En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...
Mis à jour le

A voir aussi

Votre opinion

Postez un commentaire

3 opinions
  • leane
    leane     

    MICK Bravo, elle s'était égarée puis prise de remords est vite revenue. Mais c'est vrai que l'on devrait dire une balle "disparue" si pas retrouvée. A soumettre à l'Académie Française.

  • MICK Bravo
    MICK Bravo     

    > " La balle qui a très légèrement blessé l'homme, provient d'une arme de calibre 9mm. " donc la balle a été retrouvée (?) ce n ' est donc plus une " balle perdue " ! <

  • Aston3
    Aston3     

    Jean-Christophe Lagarde, député-maire UDI de Drancy (Seine-Saint-Denis), a dénoncé aujourd'hui la gestion des événements de Trappes (Yvelines) par le gouvernement, y voyant "l'absence d'une politique", et a appelé à des actions pour les "quartiers de relégation".
    Pour le porte-parole des députés UDI, invité d'Europe 1, le ministre de l'Intérieur, Manuel Valls a "mis beaucoup de temps" pour soutenir les policiers et le chef du gouvernement, Jean-Marc Ayrault, "a été absent pendant quasiment cinq jours".

    "Tout cela traduit l'absence d'une politique", a-t-il lancé, égratignant au passage M. Valls qui est "sans concession quand les choses sont calmes", alors que "quand elles ont un peu plus difficiles, on le trouve un peu plus cool".

    Au-delà de la question policière, "il y a un problème social à Trappes comme dans un certain nombre de quartiers qui, au moindre prétexte, s'embrasent", a relevé l'élu de Seine-Saint-Denis.

    Plaidant pour "qu'enfin on puisse se pencher sur ce qui se passe dans ces quartiers de relégation populaires", il a estimé que, sur ce dossier, "le Premier ministre et le président de la République sont nécessaires".

    "Accepte-t-on encore dans notre pays que 10% de la population française vivent dans des quartiers explosifs parce que des quartiers de concentration de la misère sociale?", s'est-il interrogé, affirmant comprendre "qu'il y ait beaucoup de gens déçus" alors qu'un président socialiste a été "élu avec près de 80% dans ces quartiers populaires".

Votre réponse
Postez un commentaire