En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...

Blanquer déplore "l'inflation du besoin en orthophonistes à l’école primaire"

Jean-Michel Blanquer, ministre de l'Éducation nationale
 

Le ministre de l'Éducation a confié travailler pour que davantage de médecins soient présents dans les établissements scolaires. Il déplore néanmoins que certains sujets non médicaux soient surmédicalisés.

Inscrivez-vous à la Newsletter BFMTV Midi

Newsletter BFMTV Midi

A lire aussi

A voir aussi

Votre opinion

Postez un commentaire

4 opinions
  • Lénette Blagounette
    Lénette Blagounette     

    Le retour des RASED permettrait justement que les enfants non pathos mais en difficulté soient suivis et aidés correctement. Le ministère de l'EN a t il cette volonté?

  • Anne Sécotine
    Anne Sécotine     

    Ce ministre a peut-être beaucoup de bon sens concernant les méthodes d'apprentissage de la lecture, mais il n'est pas au point sur ce qu'est la dyslexie : la dyslexie est un trouble neuro-développemental qui ne peut être occasionné par la méthode pédagogique utilisée, aussi une méthode, quelle qu’elle soit, ne peut ni prévenir ni provoquer la dyslexie (je vous laisse lire à ce sujet la classification internationale (DSM 5) qui décrit les "troubles spécifiques des apprentissages avec déficit de la lecture" et qui est très claire sur ce point). Se plaindre d'une surmédicalisation des problèmes non-médicaux et encourager la présence de médecins au sein des établissements n'est-il donc pas un non sens ? J'invite plutôt le ministre de l'Education Nationale à revenir sur les erreurs passées et les nombreuses coupes budgétaires qui ont amené à la disparition des RASED, réseaux qui permettaient d'offrir aux élèves en difficultés (non dyslexiques !) d'obtenir aides, conseils et soutien scolaire adapté et individualisé. Je l'invite également à mieux se renseigner sur le champ de compétence des orthophonistes, qui sont loin de ne s'occuper que des dyslexies, "vraies ou fausses" (non-sens encore une fois) : le souci de la pénurie des orthophonistes sur le territoire national est un vrai problème qui a des répercussions dramatiques sur l'ensemble des personnes nécessitant des soins, pas seulement les élèves en difficulté, dyslexiques, dysorthographiques, dysphasiques et autres troubles...

  • Anne Sécotine
    Anne Sécotine     

    Ce ministre a peut-être beaucoup de bon sens concernant les méthodes d'apprentissage de la lecture, mais il n'est pas au point sur ce qu'est la dyslexie : la dyslexie est un trouble neuro-développemental qui ne peut être occasionné par la méthode pédagogique utilisée, aussi une méthode, quelle qu’elle soit, ne peut ni prévenir ni provoquer la dyslexie (je vous laisse lire à ce sujet la classification internationale (DSM 5) qui décrit les "troubles spécifiques des apprentissages avec déficit de la lecture" et qui est très claire sur ce point). Se plaindre d'une surmédicalisation des problèmes non-médicaux et encourager la présence de médecins au sein des établissements n'est-il donc pas un non sens ? J'invite plutôt le ministre de l'Education Nationale à revenir sur les erreurs passées et les nombreuses coupes budgétaires qui ont amené à la disparition des RASED, réseaux qui permettaient d'offrir aux élèves en difficultés (non dyslexiques !) d'obtenir aides, conseils et soutien scolaire adapté et individualisé. Je l'invite également à mieux se renseigner sur le champ de compétence des orthophonistes, qui sont loin de ne s'occuper que des dyslexies, "vraies ou fausses" (non-sens encore une fois) : le souci de la pénurie des orthophonistes sur le territoire national est un vrai problème qui a des répercussions dramatiques sur l'ensemble des personnes nécessitant des soins, pas seulement les élèves en difficulté, dyslexiques, dysorthographiques, dysphasiques et autres troubles...

  • vanda100
    vanda100     

    Ce ministre a beaucoup de bon sens. Ben oui, la méthode syllabique a fait ses preuves depuis très longtemps. Les professeurs des écoles ont tous progressivement transgressé l’interdit et renoncé à la méthode globale d’apprentissage de lecture. Et je ne parlerais pas de la grammaire asexuée que certains essaient de développer....

    Il y aurait aussi beaucoup à dire sur les changements de jargon en «analyse logique des phrases ». Cela a permis de fâcher certains parents à jamais avec la grammaire et leurs enfants à ce sujet car ils ne pouvaient plus les aider.

    Jean-Michel Blanquer fait sauter un tabou sur l’usage de l’orthophonie chez les enfants. Difficile d’évaluer quand l’enfant grandit et surtout quand il n’y a AUCUNE évaluation faite de l’efficacité du suivi. Parfois beaucoup de fatigue pour rien pour les enfants.

Votre réponse
Postez un commentaire