En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...

Fin de vie : une élue raconte le suicide de sa mère et relance le débat sur l'euthanasie

Sandrine Rousseau.
 

Sandrine Rousseau, une élue EELV du Nord-Pas-de-Calais raconte sur son blog l'agonie de sa mère contrainte de se suicider "pour que sa souffrance s'arrête".

A voir aussi

Votre opinion

Postez un commentaire

7 opinions
  • crocan60
    crocan60     

    L' euthanasie se pratique (en douce) depuis des années, est il faut une sacré dose d'hypocrisie
    pour oser dire le contraire, une loi serait salutaire en ce domaine, une loi clair et précise.

  • Jean Marie Bibou
    Jean Marie Bibou     

    C'est vrai hypocrite et inadmissible. vous avez de l'argent? Vous êtes d'un milieu médical? Pas de souci vous pouvez mourir dignement.

  • KRIS83
    KRIS83     

    Des français vont en Suisse et peuvent être pris en charge .

  • KRIS83
    KRIS83     

    Résumé du Figaro sur la loi Léonétti :..........
    La loi Leonetti établit les points suivants :
    « L’obstination déraisonnable » du corps médical et la « prolongation artificielle de la vie » du patient (articles 1 et 9) sont proscrites, y compris lorsque ce dernier est hors d’état d’exprimer sa volonté. Le médecin peut prendre le risque d’abréger la vie du patient en lui administrant une dose de soins palliatifs qu’il juge nécessaire à son confort, à condition d’en informer le patient, éventuellement la personne de confiance ou un proche (article 2).
    La décision de cesser l’administration d’un traitement, lorsque le prolonger semble relever de l’ « obstination déraisonnable » doit être collégiale et ne peut être prise qu’après consultation de la « personne de confiance », de la famille, à défaut d’un de ses proches et des « directives anticipées » du patient (articles 1 à 9)
    La volonté du patient de limiter ou de cesser un traitement doit être respectée (articles 5 à 9). Le patient doit être informé des conséquences de sa décision.
    L’avis de la « personne de confiance », choisie par le patient pour l’accompagner dans ses démarches et, si le patient le souhaite, dans ses entretiens médicaux, doit être consulté (articles 2, 5, 8 et 9)...............................

    Mon avis : Atteint d'une ALD si cela devait dégénérer , je n'attendrai pas d'être incapable de me donner la mort physiquement pour pouvoir le faire et choisir le moment et la façon que je voudrais pour mourir! La souffrance physique pour l'avoir vue et avoir vu la dégradation d'un proche jusqu'à son dernier jour , ne peut être supportable , pour la personne comme pour les proches ! La situation française sur l'Euthanasie fait souffrir les malades et les proches ! ceci est intenable à long terme !

  • Jean Marie Bibou
    Jean Marie Bibou     

    Et on ressasse et on ne tranche pas , et on ressasse et on ne tranche pas, et on ressasse et on ne tranche pas....Voulant partir dans la dignité il ne me restera plus que le suicide pour autant que je m'y prenne à temps pour pouvoir en décider . Que chacun fasse ce que bon lui semble pour son propre cas et m'oublie un peu pour mon propre cas .

  • jairaison
    jairaison     

    très juste..

  • RMRM
    RMRM     

    Que font les verts pour euthanasie?Rien ils sont au gouvernement pour nous accabler de taxes §

Votre réponse
Postez un commentaire