En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...
Mis à jour le
Du personnel soignant de l'Ehpad du centre hospitalier de Gisors, dans l'Eure, est accusé de maltraitance.
 

Le défendeurs des droits a été alerté de faits de maltraitances infligées à des personnes âgées dans l'Ehpad du centre hospitalier de Gisors, dans l'Eure, révèle "Le Parisien", ce lundi.

A voir aussi

Votre opinion

Postez un commentaire

15 opinions
  • mumu21
    mumu21     

    bien dit !!

  • yogil
    yogil     

    Si on donnait pas pas à tous les étrangers des retraites lorsqu'ils arrivent en France , rien qu'avec ces économies là, on pourrait mieux aider nos personnes âgées à rester chez eux et plus d'argent aux maisons de retraite pour avoir plus de personnel et un meilleur acceuille.

  • pythie49
    pythie49     

    Honte à la direction, que leurs noms soient étalés dans la presse.

  • Le maquis de Grandrupt
    Le maquis de Grandrupt     

    Nous allons faire faire des économies au gouvernement et virant les policers et les gendarmes et les avocats et les juges! dorénavant, seul les journalistes rendront directement le verdict! n'est ce pas!

  • HeyBaal
    HeyBaal     

    Pourquoi est-ce qu'une enquête est en cours ? Les journalistes ont déjà bouclé l'affaire !

  • mumu21
    mumu21     

    il faut les condamner et du ferme!! maltraitances ;en plus des personnes tres fragiles !!il faut dissuader !! et que ces pourritures ne puissent plus jamais exercer , et,ne me dites pas que la direction ne savait rien....j'ai du mal a y croire,une enquette tres poussée,des peines de prison ,du FERME !! je rappel que ces personnes se sont tres gravement comporter et,quelle misere humaine....et aussi d'accord avec Alex et lagrosse,il faut des moyens supplementaire et des personnes qualifiées.et surtout dissuader les monstres de cette especes et tout les complices de n'avoir rien dit et rien fait.

  • lagrosse
    lagrosse     

    Sachez qu'on ne parle pas de "couches" pour les personnes âgées mais de "protections", ce terme est déjà considéré comme de la maltraitance.

  • alex30000
    alex30000     

    Pour moi, la maltraitance commence par l'abandon des personnes âgées dans les hôpitaux et les maisons de retraite. On sait, on a tous une vie, des obligations, des impératifs, mais lorsqu'on a sa mère ou son père en maison de retraite, on ne les laisse pas, on va les voir le plus souvent possible, on s'arrange entre frères et soeurs pour qu'ils aient une visite de leurs enfants une fois par jour. A cet âge là, c'est tout ce qui compte pour eux. Et dans ce cas, il ne peut pas y avoir de maltraitance par le personnel, car on s'en rend compte tout de suite. En plus, ça crée des liens avec le personnel soignant et les quelques familles qui entourent également leurs parents.
    Mais on préfère mener sa petite vie, ne penser qu'à soit, c'est la vie moderne qui veut ça.

  • alex30000
    alex30000     

    Une aide-soignante d'une maison de retraite appartement au groupe auquel nous pensons certainement tous les deux, me disait qu'à une époque, les aides-soignantes n'avaient droit qu'à 3 gants par semaine pour les toilettes, pas 3 paires, mais 3 gants, alors qu'il faudrait 1 paire de gants par patient et par toilette. Elles sont restées plus de 3 mois en pénurie de couches, on les obligeait à ne changer les patients qu'une fois par jour au lieu de les changer à chaque besoin. Le personnel était réduit à son maximum, les congés n'étaient pas remplacés, il leur arrivait de n'être que 3 pour 75 pensionnaires, et la nuit, 1 seule personne. Lorsqu'on pense que l'on paie un lit plus de 2700 euros par mois et que chaque chambre compte 2 lits, on comprend pourquoi les résultats financiers de ces groupes sont si mirobolants.

  • alex30000
    alex30000     

    Et en plus, il faudrait les mettre en prison, dans les mêmes cellules que d'autres femmes qui leur taperaient sur la gueule toute la journée, histoire de leur remettre un peu les idées en place.

Lire la suite des opinions (15)

Votre réponse
Postez un commentaire