Spectacle interdit de Dieudonné à Nantes: les événements de la journée

Le Conseil d’État a finalement statué en faveur du gouvernement. Le spectacle controversé de Dieudonné, qui devait se tenir à Nantes dans la soirée de jeudi, a été interdit.

Adrienne Sigel
Le 09/01/2014 à 14:21
Mis à jour le 09/01/2014 à 21:47
Dieudonné lors d’une conférence de presse le 4 juin 2009. (Boris Horvat - AFP)

>> L'ESSENTIEL

• Le tribunal administratif de Nantes a annulé l'arrêté préfectoral interdisant la tenue du spectacle de l'humoriste controversé Dieudonné, ce jeudi soir

• En réaction, Manuel Valls a indiqué saisir le Conseil d'Etat

• Le Conseil d'Etat a interdit le spectacle de Nantes, peu après 18h30

Le spectacle de Dieudonné n'aura pas lieu au Zénith de Nantes, ce jeudi soir. Le Conseil d'Etat, saisi par Manuel Valls, a finalement annulé la décision du tribunal administratif, autorisant la tenue de la représentation du "Mur".

Ce direct est maintenant terminé, retrouvez ici la synthèse des événements de la journée du 9 janvier.

21h30 - Dieudonné quitte l'enceinte du Zénith de Nantes

Le polémiste a quitté la salle de spectacle nantaise aux alentours de 21h30, ont rapporté nos envoyés spéciaux. Il ne restait plus qu'une centaine de spectateurs à l'extérieur du Zénith.

21h - Dieudonné: une décision "lourde de conséquences pour la liberté d'expression"

Pour le président de la Ligue des droits de l'Homme, la décision du Conseil d'Etat instaure un "cadre juridique lourd de conséquences pour la liberté d'expression".

"Le juge n'a pas fait prévaloir la liberté d'expression sur l'interdit et c'est une décision qui est lourde de périls", a commenté Pierre Tartakowsky.

20h30 - Le régisseur de Dieudonné prend la parole. Jacky, un proche du polémiste, s'est adressé aux spectateurs nantais leur demandant de rentrer chez eux, a indiqué notre reporter présente sur place.

20h15 - Le spectacle de Dieudonné "n'a plus rien à voir ni avec la culture, ni avec l'humour", a déclaré jeudi soir la ministre de la Culture, Aurélie Filippetti, sur notre antenne.

20h05 - Dieudonné lance un appel au calme sur sa page Facebook officielle, à l'attention des spectateurs déçus qui attendent toujours devant l'entrée du Zénith de Nantes. "Calmez-vous! Restez pacifistes", leur dit-il, par l'intermédiaire du réseau social.

"Ils cherchent l'affrontement physique donc rentrez chez vous en chantant la Marseillaise ! Dieudonné fera une vidéo demain (10 janvier) sur la chaîne Youtube", écrit-il sur sa page Facebook où il possède 513.571 "amis".




20h - Le ministre de l'Intérieur Manuel Valls a demandé aux spectateurs présents à Nantes de "rentrer tranquillement chez eux".

Des spectateurs de Dieudonné réalisent des ''quenelles'' face aux caméras, jeudi 9 janvier, devant le Zénith de Nantes.

19h38 - Saluts nazis dans la foule à Nantes. Plusieurs spectateurs mécontents, présents devant les portes du Zénith de Nantes, ont été filmés en train d'exécuter des saluts nazis face aux caméras de télévision. Par ailleurs, de nombreux spectateurs ont été filmés en train de réaliser des "quenelles" (voir montage-photo ci-contre), le fameux geste polémique de Dieudonné. D'autres ont été vus en train de brandir des ananas, en référence à la chanson "Shoahnanas", qui a valu à Dieudonné une condamnation pour diffamation, injure et provocation à la haine et à la discrimination raciale. "Quenelle" et ananas sont devenus les signes distinctifs des fans de Dieudonné.

19h30 - "Manuel Valls démission", "Liberté d'expression", "Libérez Dieudonné"
scandent les spectateurs du polémiste, selon notre envoyé spécial devant le Zénith de Nantes.

19h20 - Les spectateurs restent sur place.
Malgré l'annulation du spectacle, les fans de Dieudonné ne semblent pas décidés à quitter les abords du Zénith de Nantes, selon des journalistes sur Twitter.


