En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...
Un adolescent de 16 ans s'est lancé dans un rodéo, juste devant un commissariat.
 

Au volant d'une voiture, un adolescent n'a pas hésité à aller faire crisser les pneus du véhicule devant l'hôtel de police d'Angoulême. Il devra s'en expliquer devant le juge des enfants.

A voir aussi

Votre opinion

Postez un commentaire

1 opinion
  • beaudolo
    beaudolo     

    Par crainte d’être accusé de dictateur, les gouvernants de nos sociétés abusent de la douceur. Nos médias pleurnichent davantage qu’ils analysent, il suffit de voir les sinistrés qu’on interrogeait lors des inondations. Tout est larmoyant. Ce n’est pas notre société qui est brutale mais nous qui ne supportons plus rien. C’est particulièrement vrai en France, où les citoyens ont l’habitude de tout attendre de l’Etat et se comportent comme des enfants insatisfaits. En pleine état d’urgence, là où la force serait légitime devant de vrais dangers, des individus encagoulés peuvent détruire des bâtiments publics sans risquer grand-chose. A l’école on n’ose plus punir, c’est l’enseignant qui tremble dés qu’il a dit un mot de travers, pendant que les élèves l’injurient impunément ! Parce » que nous avons peur d’abuser de la force nous préférons la délégitimer créant ainsi des sociétés de complaisance !!!

Votre réponse
Postez un commentaire