En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...
Mis à jour le
Le père de famille a été interpellé aussitôt après les faits. (photo d'illustration)
 

Une mère de famille a été tué par son époux à coups de machette, lundi matin, à Evry. Le drame s'est déroulé sous les yeux des cinq enfants du couple. 

A voir aussi

Votre opinion

Postez un commentaire

24 opinions
  • 109600
    109600     

    Intervilles à Evry: faite entrer les machettes!

  • kris
    kris     

    super les habitudes cultuelles!

  • zebre85
    zebre85     

    quel misère pour la famille mais je dirai juste ça et ne mettrai pas un rond pour vos dons. Trop facile de prendre l'argent des autres pour payer vos problèmes, je pense que chacun sa vie c'est mieux

  • C262300
    C262300     

    Mais quelle horreur !j'espère que ce grand malade va prendre cher!et pour commencer quelle personne "normale " a une machette à la maison ?pauvre femme et surtout pauvres enfants qui ont du assister à cela et perdre leur maman, je les plains sincèrement.

  • La comtesse
    La comtesse     

    Violences coraniques :

    Quand l’intégrisme s’invite à l’hôpital. Une femme voilée et son mari se sont présentés, le 9 août, aux urgences de la maternité de l’hôpital Pellegrin, à Bordeaux. Agressif, l’homme a refusé que sa femme soit examinée par un soignant masculin et a exigé, pour des raisons religieuses, qu’une femme s’occupe d’elle, rapporte Sud Ouest. Alors que la dispute menace de dégénérer, un aide-soignant décide d’intervenir pour tenter de calmer la situation. Fou de rage, le mari lui donne deux coups de poing au visage avant de quitter l’hôpital. L’aide-soignant et l’hôpital ont porté plainte contre l’agresseur auprès du commissariat de Bordeaux.
    A.F.P. et journal Sud-Ouest

  • La comtesse
    La comtesse     

    Violences coraniques :

    Quand l’intégrisme s’invite à l’hôpital. Une femme voilée et son mari se sont présentés, le 9 août, aux urgences de la maternité de l’hôpital Pellegrin, à Bordeaux. Agressif, l’homme a refusé que sa femme soit examinée par un soignant masculin et a exigé, pour des raisons religieuses, qu’une femme s’occupe d’elle, rapporte Sud Ouest. Alors que la dispute menace de dégénérer, un aide-soignant décide d’intervenir pour tenter de calmer la situation. Fou de rage, le mari lui donne deux coups de poing au visage avant de quitter l’hôpital. L’aide-soignant et l’hôpital ont porté plainte contre l’agresseur auprès du commissariat de Bordeaux.
    A.F.P. et journal Sud-Ouest

    La comtesse
    La comtesse      (réponse à La comtesse)

    Où sont les "Femen" ou les "Chiennes de garde" ? Où ???

    La comtesse
    La comtesse      (réponse à La comtesse)

    C'est plus facile d' aller profaner, seins nus, Notre Dame de Paris ou la Madeleine !!!

    La comtesse
    La comtesse      (réponse à La comtesse)

    C'est plus facile d' aller profaner, seins nus, Notre Dame de Paris ou la Madeleine !!!

  • Boz Ramboz
    Boz Ramboz     

    Et dire que des gens se battent corps et âmes pour que des dizaines de milliers d'individus de ce genre, c'est à dire très gentils et sans problème, viennent s'installer et fonder des familles dans nos villes.

  • La comtesse
    La comtesse     

    "pour financer le rapatriement du corps en Algérie."

    ici, chez les infidèles, ça pue !

    Apartheid post mortem !

    Encore une victime de la Sourate coranique IV, verset 34 !

  • france royal
    france royal     

    On a de nouvelles armes de destruction massive dans ce pays. Ca craint

  • 109600
    109600     

    "Bien connue des habitants du quartier, cette famille "n'avait jamais posé de problème", assure le maire d'Evry."
    On tremble à l'idée de ce qui se serait passé si elle avait déjà posé des problèmes.

Lire la suite des opinions (24)

Votre réponse
Postez un commentaire