En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...
Mis à jour le
Les jihadistes formés en Syrie par des cadres d'Al-Qaïda représentent, à leur retour, une véritable menace pour l'Europe. (photo d'illustration)
 

Dans un entretien au "Figaro", le chef de l'Unité de coordination de la lutte antiterroriste (Uclat) explique comment les jeunes Français partis faire le jihad à l'étranger sont devenus une véritable menace pour la sécurité intérieure.

Newsletter BFMTV Midi

A lire aussi

A voir aussi

Votre opinion

Postez un commentaire

4 opinions
  • AgentK3
    AgentK3     

    Ils auraient tord de se priver... des actions contre un pays gouverné par des NIAIS, ils ne risquent pas grand chose....

  • deuxc
    deuxc     

    Pour les amadouer, belka va leur vendre des écharpes tricolores. Elle s'est enfin trouvé un job à sa hauteur.

  • dacatoro
    dacatoro     

    Tendez leur la main.....ils vous bouffent le bras ! France ...Terre d'accueil...Patrie des droits de l'homme......Recordman Européenne d'assoces anti-Française...etc...

  • AUTREMENT DIT
    AUTREMENT DIT     

    SI ON FAISAIT PREUVE D'INTELLIGENCE UNE FOIS. Ceux qui vont faire le djihad ou autre, doivent être déchu de la nationalité française et renvoyés dans le pays de leur double nationalité avec déchéance de tous les droits sociaux en France pour la famille et non retour. S'il n'y a pas de double nationalité, justice française et déchéance des droits sociaux (idem). Il n'y a que l'argent qui les intéresse, pas la France et encore moins l'intégration. Il faut arrêter de croire au petit papa noël et regarder les choses en face. Notre pays et l'avenir financier et la mondialisation ne permettent plus d'accueillir toute la misère du monde alors privilégions un peu la France et les français. PAR CONTRE, aidons ces pays directement sur leurs territoires à créer à construire, à cultiver bref à entrer enfin dans le concert de la mondialisation hélas inévitable.

Votre réponse
Postez un commentaire