En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...
Georges Fotinos, chargé de l’étude sur les relations directeurs/parents
 

La relation entre les parents d'élèves, les professeurs et les directeurs d'école est au plus bas. C'est ce que révèle une étude dévoilée ce vendredi par RMC.

A voir aussi

Votre opinion

Postez un commentaire

31 opinions
  • Gouik
    Gouik     

    Oui enseignons saint cacarante et saint capitalisme pour lobotomiser encore plus les enfants!

  • Gouik
    Gouik     

    Elle n'est pas nécessaire la désobéissance civique mais elle devrait être obligatoire dès lors que les gouvernements en place ne plaisent pas, donc depuis Giscard! mais les français sont tellement moutonneux que faire une grève de payement des impôts sera impossible!

  • Gouik
    Gouik     

    si c'était des profs de droite qui faisaient l'éducation ce serait simple, on ne parlerait que de management et de cours de bourse!

  • lamichederennes
    lamichederennes     

    MER9I mR PEILLON POUR CETTE PAIX SCOLAIRE

  • Al Azar
    Al Azar     

    La laïcité républicaine est contestée et perçue en permanence comme une attaque par une partie des parents. La liberté libertaire asservit, seule la loi libère ! Il en est qui, au nom d'une culture différente, refusent d'insérer leurs "rejetons" dans la culture de ce pays. Il est des réalités occultées, que le conformisme empêche d'évoquer. Tant qu'on laissera endoctriner certains de nos élèves par des gens tels que l'ex-copain de Martine Aubry,avec lequel elle a pris de la distance, recteur de la mosquée de Lille et désormais président, depuis Juin dernier de l'UOIF (union des organisations islamiques de France, émanation des frères musulmans) qui déclarait : "Dans l’islam la notion de citoyenneté n’existe pas, mais celle de communauté est très importante, car reconnaître une communauté, c’est reconnaître les lois qui la régissent. Nous travaillons à ce que la notion de communauté soit reconnue par la République. Alors, nous pourrons constituer une communauté islamique, appuyée sur les lois que nous avons en commun avec la République, et ensuite appliquer nos propres lois à notre communauté" Amar Lasfar cité dans " Laï cité mode d’emploi ", Homme et migration, n° 1218, mars-avril 1999 p.55 ( assujetti au dépôt légal comme toute publication). "L’Assimilation suppose pour les populations islamiques se fondre à terme dans la population. Ceci est exclu car cela signifie l’abandon de la loi islamique […] Il n’y aura pas de dérogation à cette règle" Amar Lasfar, conférence à l’Alliance régionale du Nord, 9 octobre 1997. Amar Lasfar est un Marocain né en 1960. Il dirige la mosquée de Lille-Sud, qui possède à son étage un lycée (Al Kindi) reconnu par l'état depuis 2004. Je rappelle que la Cour Européenne des Droits de l’Homme, dans son jugement du 13 février 2003, a déclaré : " La charia est incompatible avec les principes démocratiques". Tout est dit ! La discussion est close ! l'islam, dont la charia est la loi indissociable, est donc incompatible avec la loi de la république ! Syllogisme irréfutable !!! Ne nous étonnons plus qu'on ne puisse plus enseigner Le Cid de Corneille, Dante Alighieri, Voltaire, le Darwinisme-évolution des espèces en SVT, des refus de cours de piscine, l'enseignement de la reproduction...et plein de sujets devenus tabous psycho-rigides culturels que l'on veut imposer de l'extérieur à l'éducation nationale. Où sont passés les hussards noirs de la république ? Et c'est un musulman, natif du Liban, qui le vous dit !

  • romuniort
    romuniort     

    Al Azar : Votre -excellente- analyse est une partie seulement de l'explication. J'habite en rase campagne, et l'on ne peut pas dire que l'instruction nationale (éducation me semblant bien galvaudé de nos jours) soit de meilleure qualité.

  • Al Azar
    Al Azar     

    Par contre "à votre époque" l'instit ou le prof enseignaient depuis une estrade. Depuis Ph. Meirieu et son catastrophique pédagogisme saboteur, on a mis l'enseignant "au niveau" des élèves ! La symbolique de l'estrade a son extrême importance spatiale ! Le savoir n'est plus au centre, c'est désormais l'élève qui l'est. Ne nous étonnons plus !

  • Al Azar
    Al Azar     

    lire: radios...censurent...

  • Al Azar
    Al Azar     

    "selon les directeurs interrogés, les familles n'enseignent plus à la maison les valeurs républicaines de l'école" cite RMC. Un éminent professeur de faculté excellent spécialiste d'une autre culture qui cherche à se substituer à la notre nous le rappelle. Les profs en sont aussi les victimes : Mohamed Ibn Guadi, islamologue à l'Université de Strasbourg et directeur du programme d'islamologie au centre français d'études du Moyen-Orient (AFEMO) de Toulouse, rétablit quelques vérités dérangeantes sur l'islam, qui est une idéologie politique plus qu'une religion au sens strict : " On s’offusque aujourd’hui de la politisation de l’islam. Ce terme lui-même est également un non-sens. L’islam a toujours été politique. Mais il ne faut nullement lui prêter une connotation péjorative. La seule forme d’organisation politique que connurent les musulmans à travers leur histoire depuis les origines de l’islam fut l’Etat islamique. […] Que l’on soit choqué ou non, le fait que des musulmans puissent déclarer que le Coran passe avant les lois de la République est parfaitement juste en Islam. On peut en être offusqué, mais on ne peut retirer à ces propos leur cohérence avec 14 siècles d’histoire islamique. Les efforts des musulmans qui souhaitent concilier islam et laïcité sont vains. Il est tout aussi vain pour des musulmans de rechercher des textes à l’appui d’une telle conciliation. Il n’existe aucun texte provenant des hadiths ou du Coran, ou des commentaires exégétiques islamiques, qui spécifie la place que devrait avoir un musulman en terre infidèle puisqu’il existe en Islam la zone musulmane (Dar al-Islam) et la demeure de la guerre (dar al-Harb)" Mohamed Ibn Guadi, L'islam a toujours été politique ! LE FIGARO 17 juin 2OO3. Je crois que vous avez là une partie de l'explication des moeurs dont les profs sont victimes, mais le sujet est tabou et on préfère avoir la politique de l'autruche en refusant l'objectivité de la situation ! Tartufe n'est pas mort, cachez ce sein que je ne saurais voir !
    Il est interdit désormais d'être lucide, le sujet est tabou ! Mais il s'agit bien d'une constante que la bien-pensance et le boboïsme ambiant interdit d'évoquer ! La liberté de parole est plus libre dans mon pays natal, paradoxalement qu'au pays de Voltaire ! Un comble. Et la censure et l'auto-censure sévissent partout, et même sur les radio de la libre expression qui censure parfois les dires d'éminents universitaires de ce pays !

  • papalat
    papalat     

    PLATON 429-347 avant JC extrait de La République: ..... lorsque les pères s'habituent à laisser faire les enfants, lorsque les fils ne tiennent plus compte de leur parole, lorsque les maîtres tremblent devant leurs élèves et préfèrent les flatter, lorsque finalement les jeunes méprisent les lois parce qu'ils ne reconnaissent plus au-dessus d'eux l'autorité de rien ni de personne, alors c'est là en toute beauté et en toute jeunesse le début de la tyrannie ..............

Lire la suite des opinions (31)

Votre réponse
Postez un commentaire