En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...
Mis à jour le
Fitch ratings abaisse la note souveraine de la france
 

(Reuters) - Fitch Ratings a annoncé vendredi avoir abaissé la note souveraine de la France de "AAA" à "AA+", en lui assignant une perspective...

A voir aussi

Votre opinion

Postez un commentaire

64 opinions
  • Taedium vitae
    Taedium vitae     

    Elles servent de baromètre qui reflète la situation économique d'un pays et la confiance qu'inspire la politique qui y est menée et les perspectives positives ou négatives qu'elles suscitent. Elles sont parfaitement objectives sur notre situation et notre politique ainsi que de celle des autres membres boiteux de l'UE, un constat irréfutable et alarmant.

  • lub373
    lub373     

    A quand le retour de notre souveraineté et de pouvoir battre monnaie? marre des banksters...

  • carlos gunns
    carlos gunns     

    CHERS AMIS INTELLECTUELS SOCIALISTES CONTINUEZ COMME ça ! bientôt nous pourront aller en grece sans quitter la France

  • orazio
    orazio     

    Ces agences ne servent que le grand capital et ne sont bonnes à rien ou plutôt mauvaise à tout.
    NOUS NE SOMMES PLUS DES BENIS OUI OUI.

    S'ils n'ont rien d'autre à faire qu'ils fassent du sport. Peut être que là ils ne nous emm.... plus.

  • Ghyslaine44
    Ghyslaine44     

    Ah c'est un plaisir de lire certains posts dont le votre !! Bonne tranche de rigolade !!! Mais certains ne doivent pas APPRECIER tant pis moi j'me marre !!

  • du13
    du13     

    FITCH on t'emmer....

  • podompodom
    podompodom     

    Un thermomètre à peu près autant efficace qu'une séance avec le marabout pour "retour de la femme aimée" car bien sur ces agences de notation n'ont en tête que le bonheur des pays qu'ils notent et sont bien évidement totalement impartiaux. C'est beau d'y croire.

  • trets12
    trets12     

    Bien dit, exact, la dette augmente de 12 milliards par mois sous FH comme sous NS. et mr Moscovici me faire rire, quand il dit qu'il maîtrise la situation. il y a une différence, les français et notamment les chefs d'entreprise avaient plus confiance au gouvernement précédent, qu'a ces incompétents du gouvernement Ayrault. le mur de la dette 1900 se rapproche à grands pas .....et FH ne terminera pas son mandat sans une dissolution ou un gouvernement national, en intégrant toutes les forces droite-gauche.....

  • Robert287
    Robert287     

    Sans parti pris il faut admettre que le bilan socialiste après un an n'est pas terrible et nous enfonce dans l'austérité : plus de chômeurs, plus d'impôts, plus de taxes, tout qui augmente sauf les salaires et les retraites enfin c'est du même tonneau que sarko avec ce refus cet entêtement à ne pas vouloir baisser la dépense publique, c'est tout cuit on va droit dans le mur.

  • LA FOLIE DES GRANDEURS
    LA FOLIE DES GRANDEURS     

    Imposition plus forte des gros contrats qui ne joueraient pas le jeu du financement des entreprises, révision du régime favorable des successions : telles sont les idées en débat. Pierre Moscovici freine, sous la pression du monde de l'assurance, mais les "budgétaires" pèseront dans les arbitrages
    La fiscalité de l'assurance-vie ne changera pas : François Hollande en avait fait la promesse pendant la campagne électorale, après l'émoi provoqué par la perspective d'une taxation de ce placement à l'impôt sur le revenu.
    S'il n'est bien sûr plus question de revenir à cette extrémité, la promesse présidentielle de stabilité pourrait être écornée, dans le cadre du projet de loi de Finances pour 2014. L'assurance-vie verrait sa taxation alourdie. C'est en tous cas ce que défendent des parlementaires PS comme les auteurs du rapport sur le financement de l'économie, Karine Berger et Dominique Lefebvre, ou le rapporteur général du Budget, Christian Eckert. Au sein de l'exécutif, jusqu'à l'Elysée, ils ont leurs soutiens.
    Deuxième dossier: la taxation des droits de succession
    Et ouvre un deuxième dossier : celui des droits de succession. « Comme toute niche fiscale » , les modalités d'imposition des contrats d'assurance vie génèrent un « point de fuite » permettant aux contribuables les plus fortunés d'échapper au droit commun de l'impôt et, plus particulièrement, de l'impôt sur les successions » écrit le rapporteur général du Budget.
    Les sommes déposées sur les contrats d'assurance vie restent aujourd'hui exonérées de droits de succession jusqu'à 152.500 euros par bénéficiaire. Surtout, au delà, l'imposition est limitée. Elle est de 20% jusqu'à 902.838 euros, et de 25% au dessus de ce seuil. «Il y a là un problème d'équité fiscale » affirme Karine Berger. Aux dires des assureurs, Christian Eckert se serait lancé seul dans ce combat, sans soutien ni à Bercy ni ailleurs. La réalité serait plus nuancée. L'idée d'accroître les droits sur les gros contrats est examinée avec intérêt, y compris à l'Elysée. L'arbibrage pourrait être rendu assez vite, dans les semaines à venir.

Lire la suite des opinions (64)

Votre réponse
Postez un commentaire