En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...
Une certificat d'immatriculation et un faux certificat de carrossage suffisaient à rendre le véhicule vendable.
 

Utiliser le certificat d'un vieux fourgon soi-disant transformé pour vendre un camping-car volé, telle est la nouvelle astuce des voleurs. Un préjudice estimé à près de 11 millions d'euros.

A voir aussi

Votre opinion

Postez un commentaire

1 opinion
  • 52 MILLES
    52 MILLES     

    Rien de plus simple obligé les transformateurs de véhicule à présenter leur nouveau véhicule au services des mines et d'exiger le document avant toute immatriculation et le problème est réglé .....

Votre réponse
Postez un commentaire