En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...

Enseignement des maths: en quoi consiste la méthode de Singapour?

Dans une école de Quimper, le 4 septembre 2017. (photo d'illustration)
 

Le ministre de l'Education nationale souhaite que les quatre opérations mathématiques de base, addition, soustraction, multiplication et division, soient maîtrisées par les élèves dès le CP et le CE1. Jean-Michel Blanquer s'inspire là de la méthode dite "de Singapour". En quoi consiste-t-elle? Explications.

Inscrivez-vous à la Newsletter BFMTV Midi

Newsletter BFMTV Midi

A lire aussi

A voir aussi

Votre opinion

Postez un commentaire

4 opinions
  • Proserpine
    Proserpine     

    Entièrement d'accord avec le Glaude, la méthode des bûchettes était utilisée en France il y a 50 ans et plus, avec du résultat . Ce n'est pas en remplaçant les bûchettes par des cacahuètes et en les enrobant d'un caramel de noms savants auquel un enfant de 7 ans ne comprend rien, que l'on innove . Pour le reste un théoricien de plus qui veut inculquer des méthodes plus rapides pour apprendre à compter, comme l'on prétendait apprendre à lire....avec le résultat que l'on connaît et la France mère des arts des lettres et des lois, bonne dernière du classement européen . L'état des lieux étant qu'à la sortie du primaire 30% des élèves ne savent ni lire ni écrire ni compter.(correctement)....il est urgent d'avoir des objectifs plus raisonnables CE1 pour l'addition, CE2 pour la soustraction CM1 pour la multiplication....on ne met pas la charrue avant les boeufs, et on les attelle pour démarrer avec un laboureur qui connaît la culture .

  • Proserpine
    Proserpine     

    Entièrement d'accord avec le Glaude, la méthode des bûchettes était utilisée en France il y a 50 ans et plus, avec du résultat . Ce n'est pas en remplaçant les bûchettes par des cacahuètes et en les enrobant d'un caramel de noms savants auquel un enfant de 7 ans ne comprend rien, que l'on innove . Pour le reste un théoricien de plus qui veut inculquer des méthodes plus rapides pour apprendre à compter, comme l'on prétendait apprendre à lire....avec le résultat que l'on connaît et la France mère des arts des lettres et des lois, bonne dernière du classement européen . L'état des lieux étant qu'à la sortie du primaire 30% des élèves ne savent ni lire ni écrire ni compter.(correctement)....il est urgent d'avoir des objectifs plus raisonnables CE1 pour l'addition, CE2 pour la soustraction CM1 pour la multiplication....on ne met pas la charrue avant les boeufs, et on les attelle pour démarrer avec un laboureur qui connaît la culture .

  • taberg40
    taberg40     

    Bonjour; peut-être un doublon, ces trucs ne sont pas de mon âge. Il ne faut pas ôter aux jeunes génération de plaisir de découvrir des "nouvelles" méthodes, même si nos instituteurs les employaient déjà en l'an ???? Pensant aux canards-cubes oui c'est bien et aussi ce n'est pas facile car si vous changez le cube jaune de place et que de "deux" il devient "quatre" vous entrez dans un secteur des mathématiques qui est d'un niveau tel qu'il est préférable de lire les analyses lorsqu'on est retraité. Veuillez excuser ma prétention à avoir quelque sagesse

  • le Glaude 1
    le Glaude 1     

    bjr

    il faut revenir aux buchettes c est la méthode la plus imagée pour apprendre a compter

    a plus

Votre réponse
Postez un commentaire