui nécessitait une heure de travail et une centaine de personnes au XVIIIe siècle. Le temps prévu pour réaliser chaque opération de navigation est triplé. Et le commandant ne dispose même pas de mousse pour son ménage et sa vaisselle.

    Pour les marins de 2015, finis les biscuits de mer, pieds de cochon, les potées aux teignes et aux charançons servies dans des gamelles qu'on partage avec six autres camarades. Le cuistot bénéficie d'une cuisine moderne et prépare des petits plats, organisés en deux services, pour que les gaillards mangent à leur faim.

    D'ailleurs, des générateurs d'électricité sont présents. Deux pour les moteurs, et un troisième pour tout le reste. Car oui, les marins ont l'électricité à bord. Elle sert à faire tourner les machines à laver le linge, par exemple. Tout le confort moderne, ou presque.

    hermione la fayette

    > Ils ont même des toilettes

    On a tellement pensé au confort des marins sur ce navire qu'on leur a mis à disposition des douches, et même des toilettes. Le moment de camaraderie du banc d'aisances, sur les flancs du navire, sous la vivifiante caresse de la pluie et des embruns a été purement et simplement supprimé.

    Les marins, justement: il y a deux siècles, on ne trouvait jamais de femmes dans ces navires. Aujourd'hui, elles représentent un tiers de l'équipage. Et concernant les punitions, le capitaine Yann Cariou dispose d'un éventail bien pauvre: plus de coups de fouet, on n'enferme plus personne dans la soute et, surtout, on ne marque plus au fer rouge, autant de pratiques passées. 

    > Le drapeau républicain et non plus de la monarchie

    Enfin, si l'on met de côté la disparition de la réserve d'armes, de celle de poudre, de la soute aux graines où les rats s'épanouissaient avec bonheur et des moutons vivants, on ne peut que remarquer que le pavillon flottant à la poupe est l'étendard français, et non le drapeau blanc de la monarchie. Quant aux canons, démilitarisés, ils sont incapables de tirer de vrais boulets mais peuvent seulement brûler de la poudre, ce qui a déjà été difficile à obtenir. Les normes internationales ont encore frappé.

    A voir aussi

    Votre opinion

    Postez un commentaire

    5 opinions
    • alain01
      alain01      

      J'aurais bien vu voir notre capitaine de pédalo suivre ce beau navire!

    • lebeaufrançois
      lebeaufrançois      

      Je récapépéte: 2000 chenes abattus, j'espère qu'ils en ont replantés autant. Et on critique le Brésil!! ça vous dérange BFM ce commentaire?

      HeyBaal
      HeyBaal       (réponse à lebeaufrançois)

      Ca fait des siècles que la forêt progresse en France et qu'on plante, cultive et exploite des essence de bois de haute qualité, merci de vous inquiéter :)

    • HeyBaal
      HeyBaal      

      Et les mecs ont bossé avec une convention collective, 35h et des congés payés ;)

    • Simba
      Simba      

      je suis heureux,avec francois on a le vent en poupe

    • gero51
      gero51      

      Formidable aventure !

    Votre réponse
    Postez un commentaire