En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...
Mis à jour le
La colère contre les fermetures de classes enfle
 

Des parents d'élèves et des syndicats d'enseignants se mobilisent en France contre la disparition prévue, selon eux, de 1.500 à 3.000 classes de primaire et de maternelle à la rentrée 2011.

A voir aussi

Votre opinion

Postez un commentaire

38 opinions
  • Verly.
    Verly.     

    ...c'est que dans les classes l'appel est fait tous les jours...Aprés ça se perd dans les hautes sphères..

  • Verly.
    Verly.     

    ...on s'aperçoit qu'ils ne sont pas si satisfait que ça de leur enseignement et notamment de leur enseignement professionnel, le système dual que nous avait vanté à l'époque Mme Cresson qui avait fait rire quelques profs allemands. Si c'est du Snes que vous parlez, d'accord, noyauté par le PC à partir de 1960, à la remorque du PS depuis 1980 ses préoccupations sont d'ordre politique et pas forcément du côté des salariés. Il n' y a que 18% de profs syndiqués, et le SNES en revendique bon an mal an 60 à 80%. Alors pourquoi ce succés? tout simplement parce que le monde politique favorise les syndicats politisés parce qu'ainsi ils se rerouve dans son univers habituel. Quand aux gauchistes il ne faut pas exagérer leur importance 5%. On les trouve selon les cas nocifs, horripilants, farfelus, braves types à côté de la question, ou rasoirs. Leur influence n'est pas trés grande, c'est une force d'appoint dont certains souhaiteraient se passer. Onparle beaucoup de réformes. La seule vrai réforme ce serait que les élèves se mettent à travailler. S'ils ne travaillent pas ce n'est pas entièrement leur faute. Ce sont des jeunes et la société les a incité à ne rien faire tout en leur retirant les moyens de travailler, je dis bien la société pas les profs. Mais le vrai problème c'est le suivant. Derrière le sabotage de l'école il y a la volonté de priver les jeunes de repères et de tout détruire pour fabriquer l'homme nouveau, variable d'ajustement d'un système aussi démentiel que celui de Staline. Et cela c'est soigneusement écarté du débat.

  • Verly.
    Verly.     

    ...le ministre fait la répartition des suppressions entres les Rectorats et aprés le menu fretin se débrouille pour décider à quel endroit on va fermer. Dans cette affaire personne n' a son mot à dire sur l'opportunité des fermetures. Vous le savez bien et vous pratiquer l'art de l'embrouille sans trop de subtilité mais avec beaucoup d'aplomb. Idem sur le budget.

  • Verly.
    Verly.     

    ...le ministre fait la répartition des suppressions entres les Rectorats et aprés le menu fretin se débrouille pour décider à quel endroit on va fermer. Dans cette affaire personne n' a son mot à dire sur l'opportunité des fermetures. Vous le savez bien et vous pratiquer l'art de l'embrouille sans trop de subtilité mais avec beaucoup d'aplomb. Idem sur le budget.

  • marsson
    marsson     

    Parfaitement d'accord avec votre reflexion . Nous pouvons même dire qu'il y a trop d'Academie en france et trop de personnes qui y travail!
    Pour bien connaitre celle de Nantes Bcp de Bureau , Bcp d'absent et cela se batail aux portillons pour y rentrer...Mais la reflexion est très juste Se sont les Academies qui décident des suppressions.
    Pouquoi Le budget de l'eduquation en france qui est un des plus important comparé à nos voisins n'empêche pas que nos resultats sont les plus mauvais ?!

  • pognonpognon
    pognonpognon     

    non non, 42 en classe je maintiens !! mais d'accord, il ya eu des pseudos réformes car les vraies réformes (allègre, darcos... ) ont vu un mur idéologique de vieux gauchaux qui envoient des gosses de 12 ans dans la rue pour défendre leurs privilèges... il y a tout à refaire dans l'EN, mais avec les syndicats en place, on sera décédé tous les 2 que rien n'aura bougé, là où l'allemagne a 3 générations d'avance sur nous et l'écart se creuse

  • Verly.
    Verly.     

    ...c'est d'être débrouillard et être débrouillard c'est tout simplement de tirer les marrons du feu. Il y en a un qui se brûle les doigts et pendant qu'il y est occupé l'autre (Smartiz ou les élites) se débrouillent pour les lui barboter...

  • Verly.
    Verly.     

    ...Les Américains sont, pour les domaines sérieux préoccupés de diplomes et ils ont a côté d'universités fantaisistes des institutions trés sérieuses comme le MIT ou Harvard. Comme ellkes sont en nombre insuffisant, ils ont calculé qu'il est plus avatageux d'aller en Europe débaucher des chercheurs et de les payer quatre foius plus cher que d'assurer en Amérique les frais de leur formation. Pour ce qui est de l'invention on peut regretter qu'en Europe l'inventeur soit si peu rémunéré. L'inventeur de la carte à puce par exemple n'a presque rien retiré de son invention il a passé sa vie comme chef d'une entreprise de dix ouvriers. Un élément à verser au dossier de votre problématique. Ce n'était pas un scientifique de formation. Cependant il posséde un dipôme universitaire, le Certificat d'Etudes Générales Classiques. Apparemment ce n'est pas un canular de journaliste... Il y a d'autre histoires du même genre: l'inventeur du différentiel de voiture est un obscur mécanicien qui n' a jamais touché un centime et dont on ignore le nom.

  • Ce que j'en dis !!!
    Ce que j'en dis !!!     

    Je me suis toujours posé la question suivante.
    Dans une entreprise le patron donne une ligne directrice, c'est à ses salariés de trouver la bonne direction, d'emettre des solutions. Donc je suppose que pour l'éducation nationale c'est identique. Or a chaque fois c'est le ministre et l'état qui ne comprend rien. Si le ministre et l'etat donne un direction c'est à l'éducation national et ses salariés, de faire en sorte, de prendre leurs responsabilités d'organisation. Un ministre ne peut pas gerer chaque cas. Il y a les académies pour cela. C'est elle qui décident les fermetures et le dispatche des enseignants, pas le ministre . Ne prenez pas toujours pour cible le ministre ou l'état quelque soit la couleur politique, mais plutôt ceux qui sont en charge de la gestion des écoles au niveau académique. C'est eux qui décident.Le budget ils l'ont simplement il n'est pas correctement geré. Les enseignants non plus. Je répéte ce n'est pas le ministre ou l'état qui affecte les enseignants à tel ou tel collége, lycée ou autre mais les académies. Conclusion, mesdames messieurs les enseignants donner aux gestionnaires académiques des cours de bon sens, vous avez les capacités, et les connaissances. Arrétez de taper sur l'état quelque soit sa couleur politique , Ce que j'en dis !!!

  • Claude08
    Claude08     

    L'education nationale possede deux record mondiaux: environ 1.OOO.OOO de salariés , le nombre exact n'est pas connu du ministere employeur, et le budget le plus imporant au regard du PIB!! On pourrait déjà faire travailler plus les enseignants , qui suivant leur spécialité, enseignent entre 8 et 30 heures par semaine qui ne soit pas de conges bien sur, ensuite faire des mutations inter-rectorats, et en dernier lieu faire payer les familles qui veulent une ecole et un hopital à 5 mn de chez eux ou au plus profond des départements ruraux. Il faut en finir avec le tout gratuit pour tout le monde !!!

Lire la suite des opinions (38)

Votre réponse
Postez un commentaire