En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...
Mis à jour le

Manuel Valls s'est rendu ce soir sur les lieux de la fusillade qui a fait un mort et quatre blessés cet après-midi à Orly. Le ministre de l'Intérieur a pointé du doigt le trafic de cannabis, "une gangrène insupportable" d'après lui.

A lire aussi

A voir aussi

Votre opinion

Postez un commentaire

9 opinions
  • Le maquis de Grandrupt
    Le maquis de Grandrupt     

    Le premier ministre à pointer du doigt? rhooooooooooooo , alors là...................... je ne voudrais pas être à la place de..........de qui au fait?

  • raleur toulousain
    raleur toulousain     

    pour l'instant, il envoie ses troupes ailleurs ... qu'il y aille d

  • sarah040000
    sarah040000     

    oh wowwwwwwwwwww quelle info le ministre Valls en a des idées!!!!!!!!!!!! ah vraiment .....

  • petitponey
    petitponey     

    ils se font des bisous les bandits, c'est comme ça qu'ils se disent bonjour !!!

  • biendici
    biendici     

    Mais comment cela est-il possible Un trafic de drogue? La sévérité du ministère de l'intérieur est pourtant dissuasive.

  • camille
    camille     

    Vals pointe du doigt le trafic de drogue: parcequ'il en doutait ?

  • biendici
    biendici     

    Houlala, si les lieux sont "gelés"il doit pas faire chaud! Et les armes? Du 11.43? C'est ce qu'il y a encore de mieux. Non, sérieux, c'était quoi les armes, car le 11.43 est interdit...(Arme de guerre).

  • biendici
    biendici     

    Vous prêchez des convertis!

  • Le maquis de Grandrupt
    Le maquis de Grandrupt     

    Ami, entends-tu le vol noir des corbeaux sur nos plaines ?
    Ami, entends-tu les cris sourds du pays qu'on enchaîne ?
    Ohé, partisans, ouvriers et paysans, c'est l'alarme.

Votre réponse
Postez un commentaire