Qui est Serge Charnay, le père divorcé de Nantes ?

Si son action spectaculaire a permis de mettre en avant les problèmes liés au divorce et à la garde des enfants, Serge Charnay s'est également illustré dès sa descente de "sa" grue, à Nantes, en tenant des propos misogynes. Qui est donc ce porte drapeau provisoire de la cause des papas ?

V. G.
Le 19/02/2013 à 6:18
Qui est Serge Charnay, le père qui s'est retranché dans une grue à Nantes ? (Capture BFMTV)

Nantes : le père est descendu de la grue - 18/02


"On (les papas) n’est pas crédible, ces bonnes femmes pensent que l’on ne peut pas changer une couche". En attaquant directement les ministres Christiane Taubira (Justice) et Dominique Bertinotti (Famille), quelques minutes seulement après être descendu de la grue sur laquelle il était retranché depuis vendredi, Serge Charnay n'a pas raté sa première sortie médiatique.

Des propos jugés misogyne et "dommageables pour la cause qu'il défend", par Dominique Bertinotti, la ministre chargée de la Famille, pour qui Serge Charnay tente de rallumer "une guerre des sexes".

Père de 43 ans, il a bénéficié d'une large audience médiatique et s'est attiré la sympathie de nombreuses personnes, venues en partie l'applaudir lors de sa descente. Mais qui est donc ce porte-parole provisoire de la cause des papas ?

Tentatives d'enlèvement, violences

Serge Charnay n'est en tout cas pas apprécié de l'avocate de la mère de son enfant, maître Sandrine Caron. Selon elle, il est le "seul responsable" de la dégradation de ses droits parentaux.

L'avocate n'hésite pas à pointer du doigt un comportement violent et rappelle que "la mère s’est toujours attachée à ce que le droit d’accueil élargi de Serge Charnay soit scrupuleusement respecté", "jusqu’aux menaces d’enlèvement qu'il a formulées".

Serge Charnay est effectivement privé depuis deux ans des droits de visite et d'autorité parentale sur son fils, après avoir tenté à deux reprises d'enlever son fils, pendant quinze jours en 2010 et pendant deux mois et demi en 2011. Tentatives pour lesquelles il a été condamné à un an de prison, dont quatre mois fermes. Il se serait aussi montré menaçant à l'égard de la mère et violent contre son ancien beau-père, rappelle FTVI.

Un "problème de virilité"

Invité de BFMTV, Jean-Pierre Rosenczveig, le président du tribunal pour enfants de Bobigny, estime de son côté que Serge Charnay a probablement un "problème de virilité".

"Ce monsieur ne parle pas de la condition parentale, il ne parle pas des droits de l'enfant (...) il parle de son problème de virilité, de son problème d'homme", analyse Jean-Pierre Rosenczveig.

Selon le magistrat, Serge Charnay s'inscrirait "dans un mouvement national nord-américain d'hommes qui sont plus hommes que pères". Une référence claire au mouvement "masculiniste", "anti-féministe" et réactionnaire, très présent au Québec notamment, qui prône le "rétablissement de valeurs patriarcales sans compromis", note Le Monde.

En affirmant lundi que "les femmes qui nous gouvernent se foutent toujours de la gueule des papas", Serge Charnay, en tout cas, ne s'est pas fait que des amis.

Toute l'actu Société

La question du jour

Faut-il dissoudre la LDJ, Ligue de défense juive?