L'ANTISECHE WEEK-END: Référendum alsacien, Cahuzac et meurtre d'Alexandre

Tous les dimanches, la rédaction de BFMTV.com et BFMBusiness.com vous propose un petit cours de rattrapage sur les principaux évènements du week-end, à connaître avant lundi matin. Avec, en bonus, les infos à suivre dans la semaine.

Adrienne Sigel et Patrick Coquidé
Le 07/04/2013 à 18:22
Mis à jour le 07/04/2013 à 23:54
 (BFMTV.com)

La rédaction de BFMTV.com et BFMBusiness.com vous a concocté une séance de rattrapage sur les principales infos du week-end qui ne manqueront pas de se développer dans la semaine.

Au menu également, dans les jours à venir, l'examen du projet de loi sur le mariage pour tous au Sénat, le vote de l'accord sur l'emploi, la candidature de Rachida Dati à Paris et le match retour Barça-PSG.

Les six infos qu'il ne fallait pas rater ce week-end

1. Echec du référendum alsacien de fusion des collectivités

Près de 1,3 million d'Alsaciens étaient appelés aux urnes ce dimanche pour dire "oui" ou "non" à la fusion de leur conseil régional avec leurs deux conseils généraux, qui formerait ainsi un Conseil unique. 

Dans la soirée, les électeurs haut-rhinois ont enterré le projet en votant massivement contre. Selon des résultats définitifs, le "non" a recueilli près de 55,74% des suffrages exprimés dans le Haut-Rhin.

Et si, dans le Bas-Rhin, le oui a recueilli près de 67% des voix, l'abstention a été si forte qu'il n'a rassemblé que 22,86% des inscrits, selon des résultats quasi définitifs portant sur 98% des suffrages exprimés.
    
Pour être validé, le projet de collectivité unique d'Alsace aurait dû non seulement recueillir 50% des suffrages exprimés, mais surtout au moins 25% des inscrits, et ce dans chacun des deux départements.

2. Affaire Cahuzac: pluie de nouvelles révélations

Depuis l’éclatement de l’affaire, chaque jour comporte son lot de nouvelles révélations sur les pratiques de l’ancien ministre du Budget. Ce week-end, le quotidien suisse basé à Zurich, Tages Anzeiger, a affirmé que Jérôme Cahuzac a menti à un établissement bancaire suisse, la banque Julius Baer, en fournissant, en 2009, un "certificat fiscal falsifié" établissant que les fonds avaient bien été déclarés par l’homme politique.

De plus, selon la Radio Télévision Suisse, Jérôme Cahuzac aurait cherché à héberger 15 millions d’euros à Genève. Une somme bien supérieure aux 600.000 euros évoqués par l’intéressé.

Empêtré dans le mensonge et désavoué par tous, l’ancien ministre va-t-il continuer à occuper son siège de député? L’ensemble de la classe politique s’y oppose. De son côté, le président de l’Assemblée nationale, Claude Bartolone, fait tout pour l’en dissuader.

>> Jérôme Cahuzac aurait menti à une banque suisse

 

3. Meurtre d'Alexandre à Pau: le principal suspect mis en examen

Interpellé mercredi, le principal suspect dans l'enquête sur le meurtre d'Alexandre Junca, un adolescent de 13 ans enlevé et tué dans des conditions particulièrement sordides en juin 2011, à Pau, a été mis en examen ce dimanche.

Samedi, au cours de sa garde à vue, Mickaël Baehrel a reconnu avoir tué le jeune garçon à coups de marteau le 4 juin 2011, jour de la disparition d'Alexandre. Cette nouvelle mise en examen intervient 24 heures après celles de trois autres suspects, une femme et deux hommes, soupçonnés d'avoir participé à cet assassinat.

Selon le procureur de Pau, Jean-Christophe Muller, Mickaël Baehrel a "reconnu avoir frappé" Alexandre "avec un marteau, "parce qu'il avait la rage, était énervé, alcoolisé".

>> Meurtre d'Alexandre: le principal suspect a agi "par rage"

4. La Corée du Nord poursuit ses menaces

Jusqu'où ira Kim Jong-un? Ces derniers jours, Pyongyang a multiplié les provocations directes à l'égard des Etats-Unis, en annonçant, jeudi, avoir donné le feu vert pour une attaque nucléaire, puis, vendredi, avoir transporté un deuxième missile de moyenne portée sur sa côte orientale. Vendredi, le régime a mis en garde les diplomates étrangers installés en Corée du Nord, se déclarant incapable de garantir leur sécurité en cas de conflit.

Pendant que Kim Jong-un peaufine son image de chef de guerre, à grand renfort de propagande télévisée, Washington tente de jouer l'apaisement, en reportant un essai nucléaire.

>> Corée du Nord: le belliqueux Kim aura peut-être sa guerre

5. Le retour de la croissance, c’est pour…2015

Le gouvernement français s’aligne sur les prévisions de Bruxelles. Ce dimanche sur Europe 1, Pierre Moscovici a en effet annoncé que la croissance en 2013 serait bien de 0,1% et de 1,2% en 2014, comme l’avait pronostiqué la Commission de Bruxelles voici quelques semaines.

