En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...
Mis à jour le
Le drapeau rouge interdisant la baignade et la pratique du surf en cas de présence de requins
 

Un homme originaire du Doubs et qui pratiquait le surf de "manière isolé" a été mortellement attaqué par un requin à Saint-Gilles dans l'ouest de l'île. Les conditions étaient annoncées mauvaises.

A voir aussi

Votre opinion

Postez un commentaire

11 opinions
  • BenVoyons
    BenVoyons     

    merci pour cet un éclairage différant de la doxa officielle... mais comment faire la part du politiconnement correct et de la réalité ? pas facile, vu de métropole... parce que le couillon-MOI-JE-j'y-vais-quand-même-que-c'est-interdit.. il prolifère aussi.. et menace tous ses congénères ! alors.... un de moins....

  • Carambar
    Carambar     

    " il avait loué jusqu'à 15 h " il a rentabilisé sa location ! _ un imbécile de moins !!

  • Gallus
    Gallus     

    Le ridicule ne tue pas, la bêtise si. Cet entêté a, en plus, fait courir des risques inutiles aux sauveteurs...C'est triste mais pas dramatique dans la mesure ou cela ressemble à un suicide involontaire.

  • Olivier Ld
    Olivier Ld     

    Depuis quelque temps, on constate une recrudescence des attaques de requins à la Réunion. La plupart du temps, on invoquait des conditions à risques pour les expliquer : période de chasse à l’aube ou au crépuscule, eaux sales (ravines en crues),…
    Mais depuis quelque temps, les attaques se produisent en journée par grand soleil et dans des eaux propres, même si le brassage altère la visibilité (normal, les vagues remuent le sable, l’air,…), on ne peut plus invoquer la morsure exploratoire/confusion alimentaire, puisque les squales s’acharnent sur leurs victimes, mais ne les dévorent pas, à l’exception d’un cas.
    Depuis 2 ans, les attaques se produisent dans la Réserve Marine, sur la côte ouest, alors qu’il n’y avait jamais eu d’attaques en 50 ans sur cette partie de l’île.
    Des scientifiques, mandatés par l’Etat, peu qualifiés (seulement des spécialistes en coraux/poissons récifaux, géographes, contractuels, stagiaires, …), mais conversationnistes, impliqués dans de nombreux conflits d’intérêt (associations écologistes, réserve marine, kélonia, ex-ferme aquacole,…), font tout pour protéger le requin et préserver leurs intérêts (publications, subventions, notoriété, …). Ainsi, ils sont prêts à sacrifier la sécurité des usagers de l’océan, par la rétention d’informations capitales sur la présence/habitudes des squales sur les spots, au profit de leurs publications. Les scientifiques ont tout fait pour empêcher le prélèvement de 10 requins bouledogues, afin de vérifier s’ils étaient porteurs de la ciguatera, décidée par le Ministre de l’Outre-Mer, suite à l’attaque d’août 2012. A ce jour, 9 mois plus tard, aucun animal n’a encore été prélevé. Ces mêmes scientifiques ont été jusqu’à protéger l’ex- ferme aquacole de filets anti-requins, puisqu’elle attirait les squales ; mais pour eux, il est hors de question d’utiliser de tels filets pour protéger les usagers de l’océan !!! Il faut également savoir que ces mêmes scientifiques travaillent pour la SAPMER, armement de pêche, qui pille les océans et donc les populations de requins pélagiques, qualifiées de prises accessoires. Décidément ces scientifiques ne sont plus à une contradiction près en vue de préserver leurs propres intérêts !!!
    Le requin bouledogue est un requin territorial (qui a chassé tous les requins de récif, initialement présents), imprévisible et dangereux, qui n’était pas présent sur cette partie de l’île avant la création de la Réserve Marine. D’ailleurs l’état initial des espèces inventoriées, préalable à la création de la réserve, ne le mentionnait pas. Toute cohabitation de cet animal avec l’homme est impossible, puisque qu’il perçoit l’homme comme un concurrent !!!
    Les marquages de requins ont été très prolifiques, plus de 80, dont 40 bouledogues, en 1 an et demi, ce qui suppose une population de plusieurs milliers d’individus.
    En métropole, quand une meute de loups menace les troupeaux ovins dans les Parcs Nationaux, on décide de mener des campagnes d’abattage ciblées, afin de réguler leur population, malgré le fait qu’ils soient protégés.
    A la Réunion, le requin bouledogue, espèce non protégée, en surpopulation, est protégé par l’Etat sur les conseils de scientifiques conservationnistes. Peu importe qu’il endeuille des familles, estropie les survivants, achève l’industrie touristique, alors que c’est la principale source de richesses de l’île … C’est désormais l’endroit le plus dangereux au monde, que tous les touristes le sachent, qu’ils privilégient des destinations moins dangereuses, ou alors celles menant des politiques de réduction du risque d’attaque vraiment efficaces (cf. Australie, Afrique du Sud, Seychelles,…)

  • calentita
    calentita     

    altaya beaucoup meurent dans les piscines même sûre et sans requins. Toutes personnes qui défient les interdits doivent s'attendre à être punis par la nature ou par la justice.

  • altaya
    altaya     

    Il serait bon de rappeler, encore et encore, que la baignade à La Réunion n'est pas dangeureuse pour autant que l'on n'aille pas au-delà du récif de corail. Ce dernier empêche les requins de passer. Se baigner dans le lagon est aussi sûr qu'une piscine !. Y en a marre des ces quelques irresponsables qui sappent la réputation de cette île grandiose classée toute entière au patrimoine mondial de l'UNESCO.

  • Pasdupe
    Pasdupe     

    On ne cesse de leur dire de ne pas y aller et ils y vont: les requins se régalent !

  • BenVoyons
    BenVoyons     

    « chers media, arrêtez d'en rajouter avec tous ces irresponsables qui bravent les règles élémentaires, en mer avec les requins ou en montagne avec le hors piste C'est leur choix. Les risques sont écrits sur des panneaux d'interdiction. Ils les connaissent. Ils les ignorent. Encore une fois, c'est leur choix. Afficher cette info à la une, c'est lui conférer le même niveau de gravité que l'ennemi riz-Corée ou la crise Grecque. Or ce n'est pas le cas. Laissez ce gamin dormir en paix. Sa famille n'a besoin ni des pleureuses de service ni des journaleux qui surfent sur leur tristesse. »

  • calentita
    calentita     

    Faut-il faire un mur des requincons et un mur des surfeurcons?

  • BenVoyons
    BenVoyons     

    encore un titre à la con ! FATAL signifie en gros "dans son destin".. c'est à dire qu'il est né pour mourir bouffé par un requin. Dans le sens "qui lui a couté la vie", il eût fallu dire délétère ou létale ou mortelle... Mais à la Une, ça "claque" moins, comme slogan..

Lire la suite des opinions (11)

Votre réponse
Postez un commentaire