En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...

Drancy: une femme tuée par un chauffard sur un marché

Les pompiers n'ont rien pu faire
 

Trois autres personnes ont été blessées. Le conducteur était, selon les premiers éléments de l'enquête, "visiblement alcoolisé".

A voir aussi

Votre opinion

Postez un commentaire

2 opinions
  • Google-116773582876516049601
    Google-116773582876516049601      

    Il doit être jugé comme un cgros criminel

  • Milouze74
    Milouze74      

    Nous sommes toujours confrontés au même problème en France avec les délits routiers. Nous manquons cruellement de force dans la réponse pénale. Pour une conduite sans permis, pour une conduite avec 1,2 gramme par litre de sang, pour un refus d'obtempérer, la première fois la condamnation, lorsqu'il y en a une, se limite à une amende de 200 ou 300 euros. Tout laisse à penser que ces délits ne sont pas considérés comme graves, tant que personne n'est tué. Car si une personne décède, on pleure, on fait une marche blanche, on promet de la sévérité,.... et finalement rien ne change. Dans certains pays, la population refuse d'être en danger à cause de quelques délinquants fous du volant, ivres sans permis et autres. La justice entend les attentes de la population et sanctionne fermement. Il n'est pas rare de faire un petit tour en prison lorsque l'on se fait prendre la première fois avec une alcoolémie au volant. La durée du séjour augmente la deuxième fois, etc... Cela évite de voir sur les routes, en toute liberté, les multi-récidivistes comme celui qui a tué un gendarme récemment ( sans permis et 24 condamnations au compteur...). Dans une démocratie sérieuse, on ne devrait pas pouvoir atteindre un tel nombre de condamnations. Une personne qui successivement met en danger la société à 24 reprises durant sa vie n'a probablement plus sa place dans la société. Dans de nombreuses démocraties, les juges tiennent compte du passé des délinquants et augmentent les peines à chaque nouvelle condamnation, révoquent le sursis, prononcent des peines qui visent la récidive,... Mais ce n'est pas en France. Alors continuons à pleurer et à faire des marches blanches.

Votre réponse
Postez un commentaire