Impossible dans ces conditions de faire reculer le chômage. L’objectif de 3% de déficits publics ne sera atteint qu’en 2014 et non 2013 où la France sera à 3,7%, a ajouté le ministre de l'Economie.

Mais à part la TVA, aucun impôt ne devrait augmenter l’an prochain pour permettre de réduire ce déficit, a promis Pierre Moscovici. La sortie du tunnel attendra donc 2015 pour le ministre, puisqu’il entrevoit un 2% de croissance en France cette année-là, comme, d’ailleurs, dans l’ensemble de la zone euro.

>> Pierre Moscovici: "0,1% de croissance en 2013, 1,2% en 2014 et 2% en 2015"

6. Après Chypre, le Portugal?

La Cour constitutionnelle portugaise a rejeté, à la veille du week-end, plusieurs mesures du budget 2013, élément clé du plan de sauvetage négocié avec les créanciers internationaux du pays.

Ce jugement a mis le gouvernement de centre-droit en difficulté. Il voit s’éloigner l’objectif de ramener le déficit public à 5,5% du PIB à la fin de l'année, les mesures retoquées ayant un impact d'environ 860 millions d'euros.

Le gouvernement doit donc chercher, dès la semaine qui commence, de nouvelles mesures d'austérité puisqu’il s'est engagé à réduire les dépenses publiques de manière "permanente", à hauteur de 4 milliards d'euros d'ici à 2015.

Comme à Chypre, ce plan de rigueur était la contrepartie du plan de sauvetage de 78 milliards d'euros accordé en mai 2011 par l'Union européenne et le Fonds monétaire international.

>> Portugal: l'austérité sanctionnée

Les quatre infos à suivre cette semaine

1. Lundi: Le Sénat débat du premier article du projet de loi sur le mariage pour tous

Vendredi soir, les sénateurs ont fini les discussions sur les quatre motions de procédure déposées par la droite et vont donc entrer dans le vif du sujet du mariage homosexuel.

Les discussions devraient prendre moins de temps qu'à l'Assemblée. Les sénateurs n'ont en effet déposé "que" 280 amendements quand les députés en avaient déposé plus de 5.000. Les débats devraient s'achever en fin de semaine.

Si le Sénat vote le texte, il repartira alors vers l'Assemblée nationale pour une deuxième lecture qui devrait avoir lieu mi-mai. Malgré la contestation de plus en plus violente, le gouvernement veut en effet aller vite et célébrer les premiers mariages homosexuels cet été.

2. Mardi: Les socialistes votent finalement l’accord sur l’emploi

Les députés n’ont pas chômé en matière d’emploi ce week-end. Ils ont voté, dans le cadre du projet de loi sur la sécurisation de l’emploi, l’entrée des salariés dans les conseils d’administration des grandes entreprises, la mise en place de droits "rechargeables" pour les chômeurs retrouvant un travail, et l’encadrement des accords de maintien dans l’emploi, l’une des mesures-phares du texte.

Le vote du projet devrait se terminer mardi 9 avril à l’Assemblée, où les socialistes n’ont finalement pas rué dans les brancards et ont suivi la consigne de François Hollande de ne pas dénaturer l’accord signé en janvier par les partenaires sociaux.

3. Mardi: Dati prête pour Paris

Dans deux jours, l'ancienne garde des Sceaux sera officiellement lancée dans la course à la mairie de Paris. Rachida Dati a indiqué au Journal du dimanche qu'elle déposerait mardi sa candidature pour la primaire UMP en vue des élections municipales dans la capitale, en 2014.

La maire UMP du VIIe arrondissement se dit également prête à travailler avec la favorite de cette compétition interne à l'UMP, Nathalie Kosciusko-Morizet, affirmant qu'elles "ne sont pas rivales".

4. Mercredi: Ligue des champions, quart de final retour, Barça-PSG

Jouera? Ne jouera pas? Lionel Messi est incertain mercredi soir à Barcelone, lors du quart de finale retour de Ligue des champions face au PSG. Buteur, mais sorti sur blessure à la mi-temps au cours du match aller, le quadruple Ballon d’or argentin laisse planer le doute sur son état de santé.

Côté Paris, privés du brillant Blaise Matuidi, suspendu, les coéquipiers de Thiago Silva n’auront d’autre solution que de jouer leur va-tout pour renverser la tendance (2-2 au match aller!) et disputer les demi-finales. La tâche s'annonce ardue pour des Parisiens qui devront obligatoirement s'imposer en Catalogne ou, a minima, obtenir un match nul en marquant trois buts aux Barcelonais.

>> A suivre mercredi 10 avril, à 20h45 en direct sur RMC Sport et BFMTV.com

La question du jour

Si cela était possible, seriez-vous prêt à habiter sur une autre planète?