En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...
Mis à jour le
EN DIRECT - Vivez le direct de Bourdin & Co du 23 avril
 

Ce mardi, Jean-Jacques Bourdin s'est penché sur les cours de morale laïque avec l’historien et inspecteur général de l’Education nationale Alain Bergounioux. Avec le professeur de droit constitutionnel Didier Maus, il s’est interrogé sur la constitutionnalité du texte sur le mariage pour tous, voté ce jour. Avec Martine Brousse, déléguée générale de La Voix de l’enfant, il est revenu sur ces deux frères de 10 et 12 ans obligés de dormir dans une cave. A 8h35, Jean-Jacques Bourdin recevait le président du groupe socialiste au Sénat François Rebsamen.

A voir aussi

Votre opinion

Postez un commentaire

13 opinions
  • Iliade
    Iliade     

    Un auditeur enseignant de Lille disait que la morale est enseignée au collège et compte pour pour 1/3 dans la note du brevet! Si elle est si bien enseignée, pourquoi tant de violence dans les collèges et lycées? pourquoi les profs se font encore insulter?Pourquoi tant d'incivilté? Mr Bourdin se plaind que les gens ne disent pus bonjour, et il a raison! Ce qui prouve que la morale n'est pas bien enseignêe dans les écoles comme le prétend l'auditeur!
    Dans les années 60, on avait droit à 10 minutes de moral par jour...Et ça n'a tué personne, bien au contraire!!!

  • pétitemessage
    pétitemessage     

    et qui sont contre le mariage pour tous,vous faites parti des cons de gauche.

  • bruno29
    bruno29     

    je pense que le mariage pour tous n'est pas la priorité aujourd'hui,on en^parle trop,il y a des sujets plus importants qui concernent toutes les personnes qu'elles homo ou pas,comme l'emploi,le pouvoir d'achat,les enfants mal traités,la faim dans le monde, Merci Mr Boudin pour votre emission

  • François de Mouvaux
    François de Mouvaux     

    Bonjour Jean-Jacques,
    Je suis parents d'élève de deux enfants en primaire et maternelle. Pour moi, la morale est un travail de tous les jours fait par les enseignants. Mais avant tout, c'est le travail des parents, bon nombre d'entre-eux confondant education (le travail des parents) et instruction (l'école). Je regrette que tant de parents démissionnent en considérant que c'est à l'école d'éduquer leur enfant !!!

  • escolo
    escolo     

    a pianaro
    oui un très grand nombre de francais(e), ne connais pas ce qu'est l'obsolescence programmé , donc pour une fois jj bourdin a raison d'insisté sur ce fais qui est un vrai scandale surtout dans le milieux de l'électro-ménager et de l'informatique. et je sais de quoi je parle car je dirige une boite informatique et que je sais très bien que le matérielle est programmé pour lâche après un nbr d'heure (50.000h pour un disque dur, 5.000pages pour une imprimante jet d'encre)ect.... ect....

  • pianaro
    pianaro     

    J.J.BOURDIN combien de fois, dans cette matinée,vous nous avez expliqué la définition du mot "obsolescence"!!!!
    Vous prenez vos auditeurs pour des attardés et si nuls qu'ils ne connaitraient pas la signification de ce mot!!!!!

  • Lulu la praline
    Lulu la praline     

    Déjà que les cours d'histoire et souvent de français, de par les choix des textes étudiés qui orientent la pensée des jeunes. Il faut déjà reprendre tous les cours d'histoire et de géographie pour les éclairés sur l'aspect idéologique.

  • albyzia
    albyzia     

    Bonjour a vous
    un peu de message positif ce qui donnerai un peu d"espoir au français.
    tous le positif de ce gouvernement!on en parle que tres rarement;on allume la radio qu'entend dont nous? tous le negatif!il y a des gens en france qui en on marre des info negative .
    pouvez vous faire un emission positive et parler des bonne chose merci

  • PENNE
    PENNE     

    Dans une démocratie digne de ce nom, les citoyens devraient avoir toute la place. Leurs représentants devraient être des serviteurs, empêchés de devenir des maîtres par le tirage au sort des charges, par des mandats courts et non renouvelables, et par de nombreux contrôles avant, pendant et après leur mandat. Dans la réalité, chacun peut constater que c'est exactement le contraire qui se produit: sitôt élus, nos « représentants » se comportent comme s'ils étaient nos maîtres, tout en se mettant au service exclusif des cartels et des banques, contre l'intérêt général.

    Notre problème fondamental n'est donc pas technique mais politique: nos « représentants » ne nous représentent pas, pour la bonne raison qu'ils ne nous doivent rien. C'est mécanique: celui qui passe le plus à la télé est élu, c'est tout. Il a donc suffi aux banques d'acheter les médias de masse pour être sûres de gagner les élections à tous les coups. Les élus ne représentent que les banques parce qu'ils leur doivent tout.

    Quant à nous, simples électeurs (pas citoyens), nous sommes privés de toute institution pour nous défendre contre ces faux « représentants »: nous n'avons pas de Constitution.

    Une Constitution, c'est un texte supérieur qui sert à protéger le peuple contre les abus de pouvoir, en surplombant tous les pouvoirs, publics et privés. Une Constitution digne de ce nom doit être crainte par les pouvoirs: il ne faut donc à aucun prix laisser les pouvoirs en question l'écrire eux-mêmes, ce n'est pas aux hommes au pouvoir d'écrire les règles du pouvoir, ce n'est pas aux parlementaires, ni aux ministres, ni à aucun professionnel de la politique, d'écrire ou de modifier la Constitution.

    Une bonne Constitution – que les « élus » n'écriront jamais, à cause de leur intérêt personnel – prévoirait de (vrais) référendums d'initiative populaire (RIP législatif, abrogatoire, révocatoire et constituant), la séparation des pouvoirs dangereux (législatif, exécutif, judiciaire, médiatique et monétaire) pour les affaiblir, une des Chambres législatives tirée au sort pour une représentation fidèle du pays, des mandats courts et non renouvelables pour éviter la professionnalisation, la responsabilité illimitée (et la révocabilité) des décideurs publics, des chambres de contrôle tirées au sort pour surveiller tous les pouvoirs sans exception, une création monétaire uniquement publique et des banques toutes publiques aussi, des services publics d'information rendus indépendants (sur le modèle des juges) mais eux aussi contrôlés par des jurys citoyens tirés au sort, etc.

    Aucune de ces institutions, nécessaires à la justice sociale, ne verra jamais le jour tant qu'on n'aura pas compris et éliminé le conflit d'intérêts majeur qui est à la racine commune de toutes nos impuissances: il faut que les constituants soient désintéressés.

    Alors, comment faire? Soit on réunit une Assemblée constituante dans chaque commune ou quartier (où viendront ceux qui le voudront) et on en dégage une synthèse pour fédérer les principales exigences citoyennes. Soit on tire au sort une seule Assemblée constituante (au lieu de l'élire!) : c'est beaucoup plus simple et ça donnera probablement le même résultat, parce que finalement, nous avons tous intérêt aux mêmes institutions fondamentales.

    Pour que cela advienne, il suffirait que nous soyons des millions à le vouloir; c'est donc à nous de faire passer le message de façon virale, autonome, souterraine, insaisissable, pour devenir rapidement très nombreux à dire ensemble: « Nous voulons avant tout une Assemblée constituante tirée au sort – car tout le reste suivra. »

    C'est une vraie cause commune: instituons d'abord notre puissance, on se disputera après. On n'échappera pas autrement aux usuriers, qui ont déjà volé presque tous les pouvoirs: si on veut une Constitution, il faudra l'écrire nous-mêmes.

    Nous, on a commencé; si le cœur vous en dit, rejoignez-nous (1). »

    Étienne CHOUARD

    (1) Site: http://etienne.chouard.free.fr/Europe

  • charlie9134
    charlie9134     

    Loin des prises de position partisanes ou révolutionnaires, je me suis posé la question à savoir :
    La loi sur le mariage Gay est-elle légitime si elle n’est votée que par nos politiques ? Ce changement « administratif »met à bas nos valeurs judéo Chrétienne et le sens de la famille. Alors donnons-nous crédit à nos élus pour voter en notre nom ce changement de société ? Moi je dis NON. C’est le peuple souverain, qui s’est battu pour acquérir le droit de se prononcer pour les grands changements de notre société qui doit décider de ce qui est bon ou pas pour lui. Cela s’appelle de la démocratie pour laquelle tant de sang a coulé. Ne nous voilons pas la face, combien ont joué aux jeux de l’amour bisexuel dans leur jeunesse, cela faisait partie de l’éducation amoureuse de l’adolescence, chacun exprime sa tendance et ce n’est pas préjudiciable. Cette pratique existe depuis la nuit des temps alors cela choque qui ? Personne ! Chacun choisi de vivre à sa façon sa vie sexuel et c’est très bien ainsi. Le mariage n’est pas la reconnaissance d’une situation car les mesures déjà prises garantissaient l’union des homosexuels. Alors pourquoi tant de publicité ? Laissons le peuple s’exprimer dans un référendum sur les grands changements de notre société et qui devraient comporter aussi des mesures importantes tels que la suppression d’institutions ou d’administrations complètement inutiles comme le Sénat, les Conseils Généraux et Régionaux, les 1400 agences de quoi ??? Nous n’en savons rien et bien entendu de cette machine à fabriquer des fainéants et des chômeurs je veux parler de l’ENA.

Lire la suite des opinions (13)

Votre réponse
Postez un commentaire