En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...
Mis à jour le

La Commission des sondages, organisme français officiel de contrôle, a rappelé mercredi que les marges d'erreur pouvaient aller jusqu'à quatre points et que les enquêtes réalisées sur internet par les médias auprès de leurs auditeurs ou lecteurs n'étaient pas fiables scientifiquement.

A voir aussi

Votre opinion

Postez un commentaire

4 opinions
  • ouin ouin
    ouin ouin     

    pan sur le bec de rmc,de brunet et a tous lesvoyous de droites

  • 12345689101213
    12345689101213     

    les sondages c'est du pipeau.échantillon de 1000 personnes tous au plus.Tu vas dans les regions pro Ump sa sera sarko en tete , etc

  • beberd
    beberd     

    les sondages c 'est tout va bien je vais bien

  • AuxArmes
    AuxArmes     

    Ah Ah Mr BRUNET :
    INSEE n'est pas un organisme de droit ^^
    je vais vous rafraichir la memoire /
    la promotion qui avait fait scandale Mr SARKOZY
    Jean-Luc Tavernier va prendre la tête de l’Insee

    Le directeur général de l'Institut national de la statistique et des études économiques (Insee), Jean-Philippe Cotis, 54 ans, quittera cette institution début mars à sa demande pour rejoindre la Cour des comptes. Comme Les Echos l'ont annoncé dans leur édition du lundi 20 février, il sera remplacé à l'Insee par Jean-Luc Tavernier, 50 ans, adjoint de René Ricol au Commissariat général à l'investissement et ancien directeur du cabinet d'Eric Woerth (2007-2009) au ministère du budget.

    La nomination de M. Tavernier doit faire l'objet d'un décret en conseil des ministres, le 22 ou le 29 février. Même si la compétence de ce haut fonctionnaire, un X-Ensae, qui a fait ses classes à l'Insee avant d'être nommé directeur de la prévision (2003-2004), puis directeur de l'Agence centrale des organismes de Sécurité sociale (Acoss), n'est pas en cause, sa nomination par le président-candidat en pleine campagne électorale risque de ne pas lui faciliter la vie en interne.

Votre réponse
Postez un commentaire