Les IVG bientôt prises en charge à 100%

Comme François Hollande l'avait promis durant sa campagne, les interruptions volontaires de grossesse (IVG) devraient bientôt être prises en charge à 100% par l'assurance maladie, ce qui n'est pas le cas aujourd'hui.

Mélanie Bertrand | Antoine Bonnetier et Patrick Sauce
Le 28/09/2012 à 17:14
Mis à jour le 28/09/2012 à 19:26

Si l’avortement est gratuit pour les mineures sans autorisation parentale ou  pour les femmes couvertes par la CMU, toutes les autres doivent prendre en charge certains frais. Or, une interruption volontaire de grossesse (ou IVG) coûte entre 200 à 450 euros, remboursée à 70 ou 80% par l’assurance maladie. Mais les choses pourraient bientôt changer.

Selon Les Echos, l'IVG pourrait être prise en charge à 100%. Cette mesure devrait figurer dans le projet de loi de financement de la sécurité sociale présenté lundi.

Selon un rapport de l'Inspection générale des affaires sociales (Igas) d'octobre 2009, le coût des IVG représente 70 millions d'euros dont 55 millions "sont pris en charge par l'assurance maladie", le reste constituant le ticket modérateur à la charge des patientes.

Centres IVG fermés

"Tout ce qui permettra d'améliorer l'accès à l'avortement pour toutes les femmes, quelle que soit leur situation financière, est une bonne nouvelle" a réagi la secrétaire générale du planning familial, Marie-Pierre Martinet.

Chaque année 200.000 femmes décident de se faire avorter mais pour certaines d’entre elles, le coût de l’IVG est une difficulté supplémentaire.

Des associations réclament également une revalorisation de l’action pour les médecins et les hôpitaux, et davantage de centres IVG. En quelques années, plus d’une centaine de centres IVG ont fermé.

Toute l'actu Société

La question du jour

Faut-il permettre l'ouverture de tous les magasins le dimanche?