En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...
Gilles Kepel sur le plateau de BFMTV-RMC, le 16 novembre 2015.
 

A voir aussi

Votre opinion

Postez un commentaire

3 opinions
  • doucefrance66
    doucefrance66     

    Ce n'est pas la France qui n'est pas conviée à ces réunions à Vienne. C'est M. Hollande. Ce n'est pas la même chose.

  • lacontesse
    lacontesse     

    On avance sur le terrain diplomatique pour accéder à la solution militaire. Les civilisations de droits fonctionnent encore.
    Pour ce qui est de la France, elle est à sa place. Elle n'a que peu de poids mais tel est son rang.

  • BJP
    BJP     

    Enfin !!!! Petit à petit nous finirons par comprendre l'absurdité dans laquelle se complaisent F Hollande et B Obama.
    Pour F Hollande le "fameux" chef de guerre un seule chose compte : le départ de Bachar El Assad alors que ce dernier reste malgré tout un rempart à l'EI sans compter sur le rejet de la Russie (Poutine) et de l'Iran alors que tous sont la clef des problèmes dans ces régions du monde.

    lacontesse
    lacontesse      (réponse à BJP)

    Vous devriez vous renseigner sur ces dernières années et vous saurez qu'Assad à laissé grossir l'EI sur son territoire pour prendre la place des opposants politiques. Si nous étions intervenu dès le début, l'EI serait bien moins importante et le changement politique aurait eu lieu, quasiment sans heurts.
    La Russie prépare la sortie d'Assad sans perdre la face. Sur place, elle collabore d'ailleurs en appui de l'ASL.
    Alors, Assad n'est pas la priorité mais il sortira après.

Votre réponse
Postez un commentaire