Le clan Merah dans le collimateur de la DCRI

Placée sous surveillance avant son frère, Souad Merah lui est plusieurs fois venue en aide. Au-delà de son cas, c'est tout le clan Merah qui semble intéresser la justice

Pauline Revenaz et Guillaume Bernhard
Le 03/09/2012 à 16:46
Mis à jour le 03/09/2012 à 16:57

Souad, la sœur ainée de Mohamed Merah apparait sur les notes de la Direction Centrale du Renseignement Intérieur dès 2008. Surveillée avant lui, fichée, elle est adepte d'un islam radical, selon une note de 2010. Elle part étudier le Coran en Egypte, son jeune frère en fait autant un an après.

Admiration

Entre eux, plusieurs échanges, dont 1520 euros expédiés en 10 fois lorsqu'il est en détention. Fin 2011, Mohamed Merah rappelle un agent de la DCRI avec un portable au nom de sa sœur et utilise aussi sa messagerie électronique. Souad Merah n'a jamais été placée en garde à vue, mais certains avocats réclament son audition. Mais avant cela, son frère Abdelkader Merah, lui aussi surveillé, déjà mis en examen, et écroué, sera entendu ce jeudi pour la première fois dans le bureau du juge d'instruction.

Juste après les tueries de Toulouse et Montauban, Abdekader Merah n'avait pas caché son admiration pour les actes commis par son frère. Les avocats de la partie civile espèrent maintenant qu'il fournira des explications.

 

La question du jour

Etes-vous pour l'instauration d'un forfait aéroport pour les taxis?