En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...

Déraillement du TGV Est: "Pourquoi avoir freiné si tardivement?", s'interroge le frère d'une victime

Le déraillement d'un TGV d'essai a fait 11 morts et 42 blessés le 14 novembre 2015 en Alsace.
 

Quatre mois après le déraillement en Alsace d'une rame d'essai de TGV qui avait fait 11 morts et 42 blessés, la SNCF a réuni pour la première fois samedi à Paris les familles des victimes. BFMTV a rencontré Alain Jounot, dont le frère a trouvé la mort dans la catastrophe.

A voir aussi

Votre opinion

Postez un commentaire

1 opinion
  • Robin-des-bois
    Robin-des-bois     

    Ce monsieur se trompe malheureusement sur beaucoup de points. Ce qu'il dit désinforme les gens sur certains points.

    Pourquoi cet accident au bout de 90 essais ?
    >> Faux, c'était le premier essai sur cette voie 2 à cette vitesse. Les autres essais étaient sur la voie 1.

    Pourquoi avoir freiné si tardivement ?
    >> Faux, ce n'est pas la cause contrairement à ce que dit le BEA-TT. Avant de parler d'un freinage tardif il faut vérifier quelles étaient les vitesses prévues et on se rend compte (si on n'est pas trop bête) que les paliers de vitesses prévus sont excessivement dangereux ! Comment peut-on passer de 330 km/h à 176 km/h en si peu de temps ? Même sur une vitesse commerciale c'est de la folie ! Ils avaient prévus d'aller à pleine vitesse et de freiner au dernier moment avec le frein d'urgence pour grappiller quelques minutes et dire qu'ils font gagner 32 minutes sur un Paris-Strasbourg.

    Beaucoup de sincérité et d'empathie dans les propos de Pépy ?
    Il va falloir expliquer parce qu'ils n'ont fait aucun effort jusqu'à présent et cette réunion a eu lieu uniquement pour se donner bonne presse... Rien de concret depuis la pseudo enquête ridicule des "experts" du BEA-TT. Ces experts qui bien entendu étaient présents à cette réunion à manger des petits fours en compagnie de la SNCF.

    La SNCF accompagnera les victimes et familles de victimes dans la durée.
    >> Dans la durée mais à partir de quand ? Il va falloir qu'ils commencent parce que ça fait déjà 4 mois et qu'il y a des orphelins... C'est très douloureux de parler d'indemnisation et c'est tout ce qui compte pour la SNCF. Il n'y a eu aucune communication avant que la mère d'une victime invitée intervienne dans les médias ! C'est honteux !

    Par contre il a raison sur un point : Ce n'était pas le dernier essai prévu contrairement à ce que la SNCF communique.. Il y avait bien des invités à bord sur beaucoup d'essais antérieurs. C'est une pratique connue de tous les cheminots.
    Les cheminots et leurs familles sont tellement fiers qu'ils se félicitent d'avoir des proches morts dans cet accident... On peut se raccrocher à certaines choses pour surmonter des évènements douloureux mais là c'est absurde...
    Les parents décédés auraient préféré vivre et voir leurs enfants devenir à leur tour parent etc.

    Quelle fierté peut-on trouver à mourir dans un projet sur lequel on travaille ? Quelle fierté peut-on avoir à être déchiqueté dans un train ?
    La moindre des choses quand on est responsable, c'est de reconnaître son ou ses erreurs qui ont coûtées la vie ou blessées à vie certaines personnes innocentes.
    Cacher les erreurs de ses collègues n'a rien d'honorable... Les cheminots décédés doivent avoir honte de l'entreprise pour laquelle ils ont donné leur vie.

Votre réponse
Postez un commentaire