En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...
Mis à jour le

La version papîer du quotidien ne paraîtra plus, a annoncé la direction du journal. Désormais, France soir ne sera disponible qu'en version numérique.

A voir aussi

Votre opinion

Postez un commentaire

4 opinions
  • leptimarin
    leptimarin     

    Rien qu'a visité leur forums on se dit que ce n'est pas une grosse perte.

  • ce qu on nous cache
    ce qu on nous cache     

    Plusieurs affaires émaillent l'histoire des NMPP liées de manière générale au Syndicat général du livre et de la communication écrite CGT.

    À la fin des années 1980, un trafic de bobines de papier est découvert. Chaque mois, 200 tonnes de papier étaient expédiées vers Cuba pour imprimer le journal Granma. Les imprimeries de tous les quotidiens nationaux étaient concernées, et Fidel Castro lui-même traitait avec les ouvriers du Syndicat du livre. Robert Hersant, propriétaire notamment du Figaro, a préféré étouffer l'affaire plutôt que d'affronter une grève8.

    Fin 1991, la direction des NMPP découvre une cache d’armes de 5 000 fusils, carabines, armes de guerre avec leurs munitions dans l’un des hangars de Saint-Ouen. Ces armes, détournées lors de la faillite de Manufrance et stockées là par des ouvriers CGT en 1980, ont été clandestinement stockées au sein même des NMPP en attendant un hypothétique Grand Soir. La direction des NMPP alerte la justice mais s’abstient de porter plainte, le scandale est étouffé, le gouvernement négociant directement avec la CGT9.

    En 2003, un trafic de journaux a été découvert. Chaque jour pendant plusieurs années, entre 500 et 2 000 exemplaires de quotidiens étaient détournés par certains ouvriers et vendus par des kiosquiers. Le préjudice est estimé à 3 millions d'euros par an10.

  • coralie9_86
    coralie9_86     

    Bof !!! pour les français ce ne sera peut être pas plus mal car sur le net on a pas besoin de mentir, pas obligé d'être politiquement correct. Vive la presse en ligne. Je suis malgré tout triste pour les employés qui risquent de perdre leur emploi.

  • ozman
    ozman     

    Le Cancer Général du Travail gangrène la presse française depuis de décennies à cause de leurs chantages et prises d'ottage. Ils ont bénéficié de passes droits incroyables et de salaires stratosphériques payer l'état et les patrons de presse.

Votre réponse
Postez un commentaire