19h10 - Stéphane, qui devait assister au spectacle de Dieudonné à Nantes, ne cache pas sa déception. "On est déçus, on était venus pour rire. Je pense qu'il y a différentes sortes de public", a-t-il confié, au micro de BFMTV. Pour lui, "une révolte monte" et "les choses vont dépasser le cadre des spectacles de Dieudonné". "Moi je suis là pour dire qu'il y a différents publics, je ne cautionne pas, je ne vais pas me battre ce soir", tient-il à ajouter.

18h58 - Manuel Valls salue la décision du Conseil d'Etat.
"C'est une victoire pour la République", a-t-il déclaré, depuis Brest, où il est en déplacement.

18h55 - Sifflet à Nantes.
Devant le Zénith de Nantes, où les spectateurs de Dieudonné commençaient à affluer, les réactions à l'interdiction ne se sont pas fait attendre et de nombreux sifflets ont été entendus, alors que les gendarmes se sont déployés autour de la foule.


18h52 - La décision du Conseil d'Etat "conforte la position du gouvernement", déclare Jean-Marc Ayrault. "Nous ne pouvons pas accepter que, dans notre société, il y ait la moindre complaisance avec l'antisémitisme, totalement étranger à nos valeurs et à nos principes", a déclaré à la presse le Premier ministre, exprimant sa "satisfaction" après la décision du Conseil d'Etat.

18h40 - Le spectacle de Dieudonné à Nantes ce jeudi soir est interdit, le Conseil d'Etat ayant invalidé la décision du tribunal administratif. Le Conseil d'Etat estime notamment qu'il y a des risques de trouble à l'ordre public, selon les conclusions écrites du juge des référés, que BFMTV a pu se procurer. Cette décision devrait faire référence pour tous les autres spectacles de Dieudonné.

18h14 - Manifestation devant le Conseil d'Etat.
Selon nos informations, la Ligue de défense juive a prévu de manifester devant le Conseil d'Etat à 18h30.

18h07 - La décision du Conseil d'Etat devrait être rendue vers 18h30. Le Conseil a entendu les deux parties et le juge des référés s'est retiré pour arbitrer, selon notre envoyée spéciale devant le Conseil d'Etat, place du Palais Royal, à Paris.

18h - "L'interdiction des spectacles est une voie juridiquement dangereuse et fragile"
, a estimé le secrétaire national du Parti communiste, Pierre Laurent, pour qui cette méthode "peut se réveler politiquement contre-productive dans un pays attaché comme le nôtre à la liberté d'expression". Le Parti communiste indique cependant condamner "avec la plus grande fermeté la dérive raciste et antisémite de ce multirédiciviste de la haine".

17h38 - "De toute façon, ce sera le bazar". Daniel Colling, propriétaire des Zénith de Nantes et Paris a répondu aux journalistes après l'annonce de la suspension de l'arrêté préfectoral interdisant le spectacle de Dieudonné prévu jeudi soir dans la salle nantaise. "A partir du moment où nous avons signé un contrat et que tout se passe dans la légalité, nous n'avons aucune raison de l'annuler. De toute façon, que le spectacle soit annulé ou qu'il ait lieu ce sera le bazar".

17h30 - "Le combat continue et tous les moyens de droit doivent être employés", a par ailleurs déclaré Manuel Valls. "Nous avons gagné le combat politique de la mobilisation et du sursaut", a-t-il également estimé, indiquant "espérer" que le Conseil d'Etat pourra "confirmer l'interdiction" du spectacle de Dieudonné.

17h27 - Manuel Valls s'exprime depuis Morlaix, dans le Finistère. "Face à la mécanique de la haine, il faut de la fermeté et de la sérennité et une très grande détermination. A ceux qui pensent que l'on peut enrayer ce type de mécanique, je dis que c'est un combat de tous les instants. Les entrepreneurs de la haine ne reculent devant aucune invention et font preuve d'une créativité sans limites", a notamment déclaré le ministre de l'Intérieur, avant d'interroger: "Face à cette créativité de la haine, fallait-il ne rien faire ? Certainement pas. Le statu quo n'est pas une solution".

17h20 - "Valls a perdu une bataille, mais pas la guerre". Avec l'annulation de l'arrêté préfectoral interdisant le spectacle de Dieudonné à Nantes, Manuel Valls a-t-il vraiment subi un revers politique? BFMTV.com fait le point avec Arnaud Mercier, professeur de sciences de l'information et de la communication à l’université de Lorraine.

17h05 - La décision du Conseil d'Etat devrait être prononcée dans la foulée de l'audience
, sans doute avant le début du spectacle de Dieudonné au Zénith de Nantes, fixé à 20h20.

16h55 - De nombreux camions de gendarmerie sont d'ores et déjà stationnés devant le Zénith de Nantes.


16h50 - Dieudonné est arrivé au Zénith de Nantes, où il a été autorisé à se produire ce jeudi soir.

16h33 - Les associations juives appellent à manifester. "Déçues" par la décision de la justice d'autoriser Dieudonné à se produire, les associations juives ont appelé à des rassemblements, jeudi, et ont exprimé leurs craintes "pour la vie des enfants" de la communauté. Le Conseil représentatif des institutions juives de France (Crif) a appelé à un rassemblement dimanche, à 15 heures, sur l'esplanade des Invalides, à Paris.

16h25 - "Nous sommes en démocratie, le pouvoir judiciaire est indépendant", a déclaré sur BFMTV l'avocat Arno Klarsfeld, pour qui, l'annulation du tribunal est "une décision de justice qui s'impose". "On peut aussi regretter qu'aujourd'hui la France est le seul pays occidental où des meetings anti-juifs peuvent être tenus, qui incitent certains à assassiner des enfants juifs comme cela s'est fait à Toulouse", a-t-il ajouté.

16h06 - Le Conseil d'Etat reviendra-t-il sur la décision du tribunal administratif? Le maire UMP d’une grande ville, membre honoraire du Conseil d’Etat, a affirmé à BFMTV qu’au Conseil d’état "l’affaire Dieudonné" n’est  "même pas un sujet". Pour revenir sur la suspension de l’arrêté il faut soit "prouver que l’annulation de cette réunion est la seule et unique façon de prévenir les troubles" ou "prouver que le spectacle est par nature contraire à la dignité humaine". Il estime par ailleurs que ce dernier point est  "impossible car on ne peut pas anticiper ce qu’il (Dieudonné, NDLR) va dire chaque soir". Par conséquent, le Conseil d’Etat ne devrait pas revenir sur la décision du tribunal.

16h - Le CRIF appelle à la "mobilisation républicaine". Le Conseil Représentatif des Institutions Juives de France (CRIF) a indiqué "prendre acte de la décision du tribunal administratif de Nantes" dans un communiqué mais estime que "Dieudonné M’Bala M’Bala piétine la loi dans ses représentations". Le CRIF appelle à ce que "la mobilisation républicaine soit encore plus forte dans chacune des villes où se tiendront les meetings haineux et nauséeux de Dieudonné M’Bala M’Bala qui sont une insulte à la France".

15h58 - Trois sites d'associations juives piratés. Alors que le tribunal administratif a cassé l'arrêté d'interdiction du spectacle de Dieudonné à Nantes, trois sites d'associations juives, Israel-Flash.com, Europe-Israel.org et la LigueDeDefenseJuive.com ont été les cibles d'un piratage. Les deux premiers sont inaccessibles, à l'heure où nous écrivons ces lignes, le troisième, appartenant à une association extrêmiste, affiche encore un message à caractère "pédagogique", de la part du hacker.

15h55 - Jean-Marc Ayrault réagit sur Twitter. "Mon gouvernement est plus que jamais déterminé à faire reculer le racisme et l'antisémitisme. L'Etat fait appel du jugement", a tweeté le Premier ministre, à 15h55.


15h47 - Pour l'avocat de Dieudonné, l'audience du Conseil d'Etat à 17 heures est "scandaleuse". "L'audience est fixée à 17 heures. C'est-à-dire qu'il est 15h30 à Nantes, je suis l'avocat de Dieudonné depuis des années, je connais l'ensemble de ses affaires et on nous fixe une audience à 17 heures, m'empêchant matériellement d'être à cette audience. C'est à proprement parler scandaleux", a ainsi réagi Me Jacques Verdier, dénonçant un "acharnement" contre son client.

15h40 - "Publicité inespérée". Invité à réagir sur BFMTV, l'ancien ministre de l'Intérieur et vice-président de l'UMP Brice Hortefeux a estimé que la réalité de la base juridique de l'interdiction des spectacles a été "mal préparée, mal anticipée". "Cela a offert, au bout du compte, une publicité inespérée à monsieur Dieudonné".

15h35 - Pour Jean-Louis Borloo, l'affaire Dieudonné concerne François Hollande. "Je ne suis pas sûr que les interdictions a priori étaient le meilleur système.Nous n'avons voulu gêner le ministre de l'Intérieur, nous ne mettons en cause l'esprit républicain. Je pense que cette affaire concerne le président de la République", a déclaré le président de l'UDI sur BFMTV. Et d'ajouter: "Ce n'est pas un problème technique d'un ministre. C'est le président maintenant qui doit s'exprimer et monter au créneau".

15h30 - Manuel Valls tiendra une conférence de presse à 17h30, à Morlaix, dans le Finistère.

15h25 - Des troubles à prévoir à Nantes? Le député PS du Finistère, Jean-Jacques Urvoas, a réagi à la décision du tribunal administatif sur BFMTV. "Ce n'est pas un blanc-sein", a-t-il estimé. "On va faire attention à ce que ce monsieur va dire ce soir sur scène", a-t-il ajouté, au sujet de Dieudonné. "Ce qui est à craindre c'est que les troubles que le préfet craignait se déroulent. Malheureusement nous aurions là la démonstration a postériori qu'il aurait mieux fallu interdire ce spectacle".

15h13 - Audience au Conseil d'Etat à 17 heures. Selon nos informations, une audience en référé du Conseil d'Etat, saisi en urgence par Manuel Valls, se tiendra à 17h.

15h10 - "Manu la sens-tu?" Dieudonné a également réagi à cette décision du tribunal administratif de Nantes, via son compte Twitter, avec un message provocateur à l'attention de Manuel Valls, qui fait référence à la fameuse "quenelle".

تويتر / MbalaDieudo: Manu la sens-tu ? Merci pour ...

15h05 - "Cette décision n'éteint pas les voies de droit". "Le ministre de l'Intérieur a pris connaissance de la décision du tribunal administratif de Nantes qui a décidé de suspendre l'arrêté d'interdiction du spectacle "Le Mur" au Zénith de Nantes", dit le texte. "Pour autant, le tribunal administratif de Nantes a confirmé la thèse qui fait du respect de la dignité de la personne humaine une composante fondamentale de l'ordre public. Par conséquent, cette décision n'éteint pas les voies de droit. C'est la raison pour laquelle le ministre de l'Intérieur a décidé de saisir immédiatement en appel le Conseil d'Etat, la plus haute juridiction administrative de notre pays", poursuit le communiqué.

15h - Manuel Valls saisit le Conseil d'Etat.
Le ministère de l'Intérieur a réagi dans la foulée en publiant un communiqué indiquant que Manuel Valls saisit "immédiatement" le Conseil d'Etat en appel.

14h55 - La Licra "prend acte".
De son côté, le président de la Licra, Alain Jakubowicz, a indiqué "prendre acte de la décision". "Chacun a joué son rôle", dans cette affaire, "ça remet rien en cause", a-t-il ajouté, jugeant les propos de l'avocat de Dieudonné "apaisants" et rappelant qu'il n'y a "pas de contrôle a priori".

14h50 - "Echec moral".
Invité à réagir sur BFMTV après la décision du tribunal administratif, Charles Gautier, le maire PS de Saint-Herblain, la commune où se trouve le Zénith de Nantes, s'est dit "déçu" et évoque un "échec moral". "Je suis déçu de cette décision. Nous nous trouvons dans une situation extrêmement difficile pour la commune. C'est un échec moral. Pour ce qui est de la soirée, un accord avait été passé avec le préfet pour que quelle que soit la décision du juge la soirée se déroule dans des conditions satisfaisantes pour l'ordre public. Rien n'est changé sur ce dispositif", a-t-il indiqué.

14h40 - "Camouflet pour Manuel Valls". L'avocat de Dieudonné, Jacques Verdier, a estimé, face à la presse, qu'il s'agit d'"une victoire totale et complète" et que cette décision est un "camouflet" pour le ministre de l'Intérieur Manuel Valls. "C'est la défaite de Manuel Valls, c'est la défaite de Jean-Marc Ayrault (...) Le spectacle de Dieudonné va se tenir ce soir", a-t-il confirmé, ajoutant que les spectacles de Dieudonné ne sont "pas porteurs de messages antisémites ou de racistes".

14h35 - Le spectacle de Dieudonné aura bien lieu. Le tribunal administratif de Nantes a annulé, ce jeudi, en début d'après-midi, l'arrêté préfectoral interdisant le spectacle de Dieudonné. "Le tribunal administratif de Nantes suspend l'exécution de la décision par laquelle le préfet de la Loire-Atlantique a interdit la représentation du spectacle "Le Mur" de Dieudonné M'bala M'bala le 9 janvier 2014 au Zénith de Saint-Herblain", précise le tribunal, en ajoutant que le spectacle "ne peut être regardé comme ayant pour objet essentiel de porter atteinte à la dignité humaine".

Toute l'actu Société

La question du jour

Faut-il permettre l'ouverture de tous les magasins le dimanche?