Les Femen débarquent à Paris

Le mouvement féministe ukrainien, qui manifeste seins nus pour les droits des femmes dans le monde entier, installe son QG européen à Paris.

Diane Gouffrant | Francis Simoes
Le 15/09/2012 à 11:23
Mis à jour le 15/09/2012 à 11:39

Nouveau QG parisien pour les Femen. Ces jeunes femmes, membres de l'association féministe ukrainienne du même nom, qui se bat pour les droits des femmes dans le monde entier, vont établir leur nouveau QG européen à Paris, dès mardi prochain. Elles se sont installées dans un théâtre Parisien dont la salle sera aménagée et couverte d’affiches d'ici quelques jours.

Cette association s'est rendue célèbre dans le monde entier pour ses manifestations de jeunes femmes, les seins nus. Un moyen efficace pour mieux faire parler d'elle. "Nous avons compris que personne ne prête vraiment attention aux problèmes des femmes", explique Inna Shevchenko, membre du collectif. "Mais c'est devenu différent à partir du moment où on a manifesté nues, particulièrement en étant sexy et jolie. C’est devenu notre manière de combattre", affirme-t-elle.

Plusieurs actions en 2012

Les Femen se sont déjà faites remarquer lors de l’Euro de football 2012 en Pologne et en Ukraine ainsi qu'aux Jeux Olympiques de Londres, pour dénonçer la prostitution.

Elles avaient aussi manifesté devant l’appartement parisien de Dominique Strauss-Khan, après la sulfureuse affaire du Sofitel.

Des apparitions qui, selon elles, doivent marquer les esprits,afin de causer du tort aux oppresseurs. "L’église , l’industrie du sexe et le système patriarcal sont les trois ennemis des femmes d’aujourd’hui" justifient-elles."Contre eux nous menons des attaques , des attaques sexuelles. Et ce c’est dans ce centre, ici que la Révolution va re commencer".

Dans ce centre parisien, Inna souhaite proposer des formations à ces méthodes de nouvelles activistes venues de toute l’Europe, mais aussi de France. Les Femen, qui se veulent apolitiques, promettent de nouvelles manifestations dans l'Hexagone.


La question du jour

Les manifestations en France peuvent-elles peser sur le conflit au Proche-Orient?