En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...
Mis à jour le
Denis kessler critique les deux derniers accords signés par le medef
 

PARIS (Reuters) - L'ancien numéro deux du Medef, Denis Kessler, critique les deux grands accords signés cette année par l'organisation patronale,...

A voir aussi

Votre opinion

Postez un commentaire

3 opinions
  • lecoyote
    lecoyote     

    Ce sont des milliards d'euros qui sont enjeux, vu que bientôt certaines entreprises ne valent plus rien et comme certains domaines d'activités tels que l'industrie de l'automobile et l'industrie pétrolière en France sont en déclins, ils veulent ce rattrapés sur nos cotisations sociale obligatoires. Ils doivent tuer la sécurité sociale pour s'octroyer nos cotisation, il est plus facile de créer le trou de la sécu et le laissé grossir pour dire que cela ne fonctionne plus. Depuis plusieurs années les divers gouvernements ont fait d'énormes cadeaux en allégement des charges sociales obligatoire aux entreprises qu'ils ont tués la sécu. Le medef ne cesse de pleurait pour pouvoir avoir toujours plus. Et nous attendant nous voyons nos salaires et pensions retraites diminuées, nos couvertures sociale disparaître comme neige au soleil.

  • patrice mérignac
    patrice mérignac     

    pas avare le monsieur il préfère voir les sous dans sa poche au lieu de celle des salariés et chomeurs, enfin au bout pret a sauter sur la dime de chacun en mettant fin a l'unedic, les régimes complémentaire de retraites

  • descente
    descente     

    "L'ancien président de la Fédération française des sociétés d'assurances réclame d'autre part..." moi je le qualifierait plutôt de "l'ancien soixante huitatar militant CFDT ex assistant de sciences économiques à Paris X auprès de Dominique Strauss-Kahn nommé chargé de recherche du CNRS..." bref un sacré tourne veste, un copé qui vient de la gauche.

Votre réponse
Postez un commentaire