En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...
Ce mardi s'ouvre le procès d'un père jugé pour avoir tué sa fille de 6ans, handicapée.
 

Ce mardi la cour d'assises de Seine-et-Marne juge un homme qui a mis fin aux jours de sa fille handicapée. Ne supportant plus le handicap, il a étouffé sa fille de 6 ans dans son sommeil.

A voir aussi

Votre opinion

Postez un commentaire

3 opinions
  • makushan62
    makushan62     

    Très beau geste d'un père, si c'était une femme on en ferait une 'héros"!!!!!

  • fuerza67
    fuerza67     

    Quand nous constatons comment les personnes handicapées sont traitées dans notre pays , ce geste d'amour est une réalité.En France ,nos politicards sont plus intéressés par les élections que par les personnes,valides ou handicapées.L'Etat n'oublie jamais de rémunérer ces hauts fonctionnaires ,politiques par ailleurs ,en sacrifiant le bien-être (minime il faut le préciser)comme l'accessibilité dans nos villes. Nos élus connaissent par coeur le mot ACCESSIBILITE mais n'en connaissent pas l'usage sur le terrain.Taubira fait du vélo ,Hollande fait du scooter et des galipettes ,Sarko fait du footing ,Borlo lève son coude......que savent-ils du handicap? Comme Lemaire qui incite à la guerre plutôt que de répandre des parole de paix!!!!! UN JOUR NOUS SERONS VIEUX....NOUS SERONS TRAITES COMME LES HANDICAPES....COMME DES CHARGES!!!!

  • LaCumularde
    LaCumularde     

    C'est le procès d'un amour à bout de force, c'est le procès du désespoir, sans oublier cette petite fille victime - qui aurait sans doute pu être pris en charge par ailleurs - il s'agit de ne pas mettre cet homme au pilori! Que de souffrances pour tous, le drame des familles ayant des enfants lourdement handicapés à charge est trop souvent oublié.

Votre réponse
Postez un commentaire