En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...
Mis à jour le
La cgt d'air france appelle à la grève mercredi
 

PARIS (Reuters) - Le syndicat CGT d'Air France a appelé lundi à la grève et à des actions mercredi dans les aéroports contre la réforme des...

A voir aussi

Votre opinion

Postez un commentaire

3 opinions
  • Armando_95
    Armando_95     

    Ca te surprend qu'avec les conneries des sybdicats stupides français on aille tout droit vers la capitalisation et que le gateau résultant met en appétit les grandes compagnie d'assurance ???

  • jelobr 89
    jelobr 89     

    Calmement, face aux attaques et aux rumeurs, rétablissons la vérité !

    Chers amis, vous avez été comme moi, je le sais, choqué par ce que vous avez lu et entendu tout au long de ces dernières semaines…

    L’action du gouvernement est dénigrée tous les jours par la presse, les syndicats et les partis de gauche de notre bonne vieille Gaule…

    Tout cela est inacceptable et insupportable !

    Tout ceci n’a été construit que dans un seul but : détourner l’attention des français du travail courageux de réforme du gouvernement légitime de notre pays. En particuliers sur celui des retraites.

    Des manœuvres ont été savamment entretenues et attisées pour faire circuler de fausses informations, des amalgames, des rumeurs. Ce n’est que le résultat d’un manque d’arguments de notre pauvre gauche !

    Gardons notre détermination intacte pour ne pas laisser à la gauche opportuniste le soin de détruire ce que nous construisons !

    Contre cette machination, il est important de rétablir la vérité : nous sommes la véritable force d’action de notre pays !

  • doudou64
    doudou64     

    site d'information Médiapart affirme jeudi 14 octobre que la réforme des retraites pourrait favoriser les intérêts du groupe Malakoff Médéric, dont le délégué général n'est autre que Guillaume Sarkozy, le frère du chef de l'Etat.

    Selon Médiapart, la réforme "va conduire à l'asphyxie financière des grands régimes par répartition" et sera donc "propice à l'éclosion de ces grands fonds de pension qui n'étaient pas encore parvenus à s'acclimater en France, à quelques rares exceptions près". Parmi les opérateurs privés d'ores et déjà sur les rangs, figure le groupe Malakoff Médéric.



    Des alliés puissants

    "Il ne s'agit pas que d'une coïncidence. Mais bien plutôt d'une stratégie concertée en famille", écrit Médiapart, "l'un assèche les régimes par répartition tandis que l'autre pose les fondements du système par capitalisation". Le site ajoute : "Guillaume Sarkozy a engagé son entreprise dans une politique visant à en faire un acteur majeur de la retraite complémentaire privée. Et il a trouvé des alliés autrement plus puissants que lui, en l'occurrence la Caisse des dépôts et consignations (CDC), le bras armé financier de l'Etat, et sa filiale la Caisse nationale de prévoyance (CNP). Ensemble, tous ces partenaires vont créer, le 1er janvier prochain, une société commune qui rêve de rafler une bonne part du marché qui se profile."

    "Cette société n'aurait jamais vu le jour sans l'appui de l'Elysée", écrit Médiapart. En effet, la Caisse des dépôts et consignations est une institution publique présidée par un parlementaire. Pour sa part, la Caisse nationale de prévoyance (CNP) est une filiale de la Caisse des dépôts et consignations, de la Banque postale et du groupe Caisses d'Epargne, lui-même présidé par François Pérol, ancien secrétaire général adjoint de l'Elysée.

    En outre, la Caisse des dépôts gère le Fonds de réserve des retraites. "Pourquoi la CDC se lance-t-elle dans pareille aventure pour faire le jeu du système adverse, celui par capitalisation?", demande Médiapart. "Et pourquoi, de surcroît, le faire avec une entreprise dont le patron est le frère du chef de l'Etat?"

    L'enjeu n'est pas mince. Le marché pourrait représenter "40 à 100 milliards d'euros" : en fonction de l'aspect final de la réforme, les Français connaîtront une baisse plus ou moins considérable du taux de remplacement, c'est-à-dire du montant de la pension rapporté au salaire, et donc se précipiteront sur les systèmes de retraite complémentaire. Médiapart publie notamment un "business plan" confidentiel, qui fixe pour objectif une part de marche de "17%" d'ici dix ans.

    (Nouvelobs.com)

Votre réponse
Postez un commentaire