En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...
Aux funérailles d'une des victimes des attentats du 13 novembre, le 23 novembre 2015 à Lyon
 

Presque trois mois après les attentats de Paris, les cellules psychologiques ne désemplissent pas, le plus souvent consultées pour des traumatismes collectifs en mal de cicatrisation. 

A voir aussi

Votre opinion

Postez un commentaire

1 opinion
  • Jean Jacques chollez
    Jean Jacques chollez     

    Apres les deux grandes guerres, les victimes victimes et les témoins n'avaient pas besoin de ces prétendus psy pour continuer le chemin...la société s'est largement affaiblie psychologiquement.... Alors que les temps sombres s'annoncent dans un lointain très proçhe

Votre réponse
Postez un commentaire