La famille d'un des otages tué au Mali en 2011 appelle à commémorer sa mort

A.L. avec AFP
Le 04/01/2013 à 23:11

La famille de Vincent Delory, otage mort au Mali en janvier 2011, a pris acte vendredi de l'avis favorable à la déclassification de certains documents qu'elle réclamait, et a appelé à une commémoration en l'honneur des deux otages décédés.

"La famille de Vincent n'ayant pas réussi à organiser seule une commémoration officielle pour le 8 janvier 2013, elle rappelle qu'une stèle en leur mémoire a été inaugurée l'an dernier au cimetière de Linselles" (Nord), écrit-elle dans un communiqué.

"Elle invite tous ceux qui le souhaitent et le peuvent, à s'y rendre individuellement ces jours-ci pour leur rendre hommage et manifester leur soutien envers ces deux innocents sacrifiés et plus largement, envers l'ensemble des victimes du terrorisme", poursuit la famille, qui souligne que si Vincent et Antoine doivent être reconnus du statut nouvellement créé de "victime du terrorisme", celui-ci ne s'accompagne pas de commémorations officielles.

Le ministre de la Défense Jean-Yves Le Drian va suivre les avis favorables à la déclassification de documents concernant la mort des deux otages français lors d'une opération militaire française au Niger, selon son cabinet pouvant éclairer les circonstances exactes des décès.

Les forces spéciales françaises avaient poursuivi les ravisseurs de Vincent Delory et Antoine de Léocour jusqu'au Mali mais n'avaient pu libérer les deux otages. Des expertises de leurs corps, révélées le 3 février, avaient permis de préciser les causes de leur décès: Vincent Delory est mort brûlé tandis qu'Antoine de Léocour a été exécuté par ses ravisseurs, selon le parquet. L'enlèvement avait été revendiqué par Al-Qaïda au Maghreb islamique.

La question du jour

Consultez-vous les prévisions de trafic avant de prendre la route des vacances?