En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...
Mis à jour le
L'informaticien était soumis à une durée conventionnelle du travail de 37,5 heures hebdomadaires, mais dans les faits, il ne lâchait pas ses outils de travail. (photo d'illustration)
 

Un informaticien ayant effectué des horaires d'astreinte 24 heures sur 24 et 6 jours sur 7 pendant des années a obtenu le versement 737.000 euros de rappels de salaires par la société Natixis Asset Management.

A voir aussi

Votre opinion

Postez un commentaire

9 opinions
  • Hybow
    Hybow     

    Si j'accepte de travailler 70 heures au lieu de 35 c'est que je le veux bien. Mais si on ne me paye pas, là, c'est plus la même... Ce type a certainement dû se battre des années avant de gagner son procès... Quand on sait la lenteur des procédures et la mauvaise fois de certaines entreprises... Il a bien fait de tenir tête à ses employeurs qui je suis sûr ont tout fait pour le pousser vers la porte de sortie !!! Loupé messieurs les escrocs-esclavagistes !!!

  • BenVoyons
    BenVoyons     

    Natixis.... natixis... ceux qui nous ont introduits (!) à 19,60€ et qui valent autour de 4,30 aujourd'hui ? Ceux dont le cgrand chef est mis en examen pour conflit d'intérêt ? ceux dont le sous chefresponsable de la dégringolade touche 900.000€ dans un placard en attendant tranquillement la retraite ? ah ouiiiii... des gens très fréquentables... on comprend mieux leur notion toute relative de "contrat"... :))

  • Mondetoutrose
    Mondetoutrose     

    Oui, il va toucher 737.000 euros ... Je n'ose imaginer le montant de ses impôts de l'année prochaine ! (L'état doit réduire le déficit rappelez vous :) )

  • mango
    mango     

    ils voulaient qu'il dégage c 'est difficile à comprendre

  • HeyBaal
    HeyBaal     

    La contrainte est un faux débat. Il a été sollicité pour un travail. Le travail a été fait. Il doit être payé. Si désormais un employeur fait faire un boulot à un employé mais refuse de le payer au motif qu'il aurait pu démissionner ça devient n'importe quoi...

  • HeyBaal
    HeyBaal     

    Il n'a pas refusé de faire ces heures sup, c'est son employeur qui en a bénéficié et qui a refuser de les lui payer. Et ce n'est pas un vulgaire conseil des prud'hommes qui a tranché sur un coup de tête, c'est la plus haute autorité judiciaire du pays.

  • HeyBaal
    HeyBaal     

    Petite piqure de rappel : quand on soumet des gens à un boulot il faut les payer.

  • PasVraimentContent
    PasVraimentContent     

    Il était enchaîné à ses outils? Sa femme et ses gosses était prise en otage ? Ou alors il a laissé délibérément faire les choses avec une arrière pensée (700 k€) ?
    A -t-il refusé de faire ces heures supp auprès de son employeur ?
    Une plainte pour harcèlement a-t-elle été déposé ?
    Bon ! les prud'hommes ont tranché ! On ne discute pas les décisions de justice , n'est-ce pas ?

  • longaniere
    longaniere     

    Si son contrat de travail était clair le salarié avait toute liberté pour refuser ces abus (qui semblent avérés !) et surtout il pouvait chercher un autre job. Cela m'étonnerait que son employeur lui ait greffé ses outils de travail !

Votre réponse
Postez un commentaire