En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...
Deux cas particulièrement graves ont conduit à des révocations, explique Najat Vallaud-Belkacem.
 

Le ministère de l'Education nationale fait le ménage dans ses rangs. Il passe au crible les casiers judiciaires des enseignants et prend les sanctions qui s'imposent, jusqu'à la révocation.

A lire aussi

A voir aussi

Votre opinion

Postez un commentaire