Emploi : les secteurs qui ne connaissent pas la crise

Certains secteurs d'activité sont toujours en recherche de main-d'oeuvre, malgré la crise. Tour d'horizon des corps métiers qui recrutent.

M.B. et Fanny Regault
Le 26/09/2012 à 6:43
Mis à jour le 26/09/2012 à 7:33

Alors que le taux de chômage bat des records en France (près de 3 millions de chômeurs), certains secteurs ne connaissent pas la crise - ou sont peu touchés - et continuent d'embaucher.

Contre le chômage, BFMTV et BFMTV.com vous présentent, tout au long de la journée de mercredi, ces secteurs qui recrutent. Revue de détails.

> L'hôtellerie et la restauration résistent à la crise

La restauration rapide est le meilleur recruteur de France. Le géant Mc Donald’s et son concurrent Quick ont embauché à eux deux plus de 50.000 personnes en CDI en 2012.

De manière plus générale, les secteurs de l’hôtellerie et de la restauration résistent bien à la crise. Tous les niveaux de formations sont recherchés. Et plusieurs métiers ont la côte comme par exemple les cuisiniers, les barmans ou encore les réceptionnistes.

> La grande distribution

Un autre grand secteur pourvoyeur d’emploi est la grande distribution.

La multiplication des magasins de proximité en centre-ville créent de nombreux postes, et certains métiers manquent même d’effectifs comme par exemple vendeur, chef de rayon ou encore directeur de magasin.

> Des départs en retraite à compenser

Enfin, d’autres secteurs d’activités ne connaissent pas de difficultés économiques mais sont touchés de plein fouet par les départs à la retraite. C’est le cas du secteur de l’agroalimentaire ou 7.000 départs sont prévus chaque année d’ici à 2016.

Même constat dans le secteur de l’assurance qui est lui aussi vieillissant : 30% de ses salariés auront 60 ans d’ici à 2015. Pour pallier à ses départs, 1.500 emplois de cadres seront créés chaque année pour faire face aux besoins. Autant d’opportunités à saisir pour les jeunes diplômés.

 

Vidéo : Fanny Regault

La question du jour

Êtes-vous attentifs aux déclarations d’intérêts des députés et sénateurs?