Ined : 3.000 euthanasies par an en France

La loi Leonetti sur la fin de vie admet qu'on puisse soulager avec des anti-douleurs un malade au stade terminale au point d'en "abréger la vie".

L. B. avec AFP
Le 01/02/2013 à 19:16
Mis à jour le 01/02/2013 à 19:42
 (hapal / Flickr / CC)

Le rapport Sicard sur la fin de vie pour orienter le débat sur l'euthanasie


Euthanasie : "ouvrir le débat et ne pas l'enfermer dans un simplisme réducteur"


Le nombre d'euthanasies peut être évalué à 3.000 par an en France.  Nicolas Brouard, directeur de recherche à l'Institut national d'études démographiques (Ined), indique également vendredi que moins de 2.000 personnes souffrant de maladies graves se suicident.

L’euthanasie, qui désigne "le fait pour un tiers de mettre fin à la vie d’une personne à sa demande ", n'est pas légale en France mais la loi Leonetti sur la fin de vie admet qu'on puisse soulager avec des anti-douleurs un malade au stade terminal au point d'en "abréger la vie".

Une étude de l'Ined publiée en novembre ("Les décisions médicales en fin de vie en France") qualifiait de "rares" les "pratiques d'euthanasie en France" évaluées à 0,6% du total des décès (d'après une enquête sur 15.000 décès survenus en décembre 2009).

Aucun suicide médicalement assisté rapporté dans l'enquête

"Si on retient le chiffre de 0,6%, on arrive à 3.000 euthanasies sur les 550.000 décès par an" en France, indique Nicolas Brouard lors d'un colloque au sujet de la fin de vie à Paris dans la perspective du futur projet de loi sur ce thème promis pour juin 2013 par François Hollande.

Aucun suicide médicalement assisté n’a été rapporté dans l'enquête de l'Ined, indique encore le spécialiste, selon qui en matière d'euthanasie ou de suicides "il n'y a pas d'exception française, on est dans la norme des pays voisins".

"En France, le nombre de suicides lié à des maladies graves est inférieur à 2.000" par an, ajoute Nicolas Brouard, se basant pour ce dernier chiffre sur les données des certificats de décès (Cepi/Dc) de l'Inserm de 2009.

Projet de loi en juin

Lors de la remise en décembre du rapport du professeur Didier Sicard sur la fin de vie, le président de la République a annoncé un projet de loi en juin pour mieux répondre aux "préoccupations légitimes" des personnes atteintes de maladies graves et incurables. 

Durant sa campagne pour l'élection présidentielle, François Hollande avait promis "une assistance médicalisée pour terminer sa vie dans la dignité" pour "toute personne majeure en phase avancée ou terminale d'une maladie incurable" mais sans jamais utiliser le mot euthanasie.

Le rapport du Pr Sicard avait préconisé en décembre un geste médical "accélérant la survenue de la mort" dans certains cas mais avait rejeté l'idée d'inscrire l'euthanasie dans la loi.

Toute l'actu Société

La question du jour

Avez-vous fait de bonnes affaires pendant les soldes?