En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...
Mis à jour le

A voir aussi

Votre opinion

Postez un commentaire

5 opinions
  • Stanischlass
    Stanischlass     

    Entre nous, ça intéresse qui ce soit disant syndicat ?

  • MIOS33380
    MIOS33380     

    Nicolas n'avait pas ses cartes du PCF et de la CGT !... :-))

  • franciseure
    franciseure     

    MAI 1984

    Vous nous avez bien eus en Mai quatre vingt un

    Avec vos sortilèges, vos rires et vos promesses.

    Vous vendiez du bonheur comme on vend du parfum

    Et oui, deux ans plus tard…vous nous bottiez les fesses.

    Le bon peuple de gauche caressait l’or des songes,

    Il le sait maintenant, ce n’était que mensonges !

    Le chômage s’installe, le franc est chancelant,

    Le Dollar au Zénith, le Super à cinq francs.

    Le pays incrédule gît au sol, pantelant

    Ah ! Ne claironnez plus vos avances sociales,

    Nous sommes tous meurtris par vos ponctions fiscales.

    Votre grand argentier nous prend bien pour des cons

    En réclamant toujours et encore du pognon !

    Tout le monde est saisi par un affreux vertige,

    En cauchemar atroce devant nos caisses vides ;

    Expliquez-nous comment, vous avez en deux ans !

    Endetté ce pays pour plus de cinquante ans !

    Vous rabâchez sans cesse cet éternel refrain :

    C’est la faute à la droite, et aussi aux Ricains !

    Et tant que vous y êtes, pourquoi pas aux putains ?

    Il faut savoir, messieurs, quelquefois dans la vie

    Reconnaître ses torts, ses erreurs, ses oublis,

    Et non se réfugier dans un défi hargneux.

    Les vrais hommes publics sont francs et courageux.

    Nous allons sans détour et sans ambiguïté

    Vous servir tout de go, vos quatre vérités :

    Vous êtes des charlots, des guignols, des manants,

    Et votre chef débile, le triste « mythe errant » !

    Homme au visage pâle et au regard fuyant,

    Ce bouffon d’opérette qui trône à l’Elysée

    Est de toute l’Europe, devenu la risée !

    Arrêtez vos salades et vos propres mensonges,

    La coupe amère est pleine, elle va déborder.

    Halte là ! Ça suffit ! Foutez le camp, partez !

    Nous n’aimons pas, Messieurs, passer pour des cocus,

    Et nous vous chasserons à coups de pied au cul !

    Pierre Jean Vaillard

  • LouNels
    LouNels     

    Et lorsque l'on reprochait au jeune Nicolas de ne pas avoir donné son ADN ils étaient où les abrutis de syndicalistes ??????

  • 66VEVE
    66VEVE     

    en vertu de quoi ils refusent l'application de la loi? maintenant il est vrai qu'aujourd'hui le respect de la loi tout le monde s'en fout un peu politiques en tête

Votre réponse
Postez un commentaire