En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...
Mis à jour le

Dans une lettre ouverte, des "femmes corses contre la violence" ont exhorté le président François Hollande à "agir sans attendre" pour enrayer la spirale criminelle qui ensanglante leur île.

A lire aussi

A voir aussi

Votre opinion

Postez un commentaire

5 opinions
  • vauban
    vauban     

    si elles ne veulent pas être de bonnes citoyennes et parler, elles peuvent faire la grève du sexe pour remettre les idées en place à leurs gugus

  • merville31
    merville31     

    Apporter son concours à la police ou à la justice cela ne veut pas dire dénoncer, c'est par exemple ne pas hésiter à témoigner si on a assisté à quelque chose, ne pas omettre de donner une information si on est interrogé ! Personne ne demande d'envoyer des lettres anonymes à la Kommandantur, mais d'être citoyen, et ça en Corse, c'est très difficile apparemment...là est le problème, il est culturel...

  • jouvance
    jouvance     

    très juste, le temps n'est plus aux déclarations, et aux visites de Taubira et Valls, il faut agir!... oui mais où se trouvent ils ces assassins? surtout en Corse!

  • biendici
    biendici     

    claranne: elles s'élèvent contre le fait de dénoncer! Avec toutes les dérives que cela implique...Elles ne veulent pas faire le travail des forces de l'ordre. Ce qui est légitime. Quand les 2 ministres ont évoqué les termes de "fermeté" , d"intraitable",etc..., ces femmes et plus globalement les Corses s'attendaient à une action d'envergure de la part du gouvernement. Or, il n'en fut rien! Du blabla,c'est tout, avec les frais de transport qui vont avec. Chacun son boulot!

    Et puis, vous dénonceriez un voisin, vous? C'est un système hélas très, trop, connu dans notre histoire...

  • claranne
    claranne     

    elles disent adhérer aux valeurs républicaines, mais surtout ne pas dénoncer ce qu'elles savent... alors y en a encore pour longtemps ... marrantes ces corses non?

Votre réponse
Postez un commentaire