En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...
Mis à jour le
Le drame du lycée Darius-Milhaud, qui avait suscité l'émotion il y a trois ans, est mardi devant la justice (photo d'illustration).
 

Mardi s'est ouvert le procès d'un lycéen, accusé d'en avoir poignardé un autre en 2010. Un fait divers qui avait poussé le gouvernement à des états généraux sur la sécurité à l'école.

A voir aussi

Votre opinion

Postez un commentaire

4 opinions
  • leane
    leane     

    Ils ne devaient pas consulter très souvent leur livre sacré qui prône l'amour. Par rapport aux nom: ces élèves étaient là suite à un accord de coopération entre pays? Ils faisaient un stage?

  • Toa Thien
    Toa Thien     

    Que dire, il suffit, comme d'habitude de lire...... et de conclure: toujours les mêmes! ; Marre, Marre et Marre.

  • HeyBaal
    HeyBaal     

    Y a un truc facile à comprendre, c'est que chez les individus normaux, quand on ne veut pas mettre un coup de couteau, et bien on ne le met pas. C'est aussi simple que ça. Après y a deux cas de figures : les gens violents méchants et instables et les gens violents méchants et menteurs. Y a ceux qui entendent des petites voix, et ceux qui font ce qu'ils veulent, et prétendre ensuite être les victimes de cette espèce de malédiction qu'on appelle communément "le pétage de cable". La réalité c'est que ces gens ne "pètent pas un cable" comme ça, subitement. Ils sont comme ça et passent à l'acte. Tous les spécialistes le savent, le "pétage de cable" c'est juste pour préserver les apparences. La réalité c'est que les gens violents méchants n'ont rien à faire dans une école. Les gens violents pacifiques sont au contraire à défendre, parce que quand les tarés s'introduisent dans un établissement scolaire pour "régler un différend", on est bien content d'en avoir un ou deux qui interviennent, armés de bonnes intentions. Schématiquement c'est un peu comme la police qui protège de la racaille. Les policiers à qui on file des armes c'est pas pour qu'ils ne soient animés que de bonnes intentions, et heureusement pour nous. Sous Sarkozy ils ont été trop réticents à intervenir à ce sujet. Oui, il y a eu des états généraux, c'est ce qu'on fait quand on ne veut pas intervenir. Voir par exemple les négociations entre partenaires sociaux sous Hollande. Ok, il fallait réagit à la crise, la majorité avait besoin d'unité pour faire passer les réformes vitales pour notre économie. Mais il n'est pas trop tard pour agir. Ces types violents et malfaisants n'ont rien à faire dans une école. Qu'on les mette dehors.

  • Carambar
    Carambar     

    quelques années avec sursis on connait la chanson ! le meurtre de mineur faiblement condamné _____ le "tueur" a sa vie devant lui et il faut le réinsérer !!!!!!

Votre réponse
Postez un commentaire